Enorme retard dans les préparatifs au Cameroun : L’Algérie candidate au cas où...

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Candidature -  Beaucoup de choses ont été dites à propos de l’attribution des trois prochaines Coupes d’Afrique des nations (CAN) par l’ancienne direction de la CAF emmenée par Issa Hayatou.


La plus grande déception était pour l’Algérie, qui s’est vu refuser l’organisation d’une des trois prochaines CAN, alors que tout le monde s’attendait à ce qu’elle reçoive la fête footballistique continentale durant la période 2017 et 2023.
Finalement, la CAF de Hayatou avait choisi le Gabon (2017), le Cameroun (2019), la Côte d’Ivoire (2021) et la Guinée (2023). Cependant, la nouvelle CAF, sous la houlette du nouveau président, le Malgache Ahmed Ahmed, s’inquiète concernant les préparatifs qui se déroulent au Cameroun. En effet, le pays des Lions indomptables, qui doit accueillir la CAN-2019, accuse un retard dans la construction des infrastructures. D’après le site Camfoot, les chantiers des stades de Japoma (Douala), Olembé (Yaoundé) et du stade Omnisports de Garoua sont en particulier très peu avancés. C’est le constat fait par l’ancien buteur des Lions indomptables, Patrick M’boma, qui reconnaît la difficulté rencontrée par son pays. Dans une interview accordée à RFI, il estime que l'état des préparatifs pour la CAN-2019 est particulièrement inquiétant. «Il faut des infrastructures hôtelière, des terrains, revoir l’état de certaines routes. Mais le constat est que l’on traîne. Si M. Zetchi a eu vent de cela, c’est ce qui le fait réagir. Parce que la règle, si je puis dire, aurait été qu’il attende une défection ou qu’on retire la compétition au pays concerné pour se manifester. Lorsque je discute avec les gens au Cameroun au sujet de la construction du stade à Douala, de l’état des routes et du stade à Bafoussam, du grand stade Paul-Biya, rien n’avance ou presque. Pas suffisamment vite sans doute», a-t-il regretté entre autre. Profitant de cette aubaine, l’Algérie s’est portée officiellement candidate au cas où la compétition venait à être délocalisée. La question pourrait être tranchée lors de l’assemblée générale de la CAF, prévue le 21 juillet 2017 au Maroc. Entre temps, le président de la FAF, Kheïreddine Zetchi, se déplacera la semaine prochaine au Maroc pour prendre part au symposium sur le football africain qu'organisera la CAF à Rabat. Sept thèmes ont été retenus, à savoir : la Coupe d’Afrique des nations (la compétition), la Coupe d’Afrique des nations (le cahier de charges du pays organisateur), les compétitions interclubs, le football des jeunes, le football et le développement, la communication et les médias ainsi que le marketing et la télévision. Ce sera aussi une occasion pour débattre du sujet et éventuellement savoir si le Cameroun est capable d’être à jour, à moins de deux ans de la compétition. Il faut savoir que le président de la FAF a affirmé qu’il suit avec intérêt le dossier d’une éventuelle délocalisation. Si une opportunité venait à se présenter, l’Algérie saisira l’opportunité pour l’organisation de cette CAN. Jusqu’à maintenant, la 32e édition est toujours maintenue au Cameroun. L’Algérie se tiendrait prête et il est clair qu’en cas de défection du pays de Roger Milla, notre pays accueillera cette édition après une attente de presque trois décennies.
Djamel O.