Macron et l'Algérie : Une autre façon de faire de la politique : «Une autoroute  de l’amitié»

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Particularité -  Il est le seul homme politique de France à reconnaître les crimes français pendant la guerre d'Algérie qu'il a qualifiés courageusement de "crimes contre l'humanité" puis pour moduler son propos de "crimes contre l'humain".


Avec l'arrivée en trombe d'Emmanuel Macron sur la scène politique, les chamboulements qui ont eu lieu et qui se préparent en France devraient nous inciter à voir la politique autrement avec un autre œil avec la lorgnette d'une autre vision de la chose.
Bien sûr tout ce qui se passe en France nous intéresse à plus d'un titre ne serait ce que parce que nous avons partagé une histoire commune que nous nous trouvons dans la même sphère économique et géographique et aussi parce que nous avons dans ce pays plus de trois millions d'Algériens qui vivent depuis des décennies.
Il n'y a pas une famille en Algérie qui n'ait pas un parent ou un proche dans l'hexagone. Et nous ne parlons pas des milliers d'étudiants qui poursuivent leur cursus dans ce pays. Pour en revenir à l'élection de Macron à la présidence de la république française, nous ne pouvons nous empêcher de rappeler sa promesse de réaliser entre l'Algérie et la France une "autoroute" de l'amitié. En plus il est le seul homme politique de France à reconnaître les crimes français pendant la guerre d'Algérie qu'il a qualifiés courageusement de "crimes contre l'humanité" puis pour moduler son propos de "crimes contre l'humain".
Ce qui lui a valu les foudres des Le Pen et le désaveu de toute la classe politique.
Mais comme dit un proverbe bien de chez nous "ce qui sort de la bouche est comme la balle du fusil, une fois tirée elle ne peut pas revenir au canon".
Bref, l'accession de Macron à la magistrature suprême nous a permis de voir les hommes et les responsables de la sphère politique française sous leur vrai jour, et cela il faut le dire nous a décomplexés. Tous les responsables super-médiatisés sont descendus de leur piédestal. Commençons par le PS.
Les élections primaires auxquelles a participé le premier ministre Manuel Valls ou du moins l'ex-premier ministre ont donné carrément l'avantage à benoit Hamon et ont désavoué Valls, lequel jurera ses grands dieux selon l'éthique en usage de soutenir vaille que vaille le candidat élu du PS c'est-à-dire Hamon. Voyant le vent tourner en faveur de Macron, Valls se parjurera et demandera à ses amis de voter Macron.
Pire, il demandera à faire partie de la majorité parlementaire de Macron dans la mesure où on l'inscrira sur les listes "en marche. La réponse ne tardera pas à tomber.
"Valls ne répond pas aux critères requis à savoir ne pas cumuler trois mandats successifs". Seule petite consolation qu'on lui offrira : le mouvement de Macron ne lui opposera pas un candidat dans sa circonscription d'Evry.
Imaad. Zoheir

«Jeux» de massacre


Désillusion -  Les Français stupéfaits apprendront par exemple que celui qui se faisait passer pour le champion de la probité aurait reçu un chèque de 50 000 euros de la part d'un industriel libanais pour lui avoir présenté Poutine.


L’ancien Premier ministre de la droite sous l'ère Sarkozy, François Fillon, sera lui aussi percé à jour. Certes il sortira vainqueur de la primaire de droite "le parti républicain" alors qu'un autre ancien ministre, Alain jupé est laissé sur le carreau,
Mais Fillon sera rattrapé par ses petites combines qui lui coûteront le rêve de sa vie.
Un journal qui déclenchera le scandale révélera que l'épouse de fillon était employée par son mari en qualité d'assistante au salaire de 3 000 euros par mois (soit presque 3 fois le smig) et que ses deux enfants qui n'étaient encore qu'étudiants lui servaient souvent d'experts appointés. Le journal dévoilera que des sommes versées aux deux enfants fillon lui était automatiquement reversées sur son compte, à elle. Face à ces accusations apparemment bien fondées, fillon fera encore une autre erreur, mais celle-là fatale pour son élection. Il déclarera sur le micro de RTL que s'il était impliqué officiellement dans cette affaire, il retirerait sa candidature. Non seulement il ne retirera pas sa candidature lorsqu'il apprendra qu'il sera sous contrôle judiciaire mais agacera par son attitude tous ses électeurs. Le parti des républicains fera contre mauvaise fortune bonne grâce et laissera Fillon aller jusqu'au bout de sa folle ambition. Malgré les sondages qui le donnaient bien derrière Marine le Pen et Macron et malgré d'autres scandales qui le discréditeront totalement, François fillon croit en sa bonne étoile et à sa destinée. Les français stupéfaits apprendront par exemple que celui qui se faisait passer pour le champion de la probité aurait reçu un chèque de 50 000 euros de la part d'un industriel libanais pour lui avoir présenté Poutine. Ils apprendront également qu'un de ses "amis" venait de lui offrir un costume à 20 000 euros. En tout état de cause, Fillon qui croyait dur comme fer qu'il serait le prochain président a non seulement déçu les français mais en plus vient de leur administrer la preuve qu'en politique rien n'est jamais trop noir, ou trop blanc ou trop gris et que le rapport des hommes du pouvoir avec l'argent est un rapport ambigu. Certains hommes politiques français sont tout simplement comme tout le monde : sensibles à l'argent mais en plus dévorés d'ambitions. François hollande aurait bien voulu se représenter pour succéder à lui-même mais les sondages le donnaient au plus bas puisqu'on parle du quinquennat le plus médiocre.
Sarkozy n'a jamais caché son ambition de briguer un second mandat mais à l'élection primaire de son parti, il a été stoppé net derrière Fillon et même derrière Juppé.


Excuses

De nombreux chantiers attendent le quinquennat de Macron dont sûrement l'amélioration des rapports entre la France et l'Algérie. Le réchauffement de ces rapports est le bienvenu "réchauffer" ces du côté algérien surtout si l'Etat français présentait officiellement ses excuses concernant ses massacres commis pendant la guerre d'Algérie.