Football national / Alors que les bons joueurs ne sont pas libres : Le mercato d’hiver, ou la cour des miracles

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

11Recette n Le mercato par-ci, le mercato par-là ; plusieurs de nos clubs fondent un grand espoir (!) sur le marché d’hiver des transferts et la dernière décision de la FAF d’autoriser cinq recrutements pour sauver leurs ratages.

Il y a quelques jours, on évoquait dans ce même espace, les joueurs qui se sont distingués lors de cette phase-aller du championnat de Ligue 1 et qui, aujourd’hui, sont très sollicités sur le marché des transferts. . Eux, ce sont les Tebbi (RC Relizane), Hamia (O Médéa), Lakroum (CR Belouizdad) et autre Ardji (NA Hussein-Dey), une véritable vague de fraîcheur sur le championnat. A l’opposé, d’autres joueurs sur lesquels leurs clubs ont fondé de grands espoirs, mais qui n’ont  pas donné satisfaction à l’image des Gasmi (NA Hussein-Dey), Doukha (NA Hussein-Dey), Sayoud (USM Alger), Hammar (USM Alger), Seguer (MC Alger), Zerdab (MC Alger),  Nekkache (MC Alger), Djemaouni (MC Alger), Benkablia (JS Kabylie), et on peut en citer un bon paquet. En recoupant la première liste et la seconde, on peut deviner qui est convoité et qui ne l’est pas. Du coup, le mercato d’hiver devient une espèce de cour des miracles pour certains clubs qui ne savent plus à quel saint se vouer et à quels joueurs confier la suite de la compétition qui semble bien compromise.
En parcourant la presse de ces derniers jours, les dirigeants de certaines formations en réelle difficulté, comme la JS Kabylie, le MO Bejaia ou le CS Constantine, pour ne citer que celles-là, font du mercato d’hiver leur sursaut salutaire.
Or, chacun sait que lors de cette période particulière, le marché n’est pas bien achalandé et les meilleurs éléments ne sont pas transférables. Donc, ceux qui sont déjà partis à la chasse de l’oiseau rare, ne sont pas certains d’en trouver, vu la rareté et la difficulté, même si des joueurs sont libérés pour insuffisance de résultats, incompatibilité ou inadaptation avec leurs nouveaux clubs.
Le marché étranger étant toujours fermé, reste la piste de l’immigration pour laquelle certaines formations ont souvent recours. Mais pour l’instant, c’est la piste locale qui tient la corde comme le cas de Mohamed Benkablia qui a décidé de retourner à Oran, passant de la JSK qui a beaucoup misé sur lui au MCO, club qui joue les premiers rôles. Là aussi, la décision de la fédération algérienne de football (FAF) de faire passer le nombre de joueurs à transférer à cinq par club, va encore ‘’booster’’ un marché qui, en fin de compte, n’en profitera qu’à ceux qui ramasseront l’argent, au détriment des jeunes souvent bloqués au sein de l’équipe réserve.
Ça bouge également chez les entraîneurs où l’instabilité chronique est devenue une constante nationale dans notre football. Avant même la fin de la phase-aller, ils sont déjà 14 coachs à avoir été débarqués ou démissionnés. Le dernier en date est Abdelkader Amrani qui quitte l’Entente de Sétif pour des raisons qu’il est le seul à connaître.
Six clubs seulement sur huit, n’ont pas procédé au changement de leur entraîneur, à savoir l’USM El-Harrach (Boualem Charef), le DRB Tadjenanent (Liamine Bougherara), l’Olympique Médéa (Mohamed Slimani), le MC Oran (Omar Belatoui), RC Relizane (Moez Bouakkaz) et le CA Batna (Toufik Rouabah). Là aussi, certains clubs n’ont plus intérêt à se rater en prévision de la phase-retour car il leur sera délicat de changer encore d’entraîneur, même si par le passé on a assisté à des changements à quelques journées de la fin de l’exercice.
La pression des résultats, des supporters et de certaines parties agissant dans l’environnement des clubs, sont toujours là pour veiller à l’instabilité qui y règne et qui impacte systématiquement le reste.
A.Salah-Bey

Les Verts à l’étranger
Olympique lyonnais
Ghezzal : «Mon problème est d'ordre financier»

L'attaquant international algérien de l'Olympique lyonnais, Rachid Ghezzal, a indiqué hier que le problème qui l'empêchait de prolonger son bail avec les Gones était d'ordre financier. "Sur le plan sportif, l'OL m'offre des garanties intéressantes. J'ai aussi la chance d'évoluer dans le club de ma ville. Toute ma famille est à Lyon et c'est un point très important pour moi. Mais j'ai vingt-quatre ans et l'aspect financier entre en jeu", a expliqué le frère cadet de l'ex-international algérien, Abdelkader Ghezzal, sur Radio Monte-Carlo (RMC).  Au début de la saison en cours, l'entourage de Rachid Ghezzal avait dénoncé une "concurrence déloyale", considérant que "tout était mis en œuvre pour que ce soit Nabil Fékir", le concurrent direct de Rachid, qui joue. Une situation qui avait dès lors incité le jeune international algérien à envisager le départ, surtout que son contrat expire en juin 2017 et que plusieurs clubs, anglais et espagnols, étaient prêts à mettre le paquet pour l'engager. Avec le temps, les choses se sont plus ou moins améliorées à Lyon, particulièrement sur le plan sportif, avec un Ghezzal qui joue de manière plus régulière. Mais cette situation n'a pas totalement convaincu le joueur de rempiler, car désireux d'être revalorisé tout autant sur le plan financier. Ghezzal a affirmé plusieurs fois qu'il donnait "la priorité à Lyon", même si "le football anglais est très attractif" et que le championnat espagnol "convient parfaitement" à son jeu. Mais il ne compte pas rester contre des miettes. Le président Jean-Michel Aulas devra donc mettre la main à la poche pour espérer prolonger son jeune international algérien.     R. S.


Montpellier HSC
Boudebouz out pour la CAN-2017

Le meneur de jeu de Montpellier, Ryad Boudebouz, blessé au genou, sera opéré jeudi et s'éloignera des terrains pendant plus de quatre semaines, a annoncé le club pailladin hier sur son site officiel. Il a ressenti des douleurs au genou à l'issue du match disputé samedi dernier à Lille (défaite 2-1) dans le cadre de la 17e journée. De ce fait et en raison de la proximité de la date de la phase finale de la coupe d’Afrique des nations (CAN-2017) prévue du 15 janvier au 5 février au Gabon, l’international algérien déclare ainsi forfait pour cette compétition. «Ryad Boudebouz sera opéré du ménisque du genou droit jeudi et va être absent plusieurs semaines", a écrit Montpellier dans un communiqué. Il s'agit d'un véritable coup dur pour le joueur algérien, auteur de sept buts depuis le début de la saison en championnat de France avec le club de l'Hérault. A la CAN-2017, faut-il le rappeler, l'Algérie évoluera dans le groupe B en compagnie de la Tunisie, du Sénégal et du Zimbabwe.     B.

Club Africain
Chenihi dit non à Montpellier

L'attaquant algérien Brahim Chenihi a décliné une offre de Montpellier pour continuer la saison avec le Club Africain, a rapporté hier la presse locale. La décision a été prise par le joueur à l'issue d'une entrevue qu'il a eue avec le directeur sportif du club tunisois Samir Sellimi, précise la même source. Le natif de M'sila est devenu une pièce essentielle dans le dispositif de l'entraîneur Chiheb Ellili, qui a succédé en novembre dernier à Kais Yaâcoubi. Brahim Chenihi (26 ans) avait rejoint le Club Africain en 2015 en provenance du MCE Eulma (Ligue 2) pour un contrat de trois ans. Au terme de la 10e journée du championnat tunisien, Chenihi partage la 2e place au classement des buteurs avec Prince Ibara (CA Bizerte), auteurs de 6 buts chacun. Chenihi qui compte 3 sélections avec l'équipe nationale, avait été appelé une première fois chez les Verts en 2015 du temps de l'ancien sélectionneur, le Français Christian Gourcuff.    R. S.

CAN-2017
Maroc
Renard : «L'Algérie, la Côte d'Ivoire et le Sénégal sont à un cran au-dessus»

Le sélectionneur de l'équipe marocaine de football, le Français Hervé Renard, a estimé que l'Algérie, la Côte d'Ivoire et le Sénégal étaient les favoris pour remporter la Coupe d'Afrique des nations CAN-2017 au Gabon (14 janvier-5 février). "L'Algérie, la Côte d'Ivoire et le Sénégal sont un cran au-dessus et je pense qu'ils ont le potentiel pour remporter le trophée", a affirmé Renard lundi soir sur le plateau de la chaîne BeIN Sports. L'Algérie, dont l'unique trophée remonte à 1990, évoluera dans le groupe B en compagnie du Sénégal, de la Tunisie et du Zimbabwe. Hervé Renard, qui avait travaillé entre autres à l'USM Alger, a remporté avec la Côte d'Ivoire la dernière CAN-2015 disputée en Guinée équatoriale. Il avait pris la barre technique du Maroc en février 2016 en remplacement de Badou Zaki.
R. S.

Sénégal
Les Lions de la Teranga se prépareront à Brazzaville

La sélection nationale du Sénégal de football  va établir son camp d’entraînement à Brazzaville, au Congo, où elle effectuera un stage d’une dizaine de jours pour préparer la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), prévue du 14 janvier au 5 février 2017 au Gabon, a rapporté hier la télévision publique. Selon le Directeur technique national (DTN), Mayacine Mar, qui a officialisé lundi soir la nouvelle sur un plateau de la RTS (Télévision publique), les "Lions de la Terranga rallieront, le 2 janvier prochain, la ville de Brazzaville pour un stage pré-compétitif.  " L’équipe sera en regroupement à Dakar à partir du 2 janvier pour deux à trois jours. Une fois le drapeau national reçu, elle rejoindra Brazzaville pour un stage d’une dizaine de jours ponctué de deux matches amicaux contre le Congo et la Libye", a-t-il indiqué lors d’une émission sportive de la télévision publique. Le choix de la capitale congolaise est motivé, selon la Fédération sénégalaise, par le fait qu’elle présente les mêmes caractéristiques climatiques que Franceville dont elle n’est pas éloignée. Franceville abritera les rencontres du groupe (B) que le Sénégal partage avec l’Algérie, le Zimbabwe et la Tunisie.  Cette dernière sera le premier adversaire des "Lions de la Terranga", le 15 janvier prochain.    R. S.