Alger / Lifting pour les maisons de jeunes

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

07Opération n Prés de 100 millions DA ont été alloués à la réhabilitation des établissements de jeunes de la capitale.

C’est ce qu’a indiqué hier dimanche un responsable  de l’Office des établissements de jeunes de la wilaya d’Alger (ODEJ). "Ce  budget  est dégagé pour la rénovation de quelques-uns des 10 centres culturels et des 57 maisons de jeunes gérés par l’ODEJ à travers une opération qui concerne de nombreuses communes", a souligné à l'APS le chef section des activités socio-éducatives et de la vie associative, Saad Mohamed Amine.
En 2017, 15 établissements sont concernés par l’opération de rénovation dans de nombreuses communes à l’instar des deux maisons de jeunes Aïn Naâdja ou encore celles de Bach Djerrah, Rouiba auxquels s’ajoutent le centre culturel et la maison de jeunes d’El Harrach.
Dix autres maisons de jeunes celles de Bab Ezzouar, Bordj El Bahri, Bordj El Kiffan et Hydra ont également bénéficie d’une réhabilitation partielle ou totale en 2015/2016, précise M. Saad. L’Office des établissements de jeunes gère 70 établissements dont deux auberges de jeunesse, un camp de jeunes à El Kadous, dix centres culturels et 57 maisons de jeunes, a-t-il indiqué. Ce dernier explique que des maisons de jeunes comme de Ouled Fayet sont récentes et n’ont pas besoin de plan de rénovation contrairement à d’autres établissements vétustes qui datent de l’époque coloniale comme celles de bachdjarrah, Auberge Hassiba ben Bouali et Kouba. Le plan prend en charge également les équipements de ces établissements ainsi que d’autres structures comme les trois piscines de proximité qui sont rénovées dont celle des Annassers. D'autres communes s’occupent de la rénovation de quelques structures lorsqu’elles dégagent des budgets comme à Hussein Dey.
L’objectif des opérations de rénovation est de remettre les lieux en fonction et les adapter aux besoins des jeunes. En termes de fréquentation, 22.000 adhérents permanents pratiquent des activités durant toute l’année dans les domaines culturels, scientifiques et sportifs de loisir (et non de performances). 40% de ces adhérents fréquentent les salles de lectures aux côtés des clubs de musique,de théâtre, l’audiovisuel, l’écologie et l’astronomie, indique la même source.
Les adhérents scolarisés et universitaires, ayant entre 6 et 24 ans, représentent 70% du flux de la fréquentation des diverses activités.  Les animateurs ainsi que des bénévoles prodiguent de l’aide aux scolarisés grâce à des cours de soutien qui ne sont pas réservés à ceux d’entre eux qui ont des difficultés, précise M. Saad, mentionnant néanmoins qu’il n’y a pas de programme unique dans ce domaine car chaque établissement agit selon ses capacités. La population de plus de 25 ans, y compris les travailleurs, les chômeurs et les femmes au foyer fréquentent aussi ces structures .
R.L./APS