Corée du Sud -Corée du Nord : Les familles séparées vont-elles se retrouver ?

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Proposition - Séoul va profiter de sa rencontre exceptionnelle avec le Nord pour poser la question d'une reprise des réunions entre les familles séparées par la guerre (1950-1953), Pyongyang insistant de son côté ce lundi sur la nécessité de réaliser la réunification.


Les deux voisins ont convenu la semaine dernière de la tenue de discussions demain, mardi, à Panmunjom village frontalier où fut signé le cessez-le-feu de la guerre de Corée. Ce sera la première rencontre entre le Nord et le Sud depuis décembre 2015.
Ces discussions devraient porter sur la participation de Pyongyang aux Jeux Olympiques d'hiver qui s'ouvrent le mois prochain à Pyeongchang, en Corée du Sud. Mais les deux délégations devraient aussi en profiter pour mettre d'autres sujets sur la table. "Nous nous préparerons pour des discussions sur la question des familles séparées et sur les moyens d'apaiser les tensions militaires", a déclaré aujourd’hui aux journalistes le ministre sud-coréen de l'Unification. Des millions de personnes ont été séparées pendant la Guerre de Corée qui a entraîné la partition de la péninsule. La majorité sont mortes sans avoir eu la possibilité de se revoir. Le conflit s'est conclu par un armistice plutôt que par un traité de paix et les deux Corées sont toujours techniquement en guerre, si bien que les communications transfrontalières, lettres ou appels téléphoniques sont interdites. Les réunions des familles avaient véritablement commencé après un sommet historique Nord/Sud en 2000. A l'origine, il y avait une rencontre par an, mais les tensions qui surgissent régulièrement dans la péninsule avaient eu raison de ce rythme. La reprise du dialogue survient après deux années de dégradation du climat sur la péninsule, au cours desquelles la Corée du Nord a mené trois nouveaux essais nucléaires et multiplié les tirs de missiles. Elle affirme aujourd'hui avoir atteint son objectif militaire : être en mesure de menacer du feu nucléaire l'ensemble du territoire continental américain. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un l'a réaffirmé ce lundi lors de son message du nouvel an adressé à la Nation, en avertissant qu'il avait en permanence à sa portée le "bouton" atomique. Mais il a aussi profité de ce discours pour, fait rarissime, tendre la main au Sud, et évoquer une participation d'athlètes nord-coréens aux JO. Séoul a répondu en proposant la tenue le 9 janvier de discussions de haut niveau à Panmunjom, tandis que Corée du Sud et Etats-Unis ont décidé de reporter à l'après-JO leurs exercices militaires annuels, lesquels ne manquent jamais d'irriter Pyongyang. "La force à l'œuvre derrière l'amélioration des relations intercoréennes n'est pas étrangère, c'est la nation coréenne elle-même", proclamait ce week-end l'agence officielle nord-coréenne KCNA.
R. I. /Agences