Oran : Revoilà l’aigle de Boneli et du Coucou Geai

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     


L’aigle de Boneli, un rapace en déclin, et le coucou Geai, un oiseau qui hiverne très rarement en Algérie, ont été observés à Oran lors d’une campagne de dénombrement des oiseaux migrateurs lancée depuis trois jours par la conservation locale des forêts a indiqué des observateurs associés à cette opération.
"L’aigle de Boneli, sujet d’une attention particulière de réintroduction au niveau international, notamment dans la rive nord de la méditerranée a été observé à deux reprises, au cours de la campagne, au lac Télamine et à Dayette Oum Ghelaz", deux zones humides d’Oran, a indiqué Ali Mahadji, ornithologue associé à la campagne de dénombrement. "Cela fait des années que cette espèce n’a pas été observée à Oran" soutient-il, ajoutant que des opérations d’introduction dans plusieurs pays européens ont été menées, ces dernières années, notamment en Espagne.
"Les oiseaux observés à Oran peuvent provenir des zones de réintroduction", a-t-il ajouté. S’agissant du coucou geai, un seul a été observé, lors de cette campagne, indique, pour sa part, le photographe et ornithologue amateur Djamel Hadj Aissa, également associé à l’opération de dénombrement.
C’est la première fois que des ornithologues amateurs sont associés à une campagne de dénombrement des oiseaux migrateurs, effectuée annuellement par la conservation locale des forêts, a-t-on affirmé.
Cette invitation intervient suite à la requête des ornithologues amateurs et des observateurs indépendants au cours dÆune rencontre, tenue à Jijel, à la fin de l’année 2017, qui ont demandé à pouvoir exercer leurs activités sous la coupe des autorités locales, en l’occurrence les conservations des forêts, explique M. Mahdaji, soulignant que la façon d’organiser cette collaboration entre les deux parties est actuellement en étude.
Pour sa part, le conservateur des forêts de la wilaya d’Oran, Bouziane Abdelkarim, contacté par l’APS au sujet des premières observations de la campagne de dénombrement, a indiqué que le bilan de cette dernière ne pouvant être prêt qu’au début de la semaine prochaine. Il a toutefois affirmé que "la présence des flamants roses, au Lac Télamine" notamment est importante.
R.L./APS