Tissemsilt : Koudia Rosfa : Plus qu'un barrage, une halte touristique



Des démarches de promotion et de valorisation du barrage de Koudia Rosfa, relevant de la commune de Béni Chaïb, sont entreprises actuellement pour faire de cet ouvrage hydraulique un attrait touristique dans la wilaya de Tissemsilt. Dans ce cadre, la direction locale du tourisme et de l’artisanat œuvre à créer un espace touristique à proximité de ce barrage qui permettra de drainer les visiteurs de l’intérieur et hors la wilaya, signale-t-on.

Bouira : la pénurie dure depuis des mois : Des villages sans eau !

Détresse - Des dizaines de citoyens des villages de Bouakkache, Azro Ouroumi ainsi que d’El-Madarsa, relevant de la commune d’El-Adjiba ont fermé, hier dimanche, le siège de la municipalité pour protester contre la pénurie d’eau potable qui sévit «depuis plusieurs mois».

Excursions vers le littoral pour les enfants

Illizi -  Quelque 350 enfants scolarisés issus de familles nécessiteuses de la wilaya d’Illizi bénéficient cet été de séjours sur le littoral algérois, a-t-on appris hier de la direction locale de l’action sociale et de la solidarité (DAS). Le premier contingent, composé de 150 enfants issus des communes de Djanet et Bordj El-Haouès, a pris le départ, hier dimanche, depuis l’aéroport Tiska de Djanet à destination d’Alger où ils profiteront durant une douzaine de jours des plages de la capitale, a indiqué le DAS, Mohamed Ali Ouidène.

Ouverture du parc d'attractions «Mostaland»

Mostaganem -  Le parc de loisirs et d'attractions «Mostaland», situé à Kharrouba, à l'est de la ville de Mostaganem, a été inauguré jeudi soir, parallèlement à l'ouverture de la 50e édition du Festival national du théâtre amateur (FNTA). Le wali de Mostaganem, Abdelwahid Temmar, a présidé, en présence des autorités locales, la cérémonie d'ouverture du parc «Mostaland», marquée par un carnaval et un défilé

Des renforts  de Boumerdès  et de Bouira

La wilaya de Tizi Ouzou, a reçu, hier mercredi, des renforts de la Protection civile des wilayas de Bouira et de Boumerdès afin de lutter contre les feux qui se sont déclarés dans plusieurs localités a-t-on appris du directeur local de ce corps constitué. Selon le colonel Mohamedi Brahim

Guelma : 4 incendies enregistrés, récolte de blé ravagée

Quatre (4) incendies, attisés par la canicule qui a frappé la région de Guelma ces dernières 24 heures, ont ravagé 28 hectares de blé dur et plusieurs superficies de couvert végétal forestier. Le premier incendie, qui s'est déclaré mardi vers 13 heures au lieu-dit «El Begrat»

Médéa : Déploiement d’importants moyens contre les incendies

Lutte -  Toutes les équipes d’intervention de la Protection civile de Médéa ont été déployées suite à la recrudescence du foyer d’incendie du massif de Sidi-Ali dont les flammes ont atteint hier après-midi, la lisière des quartiers El-Koutab et Kouala, dans la périphérie immédiate de la ville de Médéa.

Guelma : Sauver la saison de la tomate industrielle

Initiative -  Une opération de renforcement du périmètre agricole irrigué de Guelma avec une quantité d’eau estimée à 3 millions de m3, à partir des barrages d’Oued Charef de Souk-Ahras et de Medjez El-Bgar d’Aïn Makhlouf (Guelma) a été lancée hier lundi, pour «sauver la saison de la tomate industrielle».

Plages d’Alger : Sorties nocturnes au profit des «enfants de la lune»


L’association «Essaâda» (le Bonheur) qui vient en aide aux enfants atteints de la maladie «Xeroderma Pigmentosum», connus sous le nom «enfants de la lune», organisera prochainement des excursions et des sorties nocturnes vers les plages et les piscines d'Alger tout au long de la saison estivale, a indiqué la présidente de l'Association.

L'argent de la Casnos



Constantine l La Caisse nationale des assurances sociales des non-salariés (Casnos) de Constantine est parvenue à recouvrer pas moins de 1,640 milliard de dinars depuis début 2017 jusqu’au 30 juin dernier, a indiqué lundi le directeur de wilaya de cette caisse, Hacène Rouana. Dans une déclaration à l’APS, le même responsable a affirmé que ce montant constitue 64% du budget prévisionnel de la Casnos pour

Oran /Ses œufs sont l’objet d’un pillage : Menace sur le flamant rose

Vol - La Conservation des forêts de la wilaya d’Oran vient de déposer une plainte auprès de la Gendarmerie nationale contre des individus surpris en train de piller des œufs d’oiseaux migrateurs protégés dans la sebkha d’El-Mactaâ.


C’est ce qu’a révélé hier dimanche le responsable du district de la Conservation des forêts à Arzew.
C’est suite à des informations faisant état de la présence d’individus qui procèdent au pillage d’œufs d’oiseaux migrateurs, dont des espèces protégées par différentes conventions internationales, que la Conservation des forêts a déposé plainte auprès des services de la Gendarmerie nationale, a précisé à l’APS Bouiche Cheikh.
La grande sebkha d’Oran, de par la richesse de sa biodiversité faunistique et floristique, a été classée par la convention internationale de Ramsar en 2001. Le site abrite plusieurs espèces d’oiseaux migrateurs protégées tels l’érismature à tête blanche, la sarcelle marbrée, la grèbe à cou noir, le flamant rose et la tadorne de Belon.
Ces espèces sont considérées par l’Union internationale de conservation de la nature (UICN) comme espèces en danger, précise Ali Mahadji, un ornithologue amateur de renommée internationale, qui connaît bien les lieux. Cet ornithologue avait donné l’alerte sur le pillage des œufs des oiseaux migrateurs au niveau de la zone humide d’El-Mactaâ. Ce phénomène n’est pas nouveau puisque, l’année dernière, il a surpris les pilleurs d’œufs à plusieurs reprises. Ce spécialiste qui surveille le site depuis quatre années, a constaté cette saison une «nette diminution» de certaines espèces et la disparition totale d’autres.
Le pillage des œufs serait sans doute une cause de cette situation, a-t-il soutenu. Cette année, il n’y a plus de trace de l’érismature à tête blanche, une espèce d’oiseau rare et protégée dans le monde entier.
Une colonie de dizaines d’individus a été observée la saison écoulée, a souligné le même ornithologue. Il a estimé que le plus alarmant dans cette situation, c’est que les pilleurs ne sont pas des connaisseurs et ramassent tout ce qui leur tombe sous la main. Ces comportements mettent en danger la pérennité de plusieurs espèces, déjà rares et fragiles. L’érismature et le flamant rose sont des oiseaux très nerveux et abandonnent leurs nids, les œufs et leurs oisillons à la moindre alerte.
Les espèces étant protégées, les pilleurs risquent une amende et la saisie du matériel utilisé dans leurs pratiques frauduleuses (un véhicule utilitaire dans le cas de cette plainte), a indiqué M. Bouiche ajoutant que la surveillance du site par les gardes forestiers sera intensifiée au cours des semaines à venir pour préserver les oiseaux et leurs œufs. Toutefois, les spécialistes s’interrogent sur l’usage de ces œufs, indigestes pour être consommés.
Le secrétaire général de l’association écologique Barbarous, Amine Chakouri, qui a observé, pour sa part, le pillage d’œufs de goélands au niveau de l’île Plane et des îles Habibas, a indiqué qu’il dispose d’informations selon lesquelles ces œufs servent à la préparation de la pâtisserie de qualité douteuse revendue à la sauvette à un prix défiant toute concurrence soit une quinzaine de dinars la pièce.
R. L./APS