Algérie - République centrafricaine : Les Verts veulent tourner la page

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
A vingt-quatre heures de la rencontre amicale contre la République centrafricaine, les Verts vont fouler de nouveau la pelouse du stade du 5-Juillet pour leur ultime séance d’entraînement.


Cela fait plus de deux ans que les Verts n’ont pas foulé la pelouse du stade du 5-Juillet, et ce, depuis les deux matchs amicaux contre la Guinée (1-2) et le Sénégal (1-0) et cette fameuse banderole à l’adresse du sélectionneur national de l’époque, Christian Gourcuff, où il lui a été signifié de dégager ! C’était le début de la fin du technicien breton qui, quelques mois après, avait claqué la porte de l’équipe nationale. Demain, les Verts, version Rabah Madjer, retourneront dans cette enceinte, longtemps snobée sous l’ère Raouraoua, pour ouvrir une nouvelle page. En effet, si le match de vendredi contre le Nigeria (1 à 1) est à mettre sur l’autel du passif, le match de demain soir devrait être celui d’une nouvelle page à tourner pour les Verts et leur nouveau staff technique. Un rendez-vous qui donnera le coup d’envoi de l’ère Madjer, décidé à redonner une âme à son équipe et à lui faire retrouver son niveau, dans les mois à venir. L’ancienne star du FC Porto aura vingt mois devant lui pour rebâtir une sélection qui a énormément régressé et sujette au doute depuis que l’instabilité est devenue son quotidien. Pour le rendez-vous amical de demain soir, Madjer et ses adjoints, Meziane Ighil et Djamel Menad, devront composer avec un effectif diminué par l’absence de plusieurs éléments, dont certains titulaires : Youcef Attal, Faouzi Ghoulam, Hilel Soudani, Ramy Bensebaïni et Nabil Bentaleb. Des absences qui donneront la possibilité à d’autres joueurs d’être alignés par Madjer face aux Fauves du Bas-Oubangui, venus en Algérie pour préparer, eux aussi, les éliminatoires de la CAN 2019. Ce test sera déterminant dans la mesure où le public du temple olympique ne sera pas, comme d’habitude, tendre avec ses protégés ; exigeant d’eux l’art et la manière et bien évidemment le résultat. La situation pénalisante des absences ne sera pas prise en compet par le public et l’opinion en général puisque d’autres solutions existent et c’est à Madjer de faire en sorte de les trouver. Déjà à la veille de la confrontation face au Nigéria, Madjer a dû revoir son schéma tactique à trois reprises. En sera-t-il le cas cette fois-ci, sachant que pour cette rencontre il pourra procéder à plus de trois changements ? Toujours est-il que le match face aux Centrafricains sera l’occasion de retrouver davantage de confiance face à un adversaire qui nous a déjà battus une fois avant que les Verts ne prennent leur revanche au match retour lors des éliminatoires de la CAN 2012 (0-2 et 2-0 à chaque fois). Pour préparer ce match amical, Madjer a tracé un programme classique avec des séances de musculation et de récupération, et des séances dans l’après-midi consacrées aux aspects technico-tactiques. Madjer et ses adjoints ont également profité de ce stage pour parler avec les joueurs, pour débriefer le match contre le Nigeria et évoquer l’avenir de la sélection. Madjer a prévenu ses troupes de ne négliger le moindre détail et surtout de ne pas mésestimer l’adversaire. Il rappelera que longtemps les Verts ont été leurrés par les résultats de leurs matchs contre des sélections de moindre calbire, comparativement aux grosses cylindrées du continent que sont le Nigeria, le Cameroun, le Ghana, la Côte d’Ivoire ou le Mali, pour ne citer que celles-là. Enfin, il est temps surtout que la FAF envisage de programmer des déplacements, en Afrique surtout, pour permettre à nos joueurs de se familiariser avec les véritables conditions du continent et de l’adversité africaine.
A. Salah-Bey