Plus de deux tonnes de cuivre saisies à El Attaf

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

Aïn Defla l Les éléments de la brigade de la Gendarmerie nationale d’El Attaf (Aïn Defla) ont saisi la semaine dernière plus de 2 tonnes de cuivre dissimulées à l’intérieur d’un camion sur la  route nationale RN 4, a indiqué hier  dimanche le commandant Mekkaoui Rachid .

Suite à des informations précises faisant état de l'"activité subversive d’un groupe d’individus s’adonnant au commerce illégal du cuivre et de câbles électriques dans la région d’El Attaf, nos éléments leur ont tendu un guet-apens sur le tronçon de la RN 4 menant d’El Attaf à Aïn Defla", a indiqué ce commandant .Les éléments de la gendarmerie ont procédé à l'arrestation de 2 personnes à bord d’un camion immatriculé à Médéa dans lequel plus de 2 tonnes de cuivre avaient été soigneusement dissimulées", a-t-il  précisé.
Les premières investigations ont montré que cette quantité devait être  acheminée à une personne résidant à Blida, a ajouté le responsable, notant qu’une fois informé de l’affaire, le procureur de la République près le tribunal d’El Attaf a demandé l’ouverture d’une enquête en vue d’en connaître les tenants et les aboutissants. Forts de l’extension de la compétence territoriale qui leur a été attribuée, les gendarmes se sont rendus à Blida où ils ont arrêté la personne en question, découvrant près de 58 tonnes de cuivre et de câbles  électriques et téléphoniques entreposés dans un hangar à l’effet d’être vendus, a-t-il encore révélé. L’interrogatoire de la personne arrêtée a également permis de mettre la main sur le responsable d’une société privée domiciliée à Aïn Defla spécialisée dans la production de câbles électriques qu’elle vendait de manière illégale, a-t-on ajouté de même source. Dans le but d’approfondir l’enquête, des responsables des sociétés Sonelgaz et Algérie Télécom s’étant par le passé plaint du vol de leurs câbles ont même été entendus, a-t-on également rapporté. Les mis en cause ont été présentés hier au procureur de la République près le tribunal d’El Attaf.
R. L./APS