Coupe d’Algérie / Après la programmation des demi-finales : De l’épreuve à la fitna populaire

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

11Tension n La programmation, par la commission de Coupe d’Algérie de la FAF, des dates et des domiciliations des demi-finales de l’épreuve populaire font l’objet d’une grosse polémique.

La commission de la Coupe d’Algérie de la FAF a finalement communiqué les dates des demi-finales de l’épreuve populaire avec les domiciliations. C’est ainsi que le MC Alger recevra l’Entente de Sétif le vendredi 19 mai 2017 au stade Omar Hamadi de Bologhine, et le lendemain, samedi, le CR Belouizdad sera opposé à l’USM Bel-Abbès dans l’antre du 20 août 1955. Cette annonce a été faite sur le site de la FAF vendredi, alors que l’information a circulé bien avant et a été même confirmée jeudi par le premier responsable du Mouloudia d’Alger Omar Ghrib juste avant le départ de son équipe pour l’Afrique du Sud. Du coup, on se demande pourquoi Ali Malek, le président de la commission de la Coupe d’Algérie a attendu tout ce temps pour communiquer, au lieu de laisser un président de club le faire à sa place. Que dire également du manque de coordination entre cette commission et la Ligue de football professionnel (LFP) dont le site annonce pour le même jour, soit le vendredi 19 mai, le match de la 26ème journée du championnat de Ligue 1 entre le CS Constantine et le MC Alger. L’histoire de la programmation de ces demi-finales ne s’arrête pas là dans la mesure où la commission de Coupe d’Algérie aurait cédé à des pressions et à des injonctions venues ‘’d’en haut’’ pour changer non seulement la domiciliation de ces deux rencontres, alors qu’elles étaient programmées au stade du 5 juillet. La FAF avait même donné l’impression de ne pas céder à la protesta des dirigeants du Chabab et du Mouloudia qui n’avaient pas accepté la domiciliation au temple olympique, s’accrochant à la réglementation, alors que celle-ci donne la latitude à ladite commission de programmer les matchs dans les stades qui remplissent les conditions nécessaires (article 15-1, alinéa C du Règlement de la Coupe d’Algérie qui stipule qu’à partir des huitièmes de finale, la domiciliation des rencontres relève exclusivement des prérogatives de la FAF.’’ Sans compter le fait que les dates initiales, soient les 15 et 22 avril, ont été reportées à cause, soi-disant des élections législatives. Des raisons vraiment farfelues pour faire passer la pilule. Pis encore, ces retournements de situation et les déclarations des dirigeants, notamment Omar Ghrib qui n’a cessé de bomber le torse en annonçant sans retenue la date et la domiciliation du match contre l’Entente à Omar Hamadi. Du coup, les événements prennent une autre tournure avec la sortie des dirigeants Sétifiens qui, lors d’un point de presse organisé hier au siège du club, ont déclaré de se retirer de l’épreuve populaire et du championnat. Cela fait suite évidemment à ce qui s’est passé samedi lors du match de la 26ème journée contre l’USM El-Harrach où les hommes de Madoui ont été privés d’un but et d’au moins un penalty valables. Le président Hassan Hammar n’a d’ailleurs pas hésité à tirer à boulets rouges sur le président sortant de la Ligue de football professionnel (LFP) Mahfoud Kerbadj qui, selon lui, est derrière la programmation catastrophique voire même le sabordage de son club. Certains observateurs estiment que toutes ces dérives sont orchestrées pour déstabiliser le nouveau président de la FAF que des cercles veulent pousser à la porte coûte que coûte. C’est dommage que cette fin de saison soit mise sous le signe de la fitna que sur la passion et la fête du football.
Salah-Bey

Le choc
MCA - ESS une affaire compliquée
Le match MCA - ESS comptant pour la demi-finale de la Coupe d’Algérie risque de connaitre beaucoup de rebondissements. En effet, après plusieurs report, la FAF a décidé la programmation de la rencontre, qui aura finalement lieu au stade de Omar-Hamadi de Bologhine, le vendredi 19 mai à 17 heures. Les Mouloudéens affirment que la FAF s’est conformée à la réglementation qui a été respectée puisque c’est le club algérois qui a été tiré le premier et c’est à lui revient le droit de choisir le lieu de la rencontre. A plus de 10 000 kilomètres d’Alger, les Mouloudéens sont soulagés d’apprendre que la rencontre est finalement programmée à Bologhine. «La programmation est affaire administrative. Nous, nous nous focalisons sur le terrain. Le plus important pour moi c’est mon équipe et là je peux vous assurer qu’elle est prête à affronter n’importe quel adversaire. Nous allons jouer le match de Coupe vendredi prochain, ce ne sera pas un problème pour nous. Peu importe l’adversaire, ce qui compte pour moi c’est l’état de mon équipe», nous a déclaré Mouassa à Rustenburg. Le leader du Championnat, l’ESS, affrontera son Dauphin, le MCA, en demi-finale de la Coupe d’Algérie, mais il faut savoir que les deux formations se livrent une acharnée pour le titre. Ayant un match en moins, le Mouloudia pourrait revenir à un point en cas d’une victoire face au CSC. Mais on n’en pas encore là puisque l’affaire semble compliquée. Les responsables de l’Entente refusent de jouer vendredi. Le problème risque de se prolonger.
Dj. O.

La décision
Hamar annonce le retrait de l’ES Sétif
Le président de l’Entente de Sétif, Hassan Hamar a fait part dimanche de la décision du club de se retirer du championnat et de la coupe d’Algérie. Lors d’une conférence de presse animée en compagnie du président du conseil d’administration de la Société sportive par actions "Black Eagles",  Azedine Arab, du premier adjoint du président, Hassan Sensaoui et du duo du staff technique, Kheireddine Madoui et Malik Zorgane, le président de l’Entente de Sétif a déclaré que "la direction du club a décidé de se retirer du championnat et de la coupe d’Algérie dont les demi-finales sont programmées pour vendredi et samedi prochains". Hassan Hamar a expliqué que l’ESS a décidé de boycotter les deux compétitions nationales en guise de protestation contre "un calendrier illogique qui a pénalisé l’Entente et bon nombre d’autres équipes qui sont restées sans compétition pendant près de deux mois" mais également contre "les innombrables fautes d’arbitrage qui ont plombé le parcours de l’ESS cette saison". Il a cité l’exemple de la journée de samedi, la 26e, qui a vu son équipe concéder le point du match nul à domicile face à l’USM Harrach (0-0), "un  score final qui aurait pu être tout autre" selon lui si l’arbitre n’avait pas privé l’Entente d’"un but valable et de deux penalties". Au cours de cette conférence de presse, Kheireddine Madoui et Azzedine Arab ont affirmé qu’ils soutenaient "pleinement" la décision prise par la direction.
R. S.

Coupe de Wilaya de Tizi-Ouzou (1/2 finale)
FC Tadmaït – JSC Ouacifs : incidents et partie arrêtée

Les demi-finales de la coupe de wilaya de Tizi-Ouzou disputé samedi ont été malheureusement marquées par l’arrêt de la partie  qui  opposait  le FC Tadmait à la JSC Ouacifs au stade du 1er-Novembre. Un incident regrettable survenu à la 88’ de jeu, soit juste après l’égalisation de la JSC Ouacifs sur penalty. Une bagarre générale  s’est dès lors éclatée entre les joueurs des deux équipes et dans la mêlée l’arbitre directeur n’a pas été épargné. Ce dernier qui aurait fait  l’objet d’une tentative d’agression a ensuite décidé après un arrêt de plus d’un quart d’heure, d’arrêter définitivement la partie. Il faut dire que sans le renfort du service d’ordre qui s’est dépêché en force sur les lieux, la situation aurait pu connaitre des conséquences plus graves. Heureusement les choses ont  fini par rentrer  dans l’ordre et le pire a été évité dans cette rencontre qui devait être une fête. Dans l’autre demi-finale disputée au stade  Oukil Ramdane,  l’OS Moulediouane s’est nettement imposée devant la JS Tadmait (3-1) dans un match ou le fair play en est  sorti grandi.
M. K.