Distribution de logements sociaux à Tipasa : La course contre la montre

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Aux grands maux...


Engagement n Près de 15 OOO logements sociaux seront distribués à Tipasa avant la fin de l'année en cours. Une course contre la montre a été engagée pour atteindre cet objectif qui implique les responsables locaux et les chargés des projets à l'échelle des 75 sites en cours de réalisation ou en arrêt.


Il a fallu une sortie de 3 jours sur terrain pour pouvoir sillonner les principaux projets de logements en cours de réalisation aux 4 coins de la wilaya de Tipasa. Le wali Moussa Ghellai a inspecté , il y'a deux semaines, 75 projets de logements (toutes formules confondues) répartis sur 23 communes. Levant beaucoup de contraintes au niveau de certains projets et donner des directives concernant un certain nombre de mesures lesquelles auraient du être prises il y a un bon moment par différents intervenants. Ainsi, il a fallu attendre la venue du 1e responsable de la wilaya pour décider de penser aux espaces verts et des aires de jeux, selon notre constat au niveau de certains projets. Nombre de chantiers lancés sont, en outre, à l'arrêt ou rencontrent des difficultés. En face, nombres d'arguments explicatifs ont été donnés par les chargés des projets, les bureaux d'étude ou les responsables locaux. Toutefois, ils ont tous été mis en demeure et même menacés d'être estés en justice. Les travaux de viabilisation (Vrd) retardent aussi la livraison des projets. Par ailleurs, certains logements ont fait l'objet de pillages, ont été squattés ou dépourvus de leurs portes et fenêtres. On cite le cas des 530 logements sociaux de Douaouda -ville achevés depuis quelques années et non distribués «les fenêtres et portes de ces beaux logements neufs se trouveraient dans vos constructions illicites et anarchiques. Mettez fin au plus vite à ce massacre » a lancé le Wali au président intérimaire de cette commune. Depuis le début de l'année en cours, la cadence des travaux a été accentuée pour l'achèvement des projets en cours, le lancement d'autres unités inscrites et mettre fin aux travaux de viabilisation (VRD).
En effet, près de 15.000 unités de logements devraient être distribuées avant la fin de l'année en cours. Il sera également question de la régularisation du problème du foncier agricole concerné par les projets concernés et le lancement des projets en arrêt. Il y'a lieu de signaler, concernant le déroulement de cette sortie du Wali, que les directeurs de wilaya de Tipasa et les médias ont été regroupés dans un même transport de voyageurs de type ''coaster'' avec le wali Moussa Ghelai. Ce qui a nettement réduit la longueur du cortège et rapproché davantage les responsables et les médias. Un regroupement ayant permis aussi de réduire le taux de pollution émis depuis les dizaines de véhicules qui transportaient généralement pas plus de 2 personnes chacun. Un geste bien accueilli par la population « que cela fasse tache d'huile avec le cortège des Ministres aussi » a lancé un quinquagénaire venu voir où en était son futur logement dans un chantier en cours.
Souad Labri

11 000 logements AADL seront lancés Les assiettes foncières pour a réalisation de quelque 11338 logements Aadl ont récemment été dégagées. Ce qui a permis le lancement récemment du chantier de quelque 3850 unités à Bouismail (2000) et Tipasa chef-lieu (1850). Ainsi, le problème de foncier ne se posera plus à Tipasa pour la réalisation de tous les projets enregistrés au profit des souscripteurs de la wilaya, selon les assurances des responsables locaux. Ce programme concernera la réalisation de 3200 unités au chef-lieu de la wilaya, 2200 à Cherchell, 1850 à Bouismail, 1000 unités à Fouka et Sidi Ghilès, 200 à Damous, Hadjout et Bouyrkika et 100 autres à Ain Tagourait. Idem pour les 4000 unités du Lpp. Outre l'important quota de 630 unités déjà réceptionné à Bouismail , 592 autres sont en phase d'achèvement à Koléa. 500 autres unités sont également en cours à Tipasa. Une partie de 120 unités sera réceptionnée le 2 aout prochain selon l'engagement des représentants de l'Enpi retrouvé sur place. Un autre programme de 1722 est en cours en sachant que cette formule ne voit pas de pression.
S.L

Saccage et… érosion


Griefs -  Les uns parlent de problèmes de financement, d'autres de paiement et d'autres encore de lenteurs administratives.


«Le problème de financement ne se pose plus, toutes les créances seront réglées aux entreprises réalisatrices » a rassuré le Wali. Le Dg de l'Opgi, quant à lui, a été instruit à suivre « et continuer à assainir la situation de cet office caractérisé par des dysfonctionnements , de formaliser et transmettre sans tarder tous les dossiers de réévaluation des Vrd au Ministère de tutelle et veiller à ce que tous les documents contractuels soient entre les mains des entreprises ». Le principal verrou se situe au niveau de la lenteur de ces procédures » estime-t-on dans un rapport du cabinet du wali. Ghelai s'est dit outré du fait qu'une grande partie des 14186 logements déjà achevés depuis plus d'une année, voire 10 ans pour certaines unités, n'ait pas encore été remise aux bénéficiaires « je n'admets pas de voir ces projets ayant couté beaucoup à l'Etat en proie aux saccages et délabrements. Ils sont très dégradés aujourd'hui » a-t-il constaté de visu, s'adressant aux élus « où étiez- vous pendant tout ce temps de votre mandat ? » s'est-il interrogé. Un constat fait au niveau des communes côtières ou l'érosion fait des ravages. Il s'agit entre autres des 530 logements sociaux à Douaouda-ville, 500 logements à Bouharoun et des 100 unités à Messelmoun. Le wali s'est engagé à distribuer ces logements dont ceux destinés à la résorption de l'habitat précaire avant la fin 2017 et durant la célébration des prochaines fêtes nationales et en plusieurs étapes. Déjà les listes des 898 bénéficiaires ont été affichées dès la fin du mois de Ramadan à Sidi Ameur, Fouka et Bouismail. D'autres seront affichées sur instruction du wali graduellement sur la base de la réception de chaque projet (Vrd, gaz, électricité..).
Lors de 3 sorties de travail et d'inspection effectuées au niveau des 12 Daira de la wilaya, Ghelai a été ferme « aucune excuse ne sera tolérée ». Il a mis en garde les entreprises défaillantes en charge des travaux, qui risquent la résiliation des contrats. Ils ont été instruits sur l'accélération de la cadence de travail en double vacation avant les périodes humides et pluviales« j'ai fait le tour en véhicule personnel seul au niveau de certains projets en cours ou en arrêt. Ne me racontez pas des histoires maintenant. J'ai été surpris de constater des sites fermés pendant des jours et sans même pas un agent à l'entrée. Je vous interdis de me faire la comédie et me ramener des ouvriers juste pour que je puisse les voir » a-t-il lancé furieusement. S.L.

Contrefaçon, mauvaise qualité et négligence


Décision -  Deux bâtiments seront démolis sur ordre du wali. Ils ont été construits avec du béton qui ne répond pas aux normes de construction.


Nombre de projets du social et de l'ex-Lsp ont en effet été victimes de « bricolage » : Mauvaise qualité de travail (peinture, architecture, béton, défauts ..) et retard ! L'exemple du projet Lsp qui tarde depuis plus de 10 ans à Koléa a fait réagir les souscripteurs venus crier leur détresse. Nombre d'unités prévues pour cette formule n'a pas encore vu le jour depuis 2006. A l'image des projets pris en charge par l'Entreprise nationale Enpi dont le taux d'avancement ne dépasse pas les 40% à Larhat et Gouraya à titre d'exemple.
Les 140 logements Lsp non encore lancés ou en arrêt à Koléa, Bouismail, Douaouda et Bouharoun, seront transférés de l'Opgi vers Badr-Iskane à partir de septembre prochain selon le directeur de l'habitat de la wilaya Mohamed Mordjani. Il a suscité le dégout et le désolément des souscripteurs à maintes reprises.
Un autre quota de 1690 unités sera pris en charge quant à lui, par l'agence foncière (Agerfu).
Le projet de 250 unités est à l'arrêt à Gouraya ainsi que d'autres unités à l'Ouest de la wilaya. Des instructions ont été données pour l'achèvement de logements de cette même formule, lancés depuis 2007 ! Pour les projets ayant affiché un retard, Ghelai s'est personnellement engagé devant les souscripteurs pour suivre l'avancement de leurs logements déjà payés il y a plusieurs années en totalité. Il a présenté ses excuses pour tout ce temps perdu « je tiens à vous présenter mes excuses » a-t-il lancé à un représentant des souscripteurs au site des 150 logements de Koléa, à l'arrêt.
« qu'il soit Lpa ou Lsp, cela ne change en rien pour nous. On veut notre logement tant attendu depuis plus d'une décennie » a lancé l'un d'eux. La qualité des travaux laisse à désirer selon le constat du 1e responsable de la wilaya. Le chargé du projet serait en déplacement à l'étranger. Pour le projet de 100 logements de Fouka, une partie de 64 unités sera remise le 1e novembre prochain. Le reste sera livré au plutard le 31 décembre selon l'engagement du promoteur. Pour les 300 unités de Gouraya, elles seront bientôt lancées.
D'autres unités de même formule gérées par l'Agerfu sont à l'arrêt à Menaceur et Nadhor « suite au déclassement des assiettes foncières » selon des arguments. Un problème qui remonte à plusieurs années au détriment des souscripteurs. ''Ghelai a instruit l'Enpi lors de sa sortie, d'ester en justice l'entreprise et l'expertise des travaux engagés. L'Agerfu a selon le communiqué du cabinet, été instruite de relancer les chantiers dans un délai d'un mois. Les logements ayant remplacé la formule du Lsp, dit logements publics aidés (Lpa) au nombre de 1480 unités non lancés par l'Opgi seront relancés selon les assurances du wali. Ils ont été transférés vers le promoteur Badr Iskane « c'est au stade de délivrance des permis de construire » nous a fait savoir Mohamed Mordjani, le directeur de l'habitat de la wilaya de Tipasa. Ces logements pour rappel, font partie du programme quinquennal 2010-2015 « le citoyen n'est pas censé connaitre vos excuses. Il attends juste son logement depuis des années » a-t-il repris. Les projets retardataires ou en arrêt exigent aujourd'hui des réévaluations qui pouvaient être exploitées pour d'autres nouveaux projets.

Il vend ses biens pour payer  ses ouvriers

Certaines entreprises étrangères ou même locales ont été contraintes d'arrêter les travaux à cause des lenteurs de paiement ou autres. Des entrepreneurs algériens vivant la même situation, ont par contre relevé le défi. Ils ont poursuivi leurs travaux afin d'honorer leurs engagements. C'est le cas de cet entrepreneur chargé des travaux de Vrd dans un des plus grands sites du social à l'entrée de Tipasa-ville. Il serait même allé vers la vente de ses biens pour pouvoir payer ses ouvriers, et ce, après avoir été mis en demeure. Un geste louable tant salué par le 1e responsable de la wilaya. Il s'agit des 660 unités de logements sociaux qui devaient être réceptionnés le 20 Aout dernier sur la base des engagements de l'entrepreneur. Ce site a fait l'objet de changement de formule par le Premier Ministre Sellal en 2014 vers le Lpp. Mais il a été retenu après, dans sa formule initiale ''le social'' suite au refus des citoyens. Un projet achevé en 2014.


Des logements achevés et non livrés

l Plusieurs unités de logements ont été achevées depuis plusieurs années. Certaines sont fermées depuis plus de 10 ans. On cite l'exemple d'un type de logements achevé depuis plus de 25 ans à Meurad (Hadjout). Il a été squatté puis libéré par les autorités. Mais pas distribué. De très belles unités de 2 à 3 étages se trouvent à l'entrée de la ville. Aucune information ne nous a été donnée à leur sujet. Elles sont en tout cas en délabrement total. En parallèle, des familles en crise, attendent un 4 mûrs.
Un certain nombre de logements achevés ont fait l'objet de vols et de saccage ou de délabrement. L'exemple flagrant a été constaté à la commune de Douaouda. Un magnifique site a vu ses portes, ses fenêtres et autres objets dérobés « où sont les élus ? où est le contrôle ? où est le suivi ? » a crié le wali avec colère. « je parie qu'ils ont été placés dans les constructions illicites à côté » a-t-il repris au Président intérimaire de la commune. Ces sites ont mobilisé des mannes financières importantes et devront encore nécessiter des financements. Des enquêtes sont en cours selon le wali sur ces actes de ''vandalisme''.
Les 800 logements sociaux de Koléa ont été achevés depuis plusieurs mois. Les citoyens qui attendent d'être logés devraient encore patienter avec les Vdr qui peinent à se terminer. Les espaces verts ou aires de jeux pour enfants sont une autre paire de manche. Ces logements risquent le délabrement comme tant d'autres. S.L.

Les constructions illicites, un vrai casse-tête

l Ghellai a mis en garde les élus « beaucoup d'entre vous sont en train de batailler pour ''accaparer des lots de terrain et des logements, voire de laisser construire illicitement. D'autres vendent et font du business alors que le citoyen attend vainement son logement depuis plus d'une décennie. Mes enquêtes sont en cours» a-t-il lancé à un élu à Douaouda. Un grand défi attend les autorités locales pour mettre fin aux constructions illicites avant la date buttoir. Tipasa a bénéficié d'un important programme de logements dont 15750 unités dédiées à la résorption de l'habitat précaire (Rhp). S'ajoutent à cela, l'aide de l'Etat pour la réalisation de quelque 18.737 unités rurales et 6100 logements aidés (Lpa), ex-Lsp dont une partie est en cours de réalisation.