Batna /Commémoration : Hommage à El-Hadj Lakhdar

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

07L’université n Batna 1 a commémoré hier dimanche le 19e anniversaire de la mort du moudjahid Mohamed Tahar Abidi connu sous le nom d’ El Hadj Lakhdar .

Ayant attiré un grand nombre d’étudiants, les festivités commémoratives, abritées par la faculté des sciences islamiques, ont comporté une exposition de photographies et de livres d’histoire retraçant le parcours de ce moudjahid dont l’université de Batna porte le nom. La rencontre organisée, en coordination avec la direction des moudjahidine, le musée du moudjahid et le bureau de wilaya de l’organisation nationale des moudjahidine (ONM) a été axée sur les contributions du défunt hadj Lakhdar avant et pendant  la Révolution libératrice ainsi que sur ses actions caritatives après l’indépendance.
Sa participation dans la construction de la mosquée du 1er novembre 1954 et l’Institut des sciences islamiques, transformé par la suite en faculté dédiée à cette même spécialité et qui compte actuellement plus de 4500 étudiants de différentes régions du pays, a également été abord.
Dans son intervention portant sur le parcours historique du colonel El Hadj Lakhdar, l’historienne Fatima Boumaâraf a évoqué, à cette occasion l’insistance de ce Moudjahid à construire cette mosquée, symbole de savoir et d’attachement à l’Islam sur le terrain sur lequel le colonisateur avait édifié, durant la période de l’occupation, un aéroport militaire d’où les avions de guerre décollaient pour torpiller les positions des moudjahidine dans la région des Aurès.
De son côté, Dr. Messaoud Feloussi a rappelé la fidélité de ce moudjahid aux principes de la Révolution libératrice et au pacte des chouhada, affirmant qu’il n’a jamais cessé de transmettre ce message aux jeunes générations, à chaque occasion, soulignant qu’El Hadj Lakhdar qui a courageusement lutté pour l’indépendance ne ménageait pas ses efforts s’agissant de participer à l’édification du pays. Quant au moudjahid et commandant Amar Mellah, il a abordé des facettes de la personnalité d’El hadj Lakhdar et présenté un témoignage vivant de son profond amour et sa loyauté pour l’Algérie.    
Il est à rappeler que le Moudjahid Mohamed Tahar Abidi est né le 12 mars 1914 à Tifri dans le village d’Amara Ouled Chlih et a commencé  son parcours de militant à 20 ans à peine avant de créer en 1939 une cellule secrète dans la ville de Batna puis une autre à Ain Touta.
En 1944, il a été chargé par Mustapha Benboulaid d’accueillir les militants provenant du nord Constantinois avant de faire partie des pionniers du déclenchement de la guerre de libération.
El Hadj Lakhdar était connu pour sa violente aversion envers le colonisateur et a participé à de nombreuses batailles avant d’assurer l’intérim de la première wilaya historique en 1958 après la mort du commandant Ali Nemer, tombé au champ d’honneur, et de participer au congrès de Tripoli en sa qualité de membre du conseil de la Révolution.
R.L./APS