Football national / Violence - Après les incidents graves de Bejaïa : Le football algérien est-il devenu un sport de voyous ?

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

11Marasme n Les incidents qui ont eu lieu hier à Bejaïa à la fin de la rencontre entre le MOB et l’USMA (0-0), pour le compte de la mise à jour de la Ligue 1, reflètent l’état dans lequel se trouve notre football national.

Le football algérien est-il devenu un sport de voyous ? C’est vraiment la question que l’on se pose au lendemain des graves incidents qui ont émaillé la fin de la rencontre de mise à jour de la Ligue 1 dite professionnelle entre le MO Bejaïa et l’USM Alger (0 à 0) sur le terrain de la lanterne rouge.Trois jours seulement après qu’un entraîneur, Kamel Mouassa du Mouloudia d’Alger, et son joueur, Abdelmalek Mokdad, se soient donnés en spectacle lors d’une bagarre à Accra, au Ghana, à l’occasion d’un match de Coupe de la CAF, c’est au tour du stade de l’Unité Africaine de Bejaïa de connaître de graves incidents avec d’abord ces provocations de la part de stadiers vis-à-vis des joueurs de l’USMA avant que de supporters furieux n’envahissent le terrain à la fin de la rencontre. Voulant s’en prendre à leurs joueurs, après ce énième faux-pax qui les enfonce davantage, et aux joueurs algérois, ces hooligans se sont frottés aux agents de l’ordre dont l’intervention énergique a permis aux deux équipes de rejoindre les vestiaires sains et saufs. Mais les policiers ont dû faire face à une véritable guérilla, ce qui a entraîné des blessures parmi les agents de l’ordre. Les faits sont encore une fois graves, et les condamnations vont pleuvoir. Le MOB, déjà mal en point, risque gros, une fois les rapports déposés sur le bureau de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) que dirige Hamid Haddadj. Pour leur part, les joueurs sont restés plus de deux heures dans les vestiaires avant de quitter le stade sous escorte. Du déjà vu dans nos stades où l’insécurité et le laisser-aller règnent en maître-mot. Que de discours prononcés, que de promesses affichées, que de séminaires organisés, que de slogans creux annoncés, le tout pour endiguer la violence dans et autour de nos stades de football, mais il n’en fut rien. Chaque week-end pratiquement est synonyme de déversoir de ce que la société vit et rejette. Avec des stades loin des normes, une organisation défaillante, un professionnalisme en carton, des dirigeants absents et complices de ce qui se passe, pour ne pas dire des voyous à la tête des clubs, comment ne pas assister à ce genre de situations déplorables ! En l’espace de moins d’une semaine, la scène footballistique algérienne a connu plusieurs incidents : à Sidi Bel-Abbès, le bus du MC Oran caillassé, à Boufarik, des bagarres entre supporters et forces de l’ordre lors du match WAB – JSM Skikda, en Afrique où deux de nos «prestigieux» clubs, le MCA et la JSK, ont égratigné notre image de marque, Chaouchi qui aurait frappé un policier à l’entrée d’un stade, et la liste est longue. La violence est présente sous toutes ses formes. Même à la télévision où des tribunaux populaires ont été érigés et permis par une autorité de régulation (ARAV) absente, pour faire dans le lynchage médiatique, en empruntant les voies de la calomnie et de l’insulte, et ce suite à l’élimination de notre équipe nationale lors de la dernière CAN 2017. Ce tableau peu reluisant de notre sport-roi, vraiment bien malade, même si le bureau fédéral de la FAF en pense le contraire, a fait réagir le ministre de la jeunesse et des sports El-Hadi Ould Ali, qui a interpellé les clubs algériens et les dirigeants du football en général à avoir un comportement digne, respectable et responsable car ils sont les ambassadeurs du pays à l’étranger. Mais qui écoutera le ministre, lorsque des sanctions exemplaires ne sont pas prises et des mesures réelles sont mises en œuvre pour chasser la violence sous toutes ses formes de notre football ? Au rythme où vont les choses, rien ne changera dans le pire des milieux où l’argent et les intérêts sordides ont tout bafouillé.
A. Salah-Bey

Les Verts à l’étranger - Les Verts à l’étranger - Les Verts à l’étranger
Schalke 04
Le contrat de Bentaleb racheté dimanche ?
Selon Sky Sports, le milieu de terrain Nabil Bentaleb est sur le point de devenir propriété de son actuel club de Gelsenkirchen. En effet, ayant rejoint Schalke 04 cet été en provenance du club anglais, Tottenham Hutspur, à titre de prêt pour une seule saison, l’international algérien devrait s’engager dès ce dimanche à titre définitif avec la formation allemande contre un montant de 16 millions de livres (19 millions d'Euros). Le contrat de prêt du joueur comporte une clause qui stipule que dès la 20e apparition avec le club de Bundesliga, il serait automatiquement transféré. Cela pourrait se produire face à Cologne dimanche prochain. Selon la même source, les deux clubs se seraient mis d’accord et la transaction devrait être conclue au plus tard à la fin de ce week-end. Agé d’à peine 21 ans, Bentaleb auteur de 4 buts et 4 passes décisives est en train   de réussir une grande saison. Véritable pièce maîtresse sur l’échiquier de Markus Weinzierl, l’Algérien est déjà nominé pour le titre du meilleur jeune footballeur de l’année en Bundesliga.
A. B.

SCO Angers
Un Egyptien pour reprendre le club  de l'Algérien Chaâbane

Le club d'Angers, pensionnaire de la Ligue 1 française de football et dont la majorité des actions sont détenus par l'Algérien Saïd Chaâbane, pourrait être cédé à un homme d'affaires égyptien, a rapporté hier la presse locale. Selon L’Equipe, le SCO Angers pourrait être racheté par Hesham Elkhloy (38 ans), un ancien agent FIFA, qui serait prêt à offrir 20 millions d’euros. «Il existe un accord à 20 millions d’euros pour l’acquisition du club, je dois venir à Paris prochainement pour finaliser», a-t-il confié au quotidien. Toutefois, Chaâbane, qui possède 93% des parts du club, a assuré qu’une vente n’est pas d’actualité, avant d’ajouter que «tout peut être à acheter et à vendre». Les négociations seraient toujours en cours pour la vente du SCO. Chaâbane (50 ans), parti d'Algérie en France pour y poursuivre ses études, préside le SCO Angers depuis novembre 2011. Il a notamment réussi à faire accéder cette formation en Ligue 1 il y a deux saisons.
R. S.

Havre AC
Ferhat revient en force
Après une éclipse de plusieurs semaines due à une blessure, le milieu de terrain Zineddine Ferhat retrouve son meilleur niveau. En effet, l’ex international olympique a délivré deux passes décisives lors de la large victoire de son équipe, Havre AC, devant Bourg-Péronnas (3-0) pour le compte de la 25e journée du championnat de Ligue 2 française. C’est la cinquième passe décisive dont trois lors des deux derniers matchs pour Ferhat qui confirme ainsi son retour en force à la compétition. D’ailleurs, le niveau affiché par l’Algérien a été largement commenté par certains supports médiatiques locaux qui ont mis en exergue ses qualités.
A. B.

Montpellier HSC
Boudebouz dans le Top 5 africain

Le milieu international algérien de Montpellier, Ryad Boudebouz, a été choisi dans le Top 5 des meilleurs joueurs africains de la 25e journée de la Ligue 1 française, établi par la publication «France Football». Boudebouz s'est notamment illustré au cours de cette journée par deux passes décisives lors de la victoire de son équipe face à Nancy (3-0), samedi passé. Retenu aussi dans l'équipe type de la 25e journée établie par le journal spécialisé «L'Equipe», Boudebouz est en train de réussir l'une de ses plus belles saisons en Ligue 1. Le joueur de 27 ans occupe  la 2e place au classement des passeurs du championnat avec six passes. Il comptabilise également 8 buts qui lui permettent de faire partie du Top 10 des meilleurs buteurs de la compétition.  Opéré du ménisque en décembre dernier, Boudebouz a dû déclarer forfait pour la dernière Coupe d'Afrique des nations CAN-2017 disputée au Gabon.
R. S.

CAN-2017 des U20 (arbitrage)
Mokrane Gourari retenu par la CAF

L'arbitre assistant algérien Mokrane Gourari est retenu pour officier à la phase finale de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2017 des moins de 20 ans prévue en Zambie du 26 février au 12 mars, a indiqué la Confédération africaine de football (CAF) mardi. Outre Mokrane Gourari, l'instance dirigeante du football africain a sélectionné 13 autres arbitres assistants et 12 directeurs de jeu. Huit sélections africaines scindées en deux groupes de quatre prendront part à la CAN-2017 des U20 qualificative au Mondial 2018. Le groupe A est composé de la Zambie (pays hôte), de la Guinée, de l'Egypte et du Mali et le groupe B est constitué du Sénégal, du Soudan, du Cameroun et de l'Afrique du Sud.
R. S.