Ghardaïa/Il suscite l'intérêt des Allemands : Ksar de Tafilelt un exemple d'écologie

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Exposition -  l’expérience de réalisation du nouveau ksar écologique de Tafilelt à Beni Isguen sera exposée du 13 au 17 novembre à Bonn (Allemagne).


Le cas du ksar écologique de Tafilelt, considéré comme une expérience humaine particulière et une contribution modeste des habitants du M’zab (Ghardaïa) pour atténuer les effets du changement climatique et préserver la biodiversité des oasis, sera présenté à l’occasion de la 23e session de la Conférence des parties (COP23-Bonn), sur invitation du secrétariat des Nations unies sur les changements climatiques, a indiqué le Dr Ahmed Noud.
Cette invitation intervient suite à l’obtention, en décembre 2016, du 1er prix de ville durable, lors d’un vote des internautes intitulé «Coup de cœur des internautes City» à l’occasion de la 22e session de la Conférence des parties (COP22-Marrakech), a précisé le responsable de la fondation Amidoul.
Le ksar de Tafilelt a été choisi comme expérience atypique, construisant des maisons en synergie avec les spécificités de l’architecture locale et des matériaux du terroir, et en alliant l’architecture et le développement durable avec un intérêt particulier à la préservation de l’environnement et le bien vivre-ensemble, a-t-il expliqué. «Notre fondation (Amidoul) tient, à travers ce ksar écologique de 1 050 habitations et une population de plus de 5 000 âmes, à partager son expérience avec les différents partenaires du monde sur la nécessité de construire écologiquement en préservant l'identité culturelle et architecturale de la région, ainsi que le système d'exploitation viable de l'écosystème oasien.
Depuis son inauguration en 2004, le ksar de Tafilelt a su, par sa splendeur, sa magie et la luxuriante nature de la palmeraie de Beni Isguen, séduire les visiteurs et les touristes, aussi bien les nationaux que les étrangers, au point de devenir une destination incontournable des circuits touristiques dans la région.» Pour de nombreux spécialistes, le ksar de Tafilelt est devenu un modèle, voire une référence, en matière de préservation du patrimoine architectural alliant la modernité, le confort de vie et la bioclimatique, ainsi que l’écologie.
Edifié sur un site rocheux d’une superficie de 22 hectares, ce ksar a été conçu pour une meilleure qualité de vie, en s’appuyant sur l’interprétation consciente et intelligente de l’héritage architectural ancestral et la préservation de l’environnement. Les concepteurs de ce ksar ont pu mettre en place des stratégies singulières pour la collecte et la gestion des déchets ménagers et la prise en charge des rejets liquides et solides de la cité. Ainsi un tri sélectif des déchets solides pour un meilleur recyclage et des ordures ménagères, notamment ceux comestibles pour les animaux, ont été instauré avec succès, permettant ainsi de collecter le pain rassis et les épluchures de fruits et légumes destinés au mini parc animalier.
Les bâtisseurs de ce ksar ont également créé un système de traitement biologique des eaux usées par macrophyte à base de plants et un système d’éclairage public à l’énergie solaire.
R.L./APS