Classer les sites archéologiques

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     


El-Bayadh l Les participants à la deuxième conférence nationale sur le patrimoine culturel, ouverte hier mardi à El-Bayadh, ont insisté sur l’importance du classement des sites archéologiques pour préserver le patrimoine culturel. Le classement des sites archéologiques a un grand rôle dans la préservation du patrimoine culturel, dans la mesure où il donne un caractère légal à ces sites et leur permet de bénéficier d'actions et de projets pour les préserver, a affirmé le directeur du musée national de Chlef et membre de la commission nationale des biens culturels, Hasnaoui Djamel, dans sa communication présentée lors de cette rencontre initiée par la direction et la maison de la culture Mohamed Belkhither. «Un grand nombre de sites archéologiques du pays ne sont pas classés eu égard à l’absence d’informations suffisantes sur leur cas», a-t-il dit, soulignant que le classement permet de lancer des opérations de préservation du legs culturel.
Par ailleurs, Djamel Hasnaoui a mis l’accent sur le rôle des musées pour préserver l’identité culturelle de la société, appelant à inculquer la culture muséale aux citoyens comme moyen de promotion et de sensibilisation culturelle.
Le chef du service patrimoine à la direction de la culture d’El-Bayadh, Ammari Abdelkrim, a indiqué que la wilaya abrite des sites archéologiques importants, à l’instar des ksour situés au parc de l’Atlas saharien, soulignant que les services de la wilaya œuvrent actuellement à inventorier neuf ksour en vue de les classer pour qu’ils bénéficient de programmes d’aménagement et de restauration.
La chef du service patrimoine à la direction de la culture de Laghouat, Hassina Touati, a mis l’accent sur la coordination et la coopération entre les secteurs de la culture et du tourisme en vue de promouvoir différents sites et monuments situés à travers le pays. Cette rencontre de deux jours, organisée sous le slogan «Mécanismes de valorisation et de promotion touristique», regroupe des universitaires et des chargés du patrimoine culturel de 18 wilayas du pays.
R.L./APS