Tizi Ouzou : Aït Yahia-Moussa, le piège du feu

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Incendies - La commune d’Aït Yahia-Moussa est piégée depuis mardi dernier par plusieurs feux qui se sont déclarés quasi simultanément dans une dizaine de villages et qui se propagent dangereusement faisant une victime, décédée.


Mercredi après-midi, sur la route menant vers cette localité, située à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Tizi Ouzou, les membres d’une délégation de l’APW menée par son président Mohamed Msela, constatent à l’horizon plusieurs foyers d’incendies. Au lieudit La Casse, des sapeurs pompiers étaient en pleine intervention pour éteindre un feu qui a totalement calciné une carcasse de voiture dans ce gigantesque cimetière de véhicules situé à la sortie ouest de la commune de Tizi Ouzou, quelques centaines de mètres plus loin, une épaisse fumée couvre la vue à l’horizon et dissimule les villages. Arrivée devant le siège de l’APC d’Aït Yahia-Moussa, l'on constate au loin une colonne de fumée blanche annonçant un nouveau départ de feu dans cette région qui a vécu la veille une journée infernale ayant coûté la vie à un homme âgé de 64 ans.
Dans le bureau du président de l’APC, Boughedda Saïd, la situation est tendue. Accroché au téléphone, ce dernier, las, la voix quasi éteinte, tente tant bien que mal de coordonner les interventions et de gérer une situation qui dépasse largement les moyens de la commune qui ne dispose que de deux camions citernes.
Quelques appels plus tard M. Boughedda se laisse tomber sur son siège visiblement épuisé. «Nous n’avons que deux camions qui ne peuvent pas faire face à 50 foyers d’incendie que nous avons recensé à travers le territoire de la commune», a-t-il lâché.
Le feu est arrivé dans cette localité à partir de la commune limitrophe de Mkira, poussé par le vent chaud qui souffle depuis hier sur la région et en une vingtaine de minutes tout s’est embrasé. Plus d’une dizaine de villages à savoir Aït Ouacif, Aït Rahmoune, Chirifi, Tarikt, Ibousaïdene, Akham Lahdj, Lazaïb, Afir, Imaksnen, Aït Attela, Aït Slimane, Djbel Amar-Moussa, et Izemouren se sont retrouvés encerclés par le feu, indique le P/APC.
Dans cette lutte contre les flammes, l’Armée nationale populaire (ANP) est intervenue aux côtés des services de l’APC, de la Protection civile, de la Gendarmerie nationale, de la conservation des forêts et de particuliers pour faire face aux incendies et protéger les villageois. Les températures qui ont dépassé les 45 degrés Celsius, ajoutées au vent chaud et au massif broussailleux parsemé d’herbe sèche de cette localité, ont rendu la tâche extrêmement difficile aux agents du feu. Les flammes ne cessaient d’être attisées et dispersées par le vent, selon les témoignages recueillis sur place. En sortant du siège de l’APC, une vingtaine de minutes plus tard, l'on constate avec stupéfaction que la petite colonne de fumée blanche aperçue à l’arrivée de la délégation s’est transformée en un énorme et épais nuage noir et en une poignée de minutes des flammes gigantesques menacent les villages Rabets, Tachtiouin, Imoulak et Afir et avancent dangereusement vers le lycée.
La décision de la délégation de l’APW de se rendre à Aït Rahmoune pour présenter ses condoléances à la famille de la victime décédée, qui a été brûlée en tentant de sauver ses bêtes, selon des témoignages, a été annulée au regard de cette situation à très haut risque. La route vers ce hameau étant devenue un véritable brasier.
R. L./APS