Boumerdès : Soutenir et renforcer la filière apicol

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Opération -  Plus de 12 000 ruches (pleines et vides) ont été distribuées entre 2011 et 2017 à des apiculteurs de la wilaya de Boumerdès dans le cadre du soutien public assuré à la filière apicole.


C’est ce qu’a indiqué hier un responsable de la Direction locale des services agricoles (DSA). Outre la distribution de ces ruches, la période indiquée a également vu l’affectation d’une aide pour l’acquisition de près de 400 équipements d’apiculture, en plus de 200 autres relatifs à la production, a indiqué Rachid Messaoudi, signalant, par ailleurs, le soutien pour l’acquisition de plus de 38 000 ruches entre 2000 et 2009 dans la wilaya.
Ces ruches et équipements, accordés à près de 1 300 apiculteurs à travers Boumerdès, ont coûté une enveloppe globale de plus de 180 millions DA, soit un taux de 10 % de la totalité du soutien affecté aux différentes filières agricoles dans la wilaya à la période considérée, a ajouté le même responsable.
Pour Messaoudi, ce soutien permanent des pouvoirs publics à la filière a contribué à une hausse du nombre d’apiculteurs dans la région, dont l’effectif est passé de 2 000 en 2011 à près de 2 300 actuellement, au moment où le nombre de ruches productrices, estimé à 84 000 en 2011, a été porté à plus de 120 000 ruches en 2017, dont plus de 50 000 "très productives".
Néanmoins, ce soutien des pouvoirs publics n’a pas eu l’effet escompté au volet production, a déploré le responsable, signalant un certain "flottement" en la matière, entre "bonne année et mauvaise année". A titre indicatif, la campagne de récolte de miel de 2011 a été estimée à 2 010 qx, avant de reculer l’année d’après (2012) à 900 qx, puis de revenir à près de 1 960 qx en 2015, avant d’atteindre une production "record" de plus de 2 070 qx en 2016, suivie, l’année passée, par une récolte de 1 530 qx.
La moyenne de rendement par ruche a suivi la même courbe "instable", en fluctuant entre sept (7) kilos (meilleure moyenne atteinte en 2011), et trois (3) à cinq (5) kilos entre 2015 et 2017. A l’origine de cette instabilité, M. Messaoudi a cité particulièrement les conditions climatiques défavorables à la floraison (hausse des températures
et pluviométrie déficiente), outre la réduction des surfaces vertes et arboricoles nécessaires pour nourrir les abeilles.
D’où les prix, qui se sont stabilisés à la hausse, ces dernières années, en restant dans une fourchette entre 2 000 DA et 4 500 DA le kilogramme de miel, voire 4 500 DA, pour certaines qualités dites supérieures.
L’élevage apicole dans la wilaya de Boumerdès est particulièrement concentré dans les piémonts des Issers, Dellys, Baghlia, Sidi Daoud et Naciria, régions peuplées d’eucalyptus, d’agrumes et autres espèces forestières fournissant les ressources floristiques nécessaires au butinage des abeilles.
R.L./APS