Tamanrasset semble illustrer un bon exemple en la matière : L’après-pétrole porte un nom : agriculture

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     


Un nouveau challenge pour la wilaya



Objectifs -  La diversification des produits agricoles constitue un des objectifs sur lesquels mise le secteur de l’agriculture et un challenge à relever dans la wilaya de Tamanrasset.


Cette perspective que visent à atteindre aussi bien les services de la direction locale des services agricoles (DSA) que les agriculteurs de la wilaya, est confortée par les indices "positifs" apparus ces dernières années grâce à la fédération des efforts dans le cadre de la promotion des activités agricoles dans cette région de l’extrême Sud du pays, estiment les responsables de la DSA.
Les efforts continus déployés par les agriculteurs, à la faveur du soutien des pouvoirs publics, ont été boostés par l’orientation, au titre de la saison agricole 2017/2018, vers le développement de nouvelles expériences agricoles portant notamment sur la culture de la tomate industrielle, adoptée à la suite de la visite, en mai dernier dans la wilaya, d’une commission ministérielle, et des résultats "satisfaisants" obtenus de la première expérience menée sur une surface de quatre hectares.
Dans l’optique d’impulser et de promouvoir les activités agricoles dans la wilaya de Tamanrasset, sont projetées plusieurs opération de forages d’irrigation à travers différentes régions, l’exploitation des barrages inféro-flux jugés très profitables dans la région de l’Ahaggar aux nombreux Oueds.
La réalisation de ces barrages s’effectue à la lumière d’études multisectorielles afférentes aux différents volets social, environnemental et animal, en vue d’éviter d’éventuelles retombées négatives. Selon le chef de service à la DSA, une importante étude liée à la valorisation et la mobilisation des ressources en eau dans le bassin de l’Ahaggar est menée par le commissariat au développement de l’agriculture en régions sahariennes (CDARS-Ouargla) avec le concours du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, et l’Organisation arabe pour l’Agriculture.
Le projet d’étude, qui prévoit le financement d’opérations susceptibles d’assurer un approvisionnement suffisant en eau d’irrigation agricole, cible notamment les volets liés aux cours d’eau, les Oueds et le climat.
La wilaya de Tamanrasset renferme une surface agricole globale de 720 hectares, dont 415 ha en irrigués et le reste (305 ha) dédié aux activités culturales traditionnelles, en partie dans la céréaliculture, notamment dans les régions d’Abalessa et d’In-M’guel, selon les services de la DSA.

Tidikelt : nouvel Eldorado  de la tomate

< Cette expérience intervient à la suite de la volonté manifestée par un investisseur privé, opérant dans le domaine de la conservation de la tomate à Reggane (Adrar), de reproduire l’expérience de la culture et de la conservation de ce produit dans la région du Tidikelt (nord de Tamanrasset), a précisé le chef de service de l’organisation de la production et de soutien technique à la DSA. Abdelaziz El-Seddi a expliqué que les agriculteurs ayant mené cette expérience "réussie" se sont dits prêts à la faire aboutir et étendre la superficie lui étant consacrée à 14 hectares, à la faveur d’une convention de partenariat avec l’investisseur, augurant ainsi d’un avenir prometteur pour la filière.

Pastèques et dattes aux frontières

A ces efforts de développement et de diversification des produits agricoles à travers cette vaste wilaya, la DSA s’emploie à développer les activités agricoles dans la région frontalière d’In-Guezzam et celle d’In-Salah où a été réussie la production de certains produits saisonniers (pastèque, dattes et autres). Confinée à l’extrême Sud de la wilaya de Tamanrasset, la région d’In-Guezzam offre plusieurs facteurs lui conférant une place de choix parmi les zones agricoles de par l’étendue de ses périmètres agricoles et la réunion des conditions naturelles nécessaires, notamment l’abondance de la ressource hydrique souterraine, contribuant à l’amélioration de la qualité de la production. La DSA, qui table sur le développement et la diversification de certains produits agricoles, notamment maraichers, a fait état de l’examen par la commission d’orientation agricole de plusieurs dossiers d’investissement dans la région d’In-Guezzam. Il est signalé, dans le cadre de la promotion de l’investissement agricole, de la réalisation et la mise en service d’un forage d’irrigation agricole, ainsi que l’électrification des exploitations de 25 promoteurs pour les aider à les travailler.

CNAC, l’agriculture fait le plein en 2017 

Le bilan de la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC) pour les 10 mois de l’année 2017 fait état de 49% d'entreprises créées dans le cadre de ce dispositif dans le domaine de l’agriculture. Le directeur général de ce dispositif a indiqué que la CNAC a financé quelque 2 500 projets au cours de l’année 2017 dont 49% touchent à l’agriculture. Il s’agit de petites fermes, de projets d’élevage ovin et bovin ainsi que d'élevage de poulet de chair et de poules pondeuses, a précisé Mohamed Mahmoudi, soulignant que la direction de la CNAC encourage les porteurs de projets à investir dans les projets à valeur ajoutée, notamment dans le domaine de l’agriculture, le tourisme, les TIC, l’environnement. Les 2 500 projets financés par la CNAC au cours des 10 premiers mois de l’année 2017 ont permis la création de quelque 7 500 postes d’emploi, avec une moyenne de 3 postes par entreprise, a-t-il fait savoir. Le taux de recouvrement à la CNAC est estimé à 58%, un taux appréciable, selon le Dg de la CNAC, qui a indiqué que le taux des projets en échec ne dépasse pas les 4%, selon le même responsable.

Projets de développement : quand l’horizon s’éclaircit…


Dynamique -  Plusieurs opérations de développement, tous secteurs confondus, ont été retenues en faveur de la wilaya…


C’est ce qu’affirme le secrétaire général du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, avec le but, indique-t-il, d’impulser la dynamique de développement dans la cette région de l’extrême Sud du pays.
Intervenant lors d’une rencontre tenue en présence des secrétaires généraux d’autres départements ministériels, Salaheddine Dahmoune a affirmé qu’une série de projets de développement, d’un financement de plus de 4,6 milliards DA, a été accordée à la wilaya de Tamanrasset et les wilayas déléguées d’In-Salah et In-Guezzam, pour booster le développement dans ces régions et répondre aux attentes de leurs populations.
La commune de Tamanrasset verra une relance des travaux d’aménagement urbain, l’aménagement et l’équipement d’établissements scolaires en matériels scolaires et équipements de climatisation, ainsi que le lancement d’une étude technique pour la réalisation de 30 classes à travers la wilaya, a-t-il fait savoir. La wilaya déléguée d’In-Guezzam s’est vue accorder, dans ce cadre, l’ouverture et la viabilisation d’une piste reliant les localités d’In-Ghessane et Tin-Zaouatine, la réhabilitation du réseau d’assainissement, l’extension de celui d’alimentation en eau potable, des opérations d’aménagement urbain, la réalisation d’une esplanade, l’extension du réseau d’éclairage public et de l’électrification rurale, l’aménagement du stade communal et la réalisation de deux stades proximité. La réalisation de six salles dans deux écoles primaires à Tin-Zaouatine, la réhabilitation et le revêtement d’une pelouse synthétique du terrain de l’ancien stade communal, la réalisation d’un stade de proximité au profit de la localité de Taoundert, l’extension du réseau d’assainissement et la réalisation de puits pastoraux pour l’abreuvage du cheptel, figurent parmi les projets opérations projetées.
La wilaya déléguée d’In-Salah s’est vu accorder une bonne part de ces projets, dont des opérations liées au parachèvement des projets de route et ruelles raccordant les quartiers et ksour de cette collectivité, en plus de la réalisation de 14 opérations portant extension et réhabilitation des réseaux d’eau potable et d’assainissement, l’extension du réseau d’éclairage public. Elle a bénéficié aussi de la réalisation d’un abattoir communal, l’équipement de structures et installations sportives et de la réalisation de huit stades de proximité à travers les quartiers du chef lieu de la commune d’In-Salah.


Crèches, stades  et espaces verts  à Foggaret-Ezzoua

Les communes de Foggaret-Ezzoua et In-Ghar ont, pour leur part, bénéficié, dans ce cadre de cette dynamique de déevellopement, de projets de réalisation et d’extension des réseaux d’assainissement et d’eau potable, l’aménagement d’espaces verts, l’extension des réseaux d’éclairage pour la commune de Foggaret-Ezzoua et ses environs, et la réalisation et l’équipement de deux crèches, l’aménagement urbain et la réalisation de deux stades de proximité pour celle d’In-Ghar.

Santé : subventions exceptionnelles dans le secteur

< Outre ces efforts visant la prise en charge des attentes de la population locale et l’amélioration de son cadre de vie, les pouvoirs publics ont accordé des subventions jugées exceptionnelles pour les communes d’Ideles, Tazrouk et In-M’guel, destinées notamment à la prise en charge des dépenses de carburants utilisés dans la production électrique alimentant ces collectivités. Le SG du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales a saisi l’opportunité pour inviter le citoyen à s’impliquer dans les efforts de promotion du développement local, à accorder une grande importance à la prochaine échéance électorale car liée à la prise en charge des préoccupations directes des administrés. Le secteur de la santé sera également renforcé, au titre des efforts de promotion de la couverture sanitaire, par de nouvelles opérations portant sur la réalisation de deux structures hospitalières à In-Guezzam et Tin-Zaouatine (60 lits chacune) et de deux autres à Tamanrasset et In-Salah (200 lits chacune), en plus de la prise en charge du problème de déficit en encadrement médical spécialisé, à travers l’affectation de 33 praticiens spécialistes, et une équipe médicale cubaine de 37 praticiens et assistants, a indiqué, pour sa part, le SG du ministère de la Santé, de laPopulation et de la Réforme hospitalière.

Microcrédits : la solution à l’emploi des femmes ?

< Pas moins de 1.841 femmes, issues de différentes régions rurales de la wilaya de Tamanrasset, ont bénéficié ces cinq dernières années de microcrédits dans le cadre du dispositif de l’agence nationale de gestion du micro-crédit (ANGEM). Visant l’amélioration du cadre de vie de cette catégorie sociale et l’encouragement de son implication dans la dynamique du développement local, ce dispositif, ayant généré depuis 2012 pas moins de 2.785 emplois, a profité aux femmes des zones et localités rurales disséminées à travers les communes de Tamanrasset, In-M’guel, Foggaret-Ezzoua, In-Salah, In-Guezzam et Tin-Zaouatine, a indiqué le responsable de l’antenne locale de l’ANGEM, Ahmed Ouled Salem. Les activités des bénéficiaires, notamment la femme rurale prioritaire dans le dispositif, sont versées notamment dans les créneaux de l’agriculture, l’artisanat, les services, le commerce et d’autres activités féminines. Selon le chargé de la gestion de la direction de l’action sociale (DAS), le dispositif de l’ANGEM, visant l’accompagnement et la promotion de la situation de la femme dans la région, prévoit l’élargissement de la liste des activités féminines éligibles au financement aux secteurs de l’agriculture et de l’artisanat, susceptibles d’impliquer la femme rurale à la dynamique de développement local.