Pakistan : Attentat ce matin à Lahore

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

05Violences n Au moins 5 personnes ont été tuées ce mercredi à Lahore dans un attentat taliban contre une des équipes chargées de la vaste opération de recensement de la population lancée le mois dernier au Pakistan.

L'explosion, qui s'est produite vers 8h du matin (3h GMT) sur une avenue périphérique de la capitale culturelle du Pakistan, a également fait au moins dix blessés.
Elle a été rapidement revendiquée par les talibans pakistanais (TTP), dont un porte-parole a déclaré à l'AFP : «Nous revendiquons la responsabilité de l'attentat de Lahore. Il a été commis parce que les forces pakistanaises continuent de tuer nos membres détenus en prison».
Sur place, les responsables demeuraient cependant prudents sur la cause de l'explosion, soulignant que la piste d'une fuite de gaz n'était pas totalement à exclure dans l'immédiat. Un premier bilan de 4 victimes a été revu à 5 morts, a déclaré à la télévision le ministre de la Santé de la province du Pendjab, Khawaja Iman Nazir à l'issue d'une visite à l'hôpital.
«J'ai parlé au chauffeur du bus mais il est toujours en état de choc et dit qu'il n'a aucune idée de ce qu'il s'est passé», a-t-il dit. «Il est trop tôt pour dire quelque chose avant les rapports d'experts, mais il est possible qu'il s'agisse d'un attentat-suicide», a pour sa part estimé le responsable de l'administration de Lahore, Abdullah Sumbal.
Un responsable de la police a, pour sa part, estimé sous couvert de l'anonymat que le doute n'était plus permis : «Oui, c'était un attentat contre une équipe en charge du recensement», a-t-il dit.
Le Pakistan a lancé le mois dernier sa première opération de recensement en près de deux décennies, une tâche gigantesque dans laquelle sont impliqués des dizaines de milliers de recenseurs civils et militaires. Cette opération suscite de vives tensions politiques et inquiétudes dans le pays en raison des probables profondes répercussions qui en découleront. Considéré par l'ONU comme le sixième pays le plus peuplé du monde, le pays a désormais une population estimée à environ 200 millions d'habitants.
L'armée et le bureau des statistiques se sont refusés à tout commentaire sur l'explosion.
«Le recensement est un devoir national et nous le mènerons à bien», a souligné le responsable de l'administration de Lahore, Abdullah Sumbal. «La sécurité ne faisait pas défaut, mais vous savez comme il est difficile de faire face aux attentats-suicides», a-t-il ajouté. Le dernier attentat au Pakistan remonte à vendredi, lorsque au moins 22 personnes ont péri dans une attaque à la voiture piégée sur un marché d'une zone tribale majoritairement chiite du nord-ouest du Pakistan. Il a été revendiqué par les talibans pakistanais.
Les violences au Pakistan ont diminué ces dernières années dans la foulée d'une offensive de l'armée pakistanaise lancée en juin 2014 contre les bases arrières des groupes extrémistes armés qui opéraient jusque-là impunément dans les zones tribales du nord-ouest du pays. Mais ce calme relatif a été interrompu par un mois de février meurtrier lorsque plus de 130 personnes sont mortes lors d'attentats ou d'événements violents. Lahore a ainsi été frappée par un attentat-suicide qui avait fait une quinzaine de morts et avait été revendiqué par une faction particulièrement active du mouvement des talibans pakistanais, Jamaat-ul-Ahrar (JuA). Dix jours plus tard, une autre explosion dans un quartier chic de Lahore avait coûté la vie à sept personnes, mais avait été attribuée par les autorités à un accident dû à une fuite de gaz.
R.I. /Agences