Ligue 1 - Mobilis : MCA 0 - USMA 2 / C’était la soirée des Rouge et Noir

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Un Mouloudia méconnaissable


Décompte - Finalement, le match tant attendu dans le championnat algérien n’a valu que par l’ambiance créée dans les gradins par les deux galeries, celle du MCA et celle de l’USMA.


Hier, Alger a vécu une soirée en rouge et noir. Sur le terrain, il y a eu une terne prestation, mais ce sont les Usmistes, plus volontaires et plus opportunistes, qui se sont permis le luxe de remporter le 85e derby entre le MCA et l’USMA. Une victoire ô combien précieuse qui redonne du sourire aux fans usmistes après une période de doute.
En effet, les Rouge et Noir ont pu stopper l’hémorragie en mettant un terme à une série négative de deux défaites consécutives à domicile face au CS Constantine et à la JS Saoura. Pour se refaire une santé mentale, il n’y a pas plus beau que de gagner (2-0) devant le frère ennemi mouloudéen et offrir un cadeau à leurs supporters, histoire de se faire pardonner.
L’entraîneur usmiste, Miloud Hamdi, qui a su faire en dépit des absences enregistrées dans le compartiment offensif, a mis sur pied un «onze» qui avait affiché ses intentions dès l’entame de la partie. Les camarades de Koudri, très présents sur le terrain, ont remporté presque tous les duels, empêchant les Mouloudéens de développer leur jeu habituel. Il n’y avait pas eu, certes, de grosses occasions de scorer, mais les Usmistes ont mis à rude épreuve le gardien de but Châal, qui avait dû intervenir plusieurs fois pour dégager de dangereux corners bottés par Benmoussa. Les Mouloudéens ont laissé un bon quart d’heure de domination aux Usmistes avant de sortir petit à petit de leur coquille et accaparer le ballon.
Les hommes de Casoni ont eu deux opportunités assez dangereuses, mais ni Bendebka, qui avait très mal exploité son face-à-face avec Zemmamouche (13’) ni encore le puissant coup franc de Hachoud, qui avait trouvé le gardien de but usmiste sur la trajectoire du ballon (19’), n’ont permis au Mouloudia de concrétiser. A partir de la 20e minute, le Mouloudia a repris les commandes des opérations chipant le ballon à l’USMA, mais c’était une domination stérile surtout que les camarades de Chafaï ont bien quadrillé leur périmètre, bloquant la progression du milieu de terrain adverse. Koudri a eu une grosse opportunité, mais son tir a été détourné in extremis par Mebarakou (27’). Les supporters des deux équipes ont essayé de réveiller les 22 acteurs, mais le reste du premier half a été quelque peu terne avec de rares offensives de part et d’autre. Après la pause, le match avait complètement changé de physionomie puisque dix minutes seulement après son entame, l’arbitre Boukouassa a justement accordé un penalty à l’USMA à la suite d’une faute évitable d’Amada sur Benguit dans la surface de réparation. Benmoussa, l’artilleur-maison, n’a paseu de peine pour prendre à contre-pied le portier mouloudéen (56’). Le Mouloudia a eu une réaction instantanée, d’abord par Nekkache puis par Hachoud qui étaient tou s les deux proches d’égaliser (60’), mais il fallait compter sur un Zemmamouche des grands jours qui repoussa toutes les tentatives en Vert et Rouge. Casoni a fait rentrer toutes ses cartes offensives en incorporant Balegh, Seguer et El-Mouaden, mais c’était sans succès.
L’inefficacité offensive fait défaut à cette équipe mouloudéenne depuis le début de saison. En s’exposant aux contres adverses, le MCA a dû s’incliner une deuxième fois à la suite d’une erreur profitable à Beldjilali, qui avait servi sur un plateau Darfalou. L’avant-centre de l’USMA ne s’est pas fait prier pour battre Chaâl et ajouter le deuxième but (85’). Un but qui a anéanti tous les espoirs des Vert et Rouge pour revenir dans le match, qui s’est terminé par une victoire méritée pour les Rouge et Noir.
Djamel O.

Le constat : Casoni : «Nous avons perdu notre football»

lL’entraîneur du MCA, Bernard Casoni, a perdu son premier véritable test. La défaite de son équipe face à l’éternel rival risque de lui porter préjudice à l’avenir, lui qui jouissait de toute la confiance des supporters avant la soirée d’hier. Le Marseillais saura certainement l’impact d’un revers contre l’USMA dans les prochains jours, surtout que ses choix ne sont pas exempts de tout reproche. «Nous avons été maladroits dans nos gestes. Nous avons offert la victoire à l’adversaire. Pour être sincère, nous ne méritions pas de gagner ce soir. Nous n’avons pas réussi à développer notre jeu habituel. C’est rageant. Les joueurs ont évolué avec la peur au ventre. Ils avaient peur de mal faire. Nous sommes à la place qui correspond à l’état de l’équipe actuelle. Il ne faut pas se voir plus beaux qu’on ne l’est. Il faut savoir que nous ne pouvons pas faire mieux. Dans un match à enjeu, nous n’avons pas réussi à répondre présents. En première mi-temps, nous avons joué comme si nous avions les jambes liées. Après, nous leur avons offert les deux buts à la suite à d’erreurs individuelles. Sur ce que j’ai vu, beaucoup de nos joueurs n’ont pas joué sur leur vraie valeur», a indiqué le coach mouloudéen.
Dj. O.

L’homme du match : Benguit, le grand artisan du succès

l L’international usmiste, Raouf Benguit, a été désigné homme du match par la Ligue de football professionnel. Incontestablement, il le méritait amplement de par son abattage durant toute la rencontre et sa présence dans tous les ballons. Certes, il n’a pas inscrit de but, mais sa prestation était décisive dans la victoire des siens puisqu’il avait débloqué la situation en étant derrière l’action qui avait amené le penalty en faveur de son équipe. «Je suis très content de cette distinction personnelle et je suis fier d’avoir contribué à cette victoire. Nous avons été plus tranchants dans ce match. Nous voulions absolument gagner pour faire plaisir à nos supporters qui étaient déçus après nos deux derniers revers à domicile. J’ai fait mon travail sur le tarrain et cela grâce aux efforts de tous les joueurs. Maintenant, il faut penser aux prochains matches pour remonter au classement», a indiqué le jeune milieu de terrain usmiste, qui sera suspendu pour le prochain match après avoir reçu un carton jaune pour contestation de décision arbitrale.
Dj. O.

Le vainqueur : Hamdi : «Nous étions plus volontaires»

l Miloud Hamdi, l’entraîneur usmiste, était bien plus joyeux que son vis-àvis mouloudéen à la fin du match. C’est tout à fait normal pour quelqu’un qui venait de faire subir un affront au meilleur adversaire de l’USMA et rendre heureux les supporters de l’équipe, déçus après les derniers revers de leur équipe. «Je dois, d’abord, féliciter les joueurs pour tout ce qu’ils fourni comme efforts tout au long du match. Aujourd’hui, nous avons gagné car nous y avons mis le cœur. Ce n’est pas facile de gagner un derby, mais tout le monde avait remarqué que nous étions plus volontaires. Nous avions eu plus d’envie pour vaincre, car il fallait rebondir après les derniers mauvais résultats enregistrés par l’équipe. Je suis fier de mes joueurs et des supporters, je suis certain que cette victoire va nous libérer davantage sur le plan psychologique, en prévision de la suite de l’exercice. Il faut dire aussi que cela va nous permettre de rendre le sourire aux joueurs et aux supporters, seulement il faudra enchaîner. Maintenant, il faut penser au prochain match. Nous allons affronter le MCO et je peux vous assurer que ce sera difficile. Cependant, nous allons profiter de l’état d’esprit actuel pour faire de bonnes choses à Oran. Mais avant notre déplacement, laissez-nous savourer cette victoire», a-t-il souligné.
Dj. O.

Les invités : Présence de l’ambassadeur des USA

l On sait la popularité du derby algérois MCA - USMA à l’échelle national, voire régional, mais on s’aperçoit qu’il est en train de prendre une ampleur mondiale. En effet, on se rappelle le déplacement en Algérie d’Eric Cantona, l’enfant terrible du football français, converti en réalisateur de documentaires sportifs, il y a deux ans pour vivre ce match, après avoir filmé les derbys d’Argentine (Boca-River), de Manchester (United-City), de Turquie (Fener-Galatasaray)… Hier, le match a enregistré une présence de taille. Il s’agit de l’ambassadeur des Etats Unis d’Amérique, Son Excellence John Desrocher, et du représentant de l’ambassade de la Grande Bretagne, qui ont suivi l’affiche entre les deux grands clubs algérois. Avant le début du match, la direction du Mouloudia d’Alger a offert deux maillots des Verts aux deux diplomates floqués de leurs noms. A signaler que les deux figures emblématiques des deux clubs, Abdelkader Drif (MCA) et Saïd Allik (USMA), ont donné le coup d’envoi symbolique de la rencontre.
Dj. O.
Les facettes de jeu : Il y avait hors-jeu dans le but du MCA
lIl faut reconnaître que l’arbitre Boukouassa a été l’auteur d’une excellente prestation lors de ce derby MCA - USMA. Il y avait de rares facettes de jeu qui pouvaient créer la polémique à l’image du but inscrit par l’avant-centre du MCA. Les supporters du MCA avaient cru à l’égalisation lorsque Barnabas a repris le cuir dévié par Bendebka, mais l’attaquant nigérian était en nette position de hors jeu. Invité à commenter l’arbitrage de la rencontre, le coach du MCA a assuré : «Ce n’est pas l’arbitre qui nous a fait perdre.»
Dj. O.


Qui perd les derbys perd le championnat 


Constat - En s’inclinant hier, en match de mise à jour du championnat de Ligue 1 Mobilis, contre l’USM Alger, le Mouloudia Club d’Alger aura perdu son quatrième derby algérois.


Le Mouloudia Club d’Alger, dont l’ambition dès le coup d’envoi de l’actuel exercice 2017-2018, est de jouer le podium, pour ne pas dire remporter le titre de champion, a perdu, hier en match de mise à jour contre l’USM Alger (0-2), son troisième derby de la capitale après ceux face au CR Belouizdad (0-2) et le NA Hussein Dey (0-1). La seule victoire inscrite au tableau des Vert et Rouge est celle acquise, difficillement, contre le Paradou AC (2-1), en attendant la dernière confrontation de la phase-aller contre l’USM El-Harrach.
Ce sont donc neuf points dilapidés dans le ‘«mini-championnat’» algérois qui aurait pu permettre au Mouloudia d’être en compagnie du leader, le CS Constantine. Ne dit-on pas que celui qui gagne le maximum de derbys est bien placé pour prétendre au titre de champion ? Si l’on croit à cette tendance, les hommes de Bernard Casoni sont loin du compte, surtout à l’issue du match d’hier face à leurs voisins usmistes qui, eux, se remettent dans le sens de la macrhe après deux défaites consécutives à la maison (CSC et JSS). En effet, les Vert et Rouge, qui retrouvèrent le stade du 5-Juillet, n’ont pas réussi à mettre à profit leur meilleure forme mentale pour passer l’écueil usmiste. Encore une fois, ils feront les frais des choix de leur entraîneur qui, malgré la petite empreinte qu’il tente d’mprimer à son équipe, n’arrive toujours pas à s’imposer dans les grandes affiches (CRB, CSC, NAHD, USMA).
La défaite contre une USMA ressuscitée et un entraîneur, Miloud Hamdi, plus affûté, prouve que le Doyen est encore fébrile et moins fringant, surtout lorsque Casoni confie les clès du jeu à certains éléments qui n’ont rien prouvé ou qui n’ont pas le niveau, à l’image du Nigérian Barnabas, complètement effacé et muet depuis douze journées ! Mettre d’entrée un Balegh ou un El-Mouaden sur le banc de touche alors que leurs bagages techniques auraient été plus utiles dans ce match est une erreur de discernement de la part du staff technique du MCA. La défense a également montré ses approximations et un manque d’assurance. Quant aux deux buts encaissés, ils sont le résultat de fautes de débutants puisque sur le premier, le penalty de Benmoussa, Amada aurait pu éviter la faute sur Benghit plutôt enfermé dans la surface, alors que sur le second la balle perdue au milieu a été fatale.
A trois journées de la fin de la phase aller, un gros travail attend Casoni et ses hommes avant les deux déplacements à Sidi Bel-Abbès (contre l’USMBA, 13e journée) et Béchar (JS Saoura, 15e journée) et le derby face à l’USMH (14e journée), pour grapiller quelques précieux points qui pourraient leur permettre de rester collés au peloton de tête.
Par ailleurs, la direction du club s’active pour se renforcer d’ici le prochain mercato où plusieurs noms sont déjà sur le bureau du directeur sportif Kamel Kaci- Saïd, vu que certains éléments n’ont pas donné satisfaction et n’ont pas répondu présents.
A. Salah-Bey

Le face-à-face des gradins : 10/10 pour les supporters des deux équipes
Dans les gradins, les galeries des deux clubs ont été tout simplement grandioses. Ce n’était pas une surprise puisque les supporters du MCA et de l’USMA ont toujours été fidèles à leurs traditions. Le stade avait affiché complet et les deux galeries ont gratifié les présents de belles images dans les gradins. Le Mouloudia a affiché un superbe tifo où on pouvait lire : «La suprématie du peuple vert». Ce message avait orné le virage sud du MCA, mais la réponse du virage nord, celui où étaient entassés les fans de l’USMA ne s’est pas fait attendre. Ils ont déployé une grande banderole avec un marin sur son embarcation de l’époque où Alger dominait la Méditerranée sur un fond bleu synonyme de mer. Le message relate l’histoire d’Alger, le tout dans une ambiance extraordinaire. A la fin de la rencontre, les deux entraîneurs n’ont pas oublié leurs fans. Si celui de l’USMA avait dédié la victoire aux siens, celui du MCA n’a pas manqué d’afficher sa déception envers ses fans. «Je suis beaucoup plus déçu pour les supporters qui ont fait un travail magnifique au cours de cette rencontre. Même si nous devions perdre, il fallait au moins être dignes de ce public et développer notre jeu. Face à des supporters pareils, il fallait au moins faire match nul. Je suis vraiment déçu», a regretté Casoni.
Dj. O.  

La défaillance : La maladresse des attaquants mouloudéens
On ne cessera pas de le répéter, mais l'une des principales raisons du parcours très moyens et surtout de la défaite du Mouloudia d’Alger, hier, face à l’USMA, demeure l’énorme inefficacité offensive et le manque flagrant de réalisme de ses attaquants. Hier encore, aucun attaquant n’a réussi à tirer son épingle du jeu. Il y a eu quelques satisfactions, à l’image de Brahim Amada, malgré sa faute sur Benguit qui avait provoqué le penalty, et Hachoud, qui a tout fait pour aider son attaque, mais c’était peu. Barnabas, Nekkache, Balegh, Seguer et El-Mouaden n’ont, à aucun moment, pesé sur la défense usmiste. Il y a eu une grosse maladresse de la part des attaquants, qui avaient pourtant eu quelques opportunités de trouver le chemin des filets. Mais il faut savoir que cela ne datait pas d’hier puisque le MCA n’avait inscrit que 10 buts en 12 matches, soit moins d’une réalisation par rencontre. Et ce ne sont pas forcément les attaquants qui se sont illustrés. Sur les 10 buts inscrits, 40% ont été l’œuvre des défenseurs Hachoud (2 buts), Boudebouda (1 but), Azzi (1 but), 30% inscrits par un milieu de terrain Derrardja (3 buts), alors que seuls deux veritables attaquants ont trouvé le chemin des filets, Nekkache (2 buts) et Balegh (1 but). Il faut savoir que le MCA n’a pas marqué dans la moitié des rencontres disputées, soit 6 matches sur 12 (CRB, OM, CSC, USMA, NAHD et MCO). A ce rythme, on peut d’ores et déjà annoncer une saison ratée pour les Vert et Rouge.
Dj. O.  

La tactique : Hamdi a pris le dessus sur Casoni


Duel - On peut dire que le derby d’hier était plutôt une grosse bataille tactique entre deux entraîneurs, qui se sont croisés pour la première fois.


Le dernier mot est revenu à l’Usmiste Miloud Hamdi, qui avait bien étudié le jeu de son homologue mouloudéen, Bernard Casoni, en mettant sur pied un système, qui avait quasiment paralysé le MCA.
Casoni avait aligné un «onze» régulier à vocation offensive, avec un 4-2-1-3 avec Barnabas qui a été préféré à Balegh. Chaâl dans les buts, Hachoud et Boudebouda sur les couloirs devaient en plus de leur tâche défensive apporter leur soutien aux attaquants. Mebarakou et Bouhenna dans la charnière centrale, alors que Karaoui et Bendebka avaient pour mission de ratisser un maximum de ballons au milieu de terrain. Amada était le relayeur, Derrardja animateur et pourvoyeur de ballons pour Nekkache et Barnabas. En face, le coach de l’USMA, Miloud Hamdi, a préféré assurer ses arrières avec un système en 4-4-2. En plus des quatre défenseurs, Benyahia, Chérifi, Abdellaoui, Chafaï, le milieu de terrain était très fourni avec la présence de Koudri, Benkhemassa, Benguit et Benmoussa, alors que le duo Darfalou - Yaya a composé le compartiment offensif. En revoyant la rencontre, force est de reconnaître que la défaite du Mouloudia d’Alger face à son éternel rival, l’USM Alger, est purement tactique. L’entraîneur Casoni, qui a, certes, donné une assise dans le jeu des Vert et Rouge depuis son arrivée, s’illustre par ses fréquents changements opérés dans le «onze» de départ à chaque fois, ce qui a accentué l’énorme problème dont souffre l’équipe, à sa voir l’efficacité offensive. Hier, ses choix sont également remis en cause.
Les spécialistes ne comprennent pas pourquoi la titularisation du Nigérian Barnabas, qui s’était retrouvé, à chaque fois, gêné par Nekkache. Ou encore la position de Derrardja, excentré sur le côté gauche, alors qu’il est plus utile dans l’axe. Casoni avait laissé des joueurs qui auraient été plus fructueux, à l’image de Balegh et Seguer ou El-Mouaden sur les côtés, s’entêtant à faire confiance à Barnabas, qui n’a toujours pas trouvé le chemin des filets dans le championnat algérien.
Une chose est sûre, le MCA ne fera pas le poids avec les autres formations de Ligue 1 cette saison avec ce jeu et surtout ces joueurs. En plus, tactiquement Casoni a failli. Beaucoup de choses doivent être revues. «Non, nous nous sommes juste imposés. Je ne veux pas parler beaucoup, je ne retiens que la victoire. Je dirais aussi que j’ai peut-être su gagner ce match car j’ai mis en place une stratégie qui a bien fonctionné, la réaction de mes joueurs était plus importante», a fait savoir Hamdi.
Djamel O.