Batna : Revalorisation du site archéologique de Tobna

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

Une équipe spécialisée de l’institut  d’archéologie de l’université Alger 2, dirigée par le professeur Mohamed El-Mostefa Filah, a repris récemment les travaux au site archéologique de Tobna  de la daïra de Barika (Batna), a indiqué hier le  directeur de la  culture, Amor Kabour.

Cette équipe procédera, du 15 au 28 avril, à l’opération du levé  topographique et à photographier les repères apparents de la cité antique   de Tobna, a expliqué le même responsable qui a affirmé que cette cité renferme  plusieurs sites ensevelis sous terre, selon plusieurs sources historiques. Ces spécialistes archéologiques ont effectué, du 5 au 9 février passé, une  opération d’identification du site dans le cadre d’un projet scientifique  approuvé par le ministère de la Culture, représenté par l’Office national  de l’exploitation des biens culturels protégés (OGEBC), a-t-on rappelé,  ajoutant que l’exécution de cette opération a été confiée au laboratoire national d’archéologie de l’université Alger 2, en coordination avec la  direction de la culture de la wilaya de Batna. L’objectif de ces travaux est la revalorisation du site  de Tobna, a indiqué  la même source qui a souligné que ces opérations qui s’effectueront sur plusieurs étapes et par priorité, seront suivies de fouilles archéologiques. «C’est le premier projet scientifique de longue durée, enregistré au  profit de la cité Tobna jusqu’à présent», a affirmé M. Kabour, qui a assuré  que ce site a connu, durant les années quatre-vingt, «plusieurs initiatives personnelles non organisées» de fouilles archéologiques. La cité antique de Tobna, située sur les frontières administratives des  communes de Bitam et de Barika (Batna), puise sa célébrité de son trésor  archéologique remontant à l’époque romaine et à l’ère islamique, a-t-on signalé. Plusieurs sources bibliographiques indiquent que cette cité historique fut bâtie à la fin du deuxième siècle, a-t-on noté, ajoutant qu’elle a été classée en 1950 puis enregistrée en 1968 dans la liste du patrimoine national.