Voyage, plage ou… cyber et clim à la maison : Saison estivale : à chacun ses moyens

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Nous sommes nombreux à nous demander quel plan adopter pour mieux occuper les longues journées de l’été. Aussitôt l’euphorie des premiers jours de vacances passée, l’ennui s’installe faute d’infrastructures de loisirs et d’action de divertissement. Et si loisirs il y a, ils restent trop chers pour la majorité des Algériens. Une réalité relevée dans une étude internationale récente réalisée par Children’s Worlds. Ainsi, sur les  3 600 enfants algériens sondés,  10 % ont déploré « l’insuffisance des espaces de loisirs dans leurs quartiers.» L’initiative qui entre dans le cadre d’une étude internationale sur «le bien-être de l’enfance dans le monde a mis à nu le déficit dont souffre ce secteur en matière d’investissements. Fort heureusement, il y a l'espace littoral qui s'étend sur près de
1 400 km, pour passer les vacances sous un soleil radieux.
Les aménagements touristiques sur la côte restent, toutefois, très ponctuels et en décalage avec la demande croissante de la population sur cet espace très convoité.
A. B.

Heureusement  qu’il y a les plages


Enjeu -  Rendre la vie des vacanciers beaucoup plus agréable et combler le déficit dont souffre le secteur du tourisme tout en tenant compte des spécificités naturelles locales.


C’est le défi que devraient relever les autorités publiques afin de faire du tourisme une activité génératrice de richesse et de la saison estivale une période privilégiée pour les sorties dans les bases de loisirs profitant d’un panel de distractions, quels que soient l’âge et les envies des estivants. Certaines wilayas ont entamé, depuis le début de l’année, la mise en œuvre de
nombreuses dispositions afin de garantir la réussite de la saison estivale 2017, en attirant le plus grand nombre possible de vacanciers.
Ces dispositions consistent, essentiellement, dans le réaménagement et le nettoyage de toutes les plages autorisées à la baignade en l’absence d’autres activités de divertissement. Parmi les intervenants dans la gestion de la saison estivale aussi, on trouve les services de la Protection civile dont le rôle dans la sécurité des estivants n’est plus à prouver. C’est dans cette optique que la Protection civile de 23 wilayas a convenu de tirer les leçons de l’année dernière qui a enregistré 89 noyades mortelles dont 63 cas sur des plages interdites à la baignade. Il s’agit ainsi de relever les insuffisances et les lacunes pour faire mieux pendant cette période sensible. Ces efforts se concentreront notamment sur les feux de forêt, les noyades, les accidents de la circulation ou encore les envenimations dues aux piqûres de scorpions. Le dispositif destiné à la surveillance des plages autorisées à la baignade du 1er juin au 30 septembre prochain sera renforcé pour atteindre un total de 17 000 agents mobilisés, soit une augmentation de 2 000 agents par rapport à l’année passée, en plus des moyens matériels supplémentaires.
A noter que sur les 608 plages que compte le littoral algérien, 226 sont interdites à la baignade pour cause de pollution et risques particuliers, contre 382 autorisées à la baignade qui feront l’objet d’une surveillance par l’effectif professionnel affecté dans le cadre du dispositif cité ci-dessus.
A Alger, le directeur du tourisme a annoncé l’octroi de 12 autorisations d’exploitation touristique des plages. La capitale figure parmi les destinations touristiques les plus prisées. Mais pour d'autres formes de tourisme dont le «tourisme des affaires» et les «conférences» avec un nombre global de 2 millions de touristes cette année, selon ce même responsable. Près de soixante nouveaux projets touristiques viendront à cet effet renforcer le parc hôtelier de la capitale en 2019. Ces projets, dont les travaux de réalisation se situaient entre 30 et 70%, une fois finalisés, devront accroître la capacité d'accueil touristique au niveau de la wilaya avec un total de 12 000 lits et créer 9 000 emplois environ. Au titre des projets d'aménagement et d'extension des hôtels, il a rappelé que la wilaya avait retenu des projets de réaménagement et modernisation de 20 établissements hôteliers relevant du secteur public afin d'augmenter leur capacité d'accueil et d'améliorer leurs prestations. Le directeur du tourisme reconnait toutefois l’importance et l’urgence de la diversification des destinations et des parcours touristiques proposés tant aux touristes étrangers que locaux dans le but de susciter une compétitivité entre le tourisme thermal, culturel, saharien, côtier et le tourisme de montagnes.

Un «Monsieur plage»  pour la côte oranaise

Un administrateur chargé du suivi de la préparation des plages pour la prochaine saison estivale sera désigné dans les communes côtières de la wilaya d’Oran, selon la direction du tourisme et de l’artisanat. Cet agent public désigné par la commune aura pour rôle de coordonner entre les différents intervenants et de signaler, au quotidien, tout manquement ou insuffisance en termes d’hygiène, de quiétude et de sécurité des périmètres balnéaires. Cet apport répond aux attentes des estivants, selon le chef de service chargé du contrôle et du suivi des activités touristiques au niveau de la direction du tourisme de la wilaya d’Oran. Il a estimé que le renforcement de la gestion des plages par ce «dispositif vigilant», initié par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, pourra améliorer les prestations au profit des estivants. La direction du tourisme de la wilaya d’Oran a évoqué, entre autres mesures, le recours au service des garde-côtes pour la surveillance des engins mécaniques en mer (jet-skis), ainsi que le renforcement du transport assurant les dessertes aux plages et sites balnéaires dans la perspective de l'assurer même à des heures tardives.
A. B.

De nouvelles structures aquatiques pour Médéa
Pour combler le déficit enregistré en matière de piscine dans les wilayas de l’intérieur, de nouvelles structures aquatiques seront opérationnelles durant la saison estivale à travers différentes agglomérations urbaines de la wilaya de Médéa. Il s’agit de deux piscines semi olympiques, implantées à Tablat et Médéa. Ces infrastructures devraient accueillir, dès le début de l’été, les baigneurs issus de ces localités. La première structure, réceptionnée depuis quelques jours, ouvrira ses portes au public dans les tout prochains jours, alors que la livraison et l’exploitation de la seconde structure est programmée pour le mois de juillet prochain. Cette dernière structure, en souffrance depuis plusieurs années, devrait être achevée d’ici la fin juin prochain. La livraison de trois autres structures similaires, en cours de réalisation au niveau des localités d’El-Omaria à l’est de la wilaya, Ouled-Antar et Ksar-el-Boukhari (sud), reste tributaire de la disponibilité des crédits de paiement, ce qui pourrait retarder, jusqu’à la fin de la saison estivale, la mise en exploitation de ces structures tant attendues par les citoyens.
A. B.


Manque de structures  de divertissement


Déficit -  Le manque criant de structures de loisirs devrait contraindre de nombreux Algériens à fuir le pays ou à rester cloîtrés devant leurs écrans de télévision.


En cette période caniculaire, difficile de trouver les structures de détente et de loisirs à même de satisfaire les besoins de tout une famille. Si les plus nantis peuvent se permettre des locations au bord de la mer quel que soit le prix affiché, les moins chanceux n’ont d’autre choix que de se cloîtrer à la maison à compter les interminables jours d’ennui et d’oisiveté.
Des heures vides que certains cherchent à chasser par des passe-temps avec leurs ordinateurs ou les amis en attendant la fin de la journée, aux températures plus douces, pour sortir.
Et en l’absence de cinéma, de théâtre, d’activité ludiques et de salles de sport, les cafés et les cybercafés deviennent des échappatoires pour les jeunes. L’installation des parcs de loisirs pouvant comprendre des espaces de divertissement familiaux, des cinémas, des hébergements, des commerces…, à travers l’ensemble du territoire national, auraient pourtant été d’une grande utilité pour cette population.
Elle permettrait de se détendre et assurera une stabilité sociale en luttant contre l’ennui mortel que beaucoup éprouvent de manière plus intense en été.
La saison estivale est la période que beaucoup de parents et de jeunes attendent impatiemment pour sortir et se divertir. Mais faute de structures d’accueil qui leur auraient permis de se détendre et pourquoi pas d’y travailler, ils sont vite rattrapés par la spirale du désespoir. En conséquence, ils se retrouvent livrés aux dangers de la rue et à ses corollaires, la drogue et la délinquance. Le divertissement est un besoin vital qui permet l’épanouissement, la réussite et une affirmation sociale à même d’éradiquer la violence endémique qui a pris des proportions inquiétantes dans la société.
Pour répondre à cette nécessité sociale, les autorités publiques ont tenté d’encourager certaines initiatives d’offres de loisirs destinés  à la jeunesse et à l'enfance.
Cette offre reste, toutefois, hardie et bien en de ça de la demande exprimée par la société qui aspire à des espaces de loisirs, dignes de ce nom, qui donneraient un sens à leurs vacances. Parmi ces offres, on pourrait citer le projet de la capitale à l’horizon 2020 qui se distinguera par la promenade qu’offrent les Sablettes avec ses trois kilomètres de littoral aménagé en espaces de loisirs. Déjà, avant son ouverture officielle, la wilaya d’Alger avait pris la décision en 2014 de mettre à la disposition des familles une partie de ce gigantesque projet. A ce titre des milliers de personnes, avec une présence remarquée de familles d'Alger, de Blida, de Bouira et de Boumerdès, s'y rendent en fin de semaine pour profiter notamment de la plage le «Piquet Blanc», créée dans la foulée des travaux d'aménagement du site.
Privé des années durant d’un espace de ce genre, le site a enregistré depuis son ouverture partielle une affluence
de 20 000 visiteurs jour pour une capacité globale de 60 000 visiteurs jour.
A. B.


Le plan bleu dévoilé


Assurance -  Toutes les infrastructures seront mobilisées pour accueillir les jeunes lors de la saison estivale, assure le département d’El Hadi Ould Ali.


Ainsi dans le cadre du programme du plan bleu, 3 500 jeunes algérois bénéficieront de visites touristiques dans cinq wilayas côtières en vue de faire connaitre les potentialités touristiques et naturelles que recèle l'Algérie, rappelant que la Direction de la jeunesse et des sports assurera le transport, l'hébergement et la restauration. Pour ce qui est de l’animation des plages ouvertes à la baignade au niveau de la wilaya d'Alger, un programme riche et varié a été ficelé comportant essentiellement des soirées artistiques, des jeux, des concours de musique dédiés aux jeunes talents et autres loisirs.
Le ministère a aussi prévu des sorties de divertissement, des festivals culturels et scientifiques, outre l'organisation d'expositions scientifiques, des conférences de sensibilisation et d'ateliers de travaux manuels ainsi que des jeux pour enfants.
Les camps de vacances au niveau de la capitale accueilleront par ailleurs plus de 5 000 enfants des wilayas du Sud, a annoncé le directeur de wilaya de la jeunesse, des sports et de loisirs qui a rappelé que pas moins de 33 000 jeunes et enfants des wilayas du Sud, des Hauts-Plateaux et des zones enclavées ont été pris en charge l’année dernière. Mêmes préparatifs à l’intérieur du pays où une enveloppe financière de plus de 11, 496 millions DA a été mobilisée par la wilaya de Tizi-Ouzou au profit des communes côtières dans le cadre de la préparation de la saison estivale 2017.
Ce montant est destiné à l’acquisition de matériels de collecte des déchets ménagers au profit de ces communes qui ont exprimé des difficultés à faire face durant la saison estivale aux quantités énormes d’ordures générés par le nombre important d’estivants. S’agissant des infrastructures d’accueil, la wilaya mettra à la disposition des vacanciers un total 4050 lits, répartis sur 12 établissements balnéaires, et 16 autres structures d’hébergement. A Constantine, la saison estivale 2017 verra la réouverture du théâtre de verdure de la ville, fermé depuis près de trois ans pour des raisons de fonctionnalité.
La wilaya verra également la réouverture de plusieurs piscines dont celle de l’Institut technique des sports (ITS) qui sera fonctionnelle avant la fin du mois en cours. Les hôtels de l’Entreprise de gestion touristique de l’est (EGT Est) seront, à leur tour , équipées en bassins d'hydrothérapie (Spa) à la faveur de travaux de réhabilitation et de modernisation. En dotant le patrimoine hôtelier de l’EGT Est de Spa, la direction de l’entreprise vise à offrir à sa clientèle des prestations de qualité et donner une meilleure réponse à ses attentes, en sus d’une gastronomie spécifique, selon la localisation des hôtels.
A. B.