Nos jeunes et l'émigration clandestine : Que cherchent -ils et que fuient-ils ?

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Des ressources inquantifiables



Richesses -  Indépendamment du fer, du charbon, du phosphate etc., l'Algérie possède aussi de l'or en quantités abondantes dans le désert saharien et même  du diamant.


Lorsque les jeunes parlent de leur pays c'est souvent en termes négatifs. Et pourtant, ils n'ont connu ni la misère coloniale ni le bagne de Cayenne, ni la conscription obligatoire. Leurs yeux ne sont braqués que sur les lumières européennes et les flous-flous de l'étranger, un miroir aux alouettes qui a trompé beaucoup de monde. Et pourtant nous avons un grand pays, un beau pays, un pays exceptionnel dont nous ne mesurons toujours pas la splendeur et la richesse. Nous sommes par exemple parmi les 10 plus grands producteurs de pétrole au monde. Mieux, notre pétrole qu'on appelle le pétrole saharien est considéré par les spécialistes des hydrocarbures comme le "champagne des pétroles" eu égard à ses qualités. Et encore, nous n'avons pas tout exploré. Nos réserves connues sont évaluées à plusieurs milliards de barils. Même chose en ce qui concerne le gaz naturel. Nous faisons partie du club fermé des 5 plus grands producteurs (dont l'URSS). Selon des statistiques américaines qui ont fait "parler" leurs satellites, l'eau qui se trouve dans les profondeurs du Sahara peut alimenter toute l'Afrique pendant 100 ans ! Ce sont des experts qui l'affirment. Nos réserves en marbre, celles de Kleber Colombe près d'Arzew et celles de Felfla à l'est du pays n'ont d'égales que celles de Casarès en Italie. Et ce marbre est en profusion dans le pays. La France, pour rappel, l'a abondement utilisé dans le décor de certaines structures de souveraineté. Indépendamment du fer, du charbon, du phosphate…, l'Algérie possède aussi de l'or en quantités abondantes dans le désert saharien et même du diamant. Aucun pays arabe ou même musulman ne possède actuellement les richesses que nous possédons et qui ne sont qu'un don de la nature. Combien de pays arabes et musulmans produisent des oranges par exemple et qui plus est produisent du pétrole ? Aucun. Nous sommes le seul pays à avoir ces richesses en même temps. Quant à notre soleil, il a fini par faire bronzer presque tous les habitants dans ce pays et on n'attend pas le moindre rayon de soleil comme on attend la bonne nouvelle du facteur car notre soleil n'est pas rationné. Et contrairement aux pays européens où la vie est maussade à cause du climat perpétuellement pluvieux gris ou neigeux, chez nous le ciel est perpétuellement radieux ce qui explique en grande partie notre humour notre humeur et notre bonhomie. N'avez-vous pas remarqué qu'il nous arrive souvent de prier Dieu pour avoir un peu de pluie parce qu'il fait continuellement beau.

Un pays exceptionnel


Cauchemar -  Ceux qui auront le plus de chance dans cette odyssée sont ceux qui seront repêchés en pleine mer et dirigés vers des centre d'accueil en Italie ou en France..


Quels que soient les adjectifs, les superlatifs et toutes les qualités qu'elles peuvent lui coller ou lui trouver, les agences de voyages et de tourisme seront toujours en deçà de la réalité de ce pays. Il est une fois de plus, exceptionnel. C'est le seul territoire au monde par exemple où l'on peut déguster la plus bonne datte de la planète (deglet nour) à l'ombre d'un palmier dans une oasis tranquille, fouler le sable du désert brûlant du Sud, ses dunes et ses ergs, faire de la luge et du ski, au beau milieu des neiges de Tikjda en Kabylie et faire de la pêche sous--marine au pied d'une île, (Habiba, lila plate ou fourmi). Cela fait certainement le bonheur d'un étranger ou d'un touriste mais pour un jeune Algérien ? Le jeune des villages ou des villes rêve de l'Europe et quelque fois en fait une fixation. Au point d'ailleurs que des dizaines d'entre eux essaient toutes les semaines de traverser clandestinement la mer vers des rivages, croient-ils, plus cléments et plus généreux. Ce en quoi ils se trompent sur toute la ligne. Quelques-uns parmi ces desesperados meurent en cours de route, pendant la traversée de la Méditerranée et on ne retrouvera jamais leurs corps et n'auront aucune sépulture décente. D'autres seront in extrémis rattrapés par nos gardes-côtes à quelques milles des rivages du pays. Ils seront incarcérés pour émigration clandestine. Ceux qui auront le plus de chance dans cette odyssée, encore que le mot chance semble très large dans leur cas et plein de compassion, sont ceux qui seront repêchés en pleine mer et dirigés vers des centre d'accueil en Italie ou en France. La vie dans ces cas n'est pas rose et même loin des rêves qui ont peuplé la tête de ces jeunes. Le rêve se transforme en cauchemar. Dans ce type de camp il n'y a aucune intimité, la promiscuité est le lot de tout le monde, personne n'est à l'abri des maladies ou d'une quelconque contagion. Le jeune ne peut ni sortir ni franchir les grilles du camp. Il ne voit de l'Europe que des miradors, des gardiens armés et le laisser-faire et le laisser -aller d'une administration dépassée qui ne demande qu'à mettre les clefs sous le paillasson et abandonner ces réfugiés à leur sort. Quant à ceux qui auront réussi à passer au travers des filets et de la masse des vigiles européens, ils sont trop peu nombreux ils errent libres à travers l'Europe, souvent désargentés, sans le sou, sans toit, sans hébergement durable. Leur sort est aussi enviable que les SDF, à cette différence énorme que les SDF ne se cachent pas pour vivre. Il y a à Paris par exemple des émigrés clandestins qui ont utilisé tous les moyens possibles et imaginables pour arriver dans la capitale française sans compter les milliers ou les centaines d'euros qu'ils ont dépensés pour y parvenir. Une fois à bon port, ils n'osent même pas sortir des cités et des HLM où ils sont pris en charge par leurs familles, de peur d'être contrôlés et arrêtés par la police. Leur nouvelle prison n'a pas quatre murs mais quatre lots d'immeuble.

Et après ?


Interrogation -  Nous comprenons parfaitement que des jeunes subsahariens lassés par la guerre et la misère dans leur pays tentent de trouver une place au soleil européen, mais nos jeunes…


En supposant que par un concours exceptionnel de circonstances, quelques-uns arrivent quand même à obtenir des papiers provisoires de résidence, en seraient-ils pour autant exonérés du parcours du combattant qui les attend ? Bien sûr que non. Dans un pays où le chômage des jeunes est le plus fort d'Europe, ils devront galérer comme tout le monde et pour être plus exact plus que tout le monde. Ils devront se contenter des intérims, des boulots passe partout, d'emplois dont ne veulent pas les Français comme éboueurs par exemple ou chargés de donner la chasse aux chiens errants de la capitale. Leur statut provisoire les oblige à avaler toutes les couleuvres de la palette du racisme : sécurité de l'emploi précaire, contrat difficile à obtenir voire impossible, regards suspicieux des passants, rejet d'une société qui les accepte mal et qui n'arrive plus à tolérer leur présence, finalement qu'est-ce qui attire nos jeunes vers "l'eldorado" européen puisqu'ils ne sont jamais à l'aise ? Il est hasardeux de répondre à une question dont eux-mêmes ignorent la réponse. Nous comprenons parfaitement que des jeunes subsahariens lassés par la guerre et la misère dans leur pays tentent de trouver une place au soleil européen, nous comprenons leurs motivations, leurs espoirs et leurs ambitions, mais nos jeunes, que fuient-ils ? En réalité rien comparés aux Africains. Mais chacun a ses propres griefs et chacun a sa propre histoire. L'un fuit une hogra dans la "houma" ou dans le quartier, une injustice qu'il ne peut pas supporter alors par "nif" il met les voiles et change de continent. L'autre en a assez d'attendre un boulot qui n'arrive pas et ne peut pas s'empêcher d'envier ceux qui ont fait manœuvrer leurs cousins ou leurs oncles bien placés pour y arriver… Mais la plupart d'entre eux s'accrochent à cette idée saugrenue qu'en Europe, tout le monde est sur un pied d'égalité, tout le monde est bien traité les animaux comme les hommes. Ce en quoi ils se trompent lourdement et c'est à la longue qu'ils s'aperçoivent et se rendent compte que l'Europe n'est qu'une illusion. Elle suffit aujourd'hui à peine à ses enfants qui n'en peuvent plus de supporter le poids de plus en plus lourd d'une immigration massive qui menace leurs propres fondements.


Ya Rayah

l Une magnifique chanson, la meilleure sans doute que Dahmane harrachi ait chantée, est celle qui a trait aux affres de l'émigration et intitulée " ya rayah, trouh ta3ya ettouali". El Harrachi, qui a connu lui aussi l'éloignement et l'exil a su parfaitement dans cette chanson rendre toute la nostalgie du pays quand on est loin des siens.
Ceux qui ont parfaitement réussi leur exil sont ceux qui ont fait fortune à l'étranger, élevé des enfants dans des meilleures écoles et inculqué l'amour de la patrie et du pays à leurs petits. Ils terminent leur vie en général auprès des leurs, dans leur pays, dans le cocon qui les a vus naître.


Mirage


Quête -  Ils cherchent, tout simplement, une nouvelle vie, une vie plus intense et plus agréable. Le mirage n'a lieu que dans leur imaginaire car dans la réalité les choses sont bougrement différentes.


Que cherchent nos jeunes en fin de compte pour fuir le pays et faire leurs bagages à 20 ans ? la sécurité ? Elle existe et nous sommes l'un des rares pays au monde arabe et musulman où la paix est une réalité de tous les jours. Ils cherchent du travail, un emploi qui les fasse vivre et s'épanouir ? Le travail existe dans notre pays au point d'ailleurs que de nombreux chantiers publics et privés ne trouvent pas de main d'œuvre et sont obligés de se rabattre sur des étrangers comme les Chinois ou les Africains qui pullulent dans nos quartiers. Même le travail informel est quasiment reconnu par l'Etat. Des milliers de micro-entreprises ont été créées par des jeunes grâce au concours de l'Ansej et autres agences d'aide à l'emploi pour parer au plus pressé et des centaines de milliers de jeunes ont été recrutés dans le cadre du filet social. Non, ce qu'ils cherchent, la quête vers laquelle ils courent est tout simplement une nouvelle vie, une vie plus intense et plus agréable. Le mirage n'a lieu que dans leur imaginaire car dans la réalité les choses sont bougrement différentes. Il n'y a pas de temps morts dans ces pays, pas même pour les Salamalec, tout est minuté, chronométré mesuré et soigneusement pesé. Les bus le matin arrivent à l'heure avec quelques secondes de retard et ne dépassent jamais la barre des 2 minutes. Le travail commence à l'heure pas après et pas de café au bistrot du coin pour se donner du courage avant d'entamer la journée. Quand le travail commence, les amis, la famille et les copains n'ont pas le droit de vous approcher ni de tailler un brin de causette avec vous. Quand le mois arrive à échéance, il n'y a aucune espèce de pitié pour les mauvais payeurs ou les payeurs retardataires. Aucun bailleur n'éprouve la moindre compassion ou la moindre "hachma" pour vous envoyer une mise en demeure ou un huissier. Bref, comme on dit vous avez intérêt à filer droit. En vérité ce que désirent tous les jeunes qui fuient vers d'autres horizons est une qualité de vie qu'ils ne trouvent pas chez eux.
La politesse et le sourire font partie précisément de cette qualité de vie. Le respect des autres aussi, ainsi que le respect des horaires et de la loi. Quand nous aurons acquis toutes ces vertus et qu'elles feront partie de notre environnement, notre pays, en plus de toutes les richesses naturelles et minières qu'il possède, serait alors l'un des pays les plus convoités et les plus courus dans le monde