Tlemcen / Zone frontalière : comment la développer

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Objectifs -  Une étude d’aménagement et de développement de la zone frontalière de la wilaya de Tlemcen a été présentée hier mardi par l’Agence nationale de l’aménagement du territoire (ANAT).


Dans sa méthodologie d’approche, cette étude s’est penchée sur les nombreuses potentialités agricoles, touristiques, minières et humaines de cette zone frontalière de 166 km qui renferme sept communes sur une superficie de 1615 km2, soit 17 % de la superficie totale de la wilaya. Pas moins de 189.320 habitants (18 % de la population totale) sont dénombrés au niveau de cet espace, a-t-on indiqué.
L’enjeu serait "d’injecter du développement sur place", a-t-on précisé, faisant savoir que la wilaya de Tlemcen a anticipé, dans ce domaine, en demandant aux chefs de daïras et présidents d’APC concernés de proposer des programmes prioritaires de développement local et social.
Cela, dans le but de dégager une économie alternative aux activités de contrebande qui constituaient les moyens de subsistance des populations. Cet espace frontalier est dominé, a-t-on signalé, par les villes de Tlemcen, Maghnia, Nedroma et Ghazaouet où le développement local a une dimension transfrontalière non seulement avec le Maroc, mais également avec l’Espagne, reliée par une ligne maritime de voyageurs avec Ghazaouet, selon l’étude.
Le diagnostic ainsi tracé donnera lieu à l’élaboration d’une liste de projets à débattre avec les autorités locales qui retiendront ceux prioritaires selon les typologies de chaque espace frontalier, a-t-on ajouté, soulignant que cette étude sera suivie de questionnaires de l’ANAT à renseigner par les directeurs de l’exécutif, des débats avec les techniciens de différents secteurs et un travail technique sur le terrain avec les chefs de daïras et les présidents d’APC.
L’objectif final étant de sortir avec un plan programme de développement de ces zones de frontières .
Tout en rappelant sa dernière sortie au niveau de la zone frontalière de Beni Boussaid où il avait annoncé qu’à l’instar des autres régions frontalières du pays, celles de Tlemcen bénéficieront, en 2018, d’un programme spécial pour leur développement , le wali, Ali Benyaiche, a mis l’accent sur l’urgence d’une telle action pour offrir aux populations concernées des activités alternatives .
Le responsable de l’exécutif a, également, insisté sur les actions de développement social à mettre en œuvre sur place pour la création de postes d’emplois, parallèlement à la réalisation de structures de base (routes, ponts, notamment), de salles de soins et d’antennes administratives. Dès à présent et pour booster le parc industriel de Ouled Bendamou à Maghnia et la zone d’activités de Sidi Embarek à Beni Boussaid, où de nombreux postes de travail peuvent être générés, le wali a rappelé ses décisions concernant les mises en demeure transmises aux investisseurs (111) pour la concrétisation de leurs projets.
Dans le cas contraire, les pouvoirs publics récupéreront ces terrains pour les redistribuer, a-t-il menacé.
Outre les autorités locales et les directeurs de l’exécutif, cette rencontre a regroupé les chefs de daïras et les présidents d’APC concernés.
R.L./APS