en bref…

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

Allemagne : diplomatie l Stabiliser la Libye et endiguer l'afflux de migrants par la Méditerranée, ces deux thèmes profondément liés et cruciaux pour l'UE doivent dominer la visite de la chancelière allemande Angela Merkel jeudi au Caire et vendredi à Tunis.

Il sera aussi question de coopération économique, l'Egypte comme la Tunisie étant en quête d'assistance et d'investissements pour relancer des économies atones minées par le chômage. Mais c'est bien la Libye, située entre ces deux pays, plongée dans le chaos depuis 2011 et tête de pont pour les migrants tentant de rejoindre l'Europe, qui sera au coeur des discussions de la chancelière avec le président égyptien      Abdel Fatah al-Sissi et avec le président tunisien Béji Caïd Essebsi.
RDC : rébellion  l L'armée congolaise a annoncé mercredi avoir abattu 20 rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) et perdu deux soldats lors de combats survenus depuis la fin janvier dans l'est de la République démocratique du Congo. «Le bilan des affrontements fait état de 20 morts coté ennemi, 25 capturés et rendus, deux soldats des FARDC (Forces armées de la RDC, ndlr) tués et six blessés dans les rangs de l'armée», a déclaré lors d'une conférence de presse à Goma le général Léon Mushale, commandant des opérations dans la province du Nord-Kivu. Ce bilan  concerne les affrontements survenus le 31 janvier et du 20 au 22 février, selon l'armée. Pour la Mission de l'ONU en RDC (Monusco), le M23 représente toujours «une menace» pour la sécurité dans l'est de la RDC, affirmant disposer «de multiples indices» sur la présence de ces                       ex-combattants sur le territoire congolais.
Ethiopie : opposition l Le gouvernement éthiopien a annoncé mercredi avoir lancé des poursuites judiciaires contre trois opposants, accusés d'incitation à l'émeute, destruction de biens et préparation de coup d'Etat lors d'un récent mouvement de contestation du régime. Ces accusations font suite à des mois        d'affrontements entre la police et des manifestants antigouvernementaux, qui ont fait des                 centaines de morts et n'ont cessé qu'avec la proclamation de l'état d'urgence en octobre pour une durée de six mois sur l'ensemble du pays. Deux des opposants visés sont Jawar Mohammed, dirigeant du Oromia Media Network (OMN), un média d'opposition basé aux           Etats-Unis, et Berhanu Nega, déjà condamné à mort par la justice éthiopienne dans le passé. Les deux hommes vivent à l'étranger, mais le troisième accusé, le président du Congrès fédéral oromo (OFC) Merera Gudina, a été arrêté en décembre et sera jugé à Addis Abeba.
Irak : résistance l Plus de 28.000 personnes ont fui les combats à Mossoul-Ouest depuis le début il y a 10 jours de l'opération contre l'EI lancée par les forces irakiennes. Les autorités de Bagdad avaient reconquis le 24 janvier les quartiers de la partie Est de la ville coupée en deux par le fleuve Tigre. Les forces du gouvernement sont appuyées par la coalition internationale antijihadistes sous            commandement américain. Une reprise totale de Mossoul, le dernier grand fief du groupe Etat islamique (EI) en Irak, porterait un coup très dur à cette organisation jihadiste responsable         d'atrocités en Irak et en Syrie mais aussi dans d'autres pays.