A deux semaines du 1er tour / Présidentielle en France : incertitude et indécision record

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

02Sensibilisation n Le candidat de droite François Fillon et le héraut  de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, tous deux en embuscade derrière les deux favoris, sonnaient hier la mobilisation générale pour faire mentir les sondages.

Selon les dernières enquêtes d'opinion, le centriste Emmanuel Macron et sa  rivale d'extrême droite Marine Le Pen se qualifieraient le 23 avril pour le  second tour de l'élection, mais ils sont tous deux en légère baisse, à environ  23% des intentions de vote.  
A l'inverse, le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon est parvenu ces derniers jours à se hisser au niveau du candidat de la droite,  François Fillon, avec environ 19% d'intentions de vote au premier tour, selon  un sondage BVA publié samedi. Les deux candidats, qui organisent dimanche des meetings, espèrent toujours figurer au deuxième tour.
"Rien n'est fait ! Nous entrons dans une phase cruciale", déclare prudemment  Emmanuel Macron, 39 ans, dans un entretien au Journal du Dimanche (JDD), dans  lequel il décrit ses priorités au cours des premiers mois de son mandat s'il  était élu.
S'il accède à l'Elysée, comme le laissent entendre les sondages, le candidat pro-européen prévoit notamment d'effectuer "un tour des capitales  européennes" pour proposer de "doter la zone euro d'un vrai budget" et "pour  une vraie Europe à 27 de l'environnement, de l'industrie et de la gestion des  migrations". L'ancien ministre du président socialiste François Hollande, qui n'a jamais  exercé de mandat électif, promet également de soumettre un projet de loi de  moralisation de la vie politique "avant les législatives" de juin, qui prévoira  en particulier "l'interdiction du népotisme pour les parlementaires, qui ne  pourront salarier aucun membre de leur famille".  
Une référence limpide au scandale qui éclabousse François Fillon, empêtré  dans une affaire d'emplois fictifs présumés attribués à sa femme et deux de ses  enfants, payés sur les deniers publics.
Parti favori de l'élection, le candidat  conservateur, inculpé en mars pour détournement de fonds publics, a chuté dans  les sondages derrière Emmanuel Macron et la chef de file du parti  anti-immigration et anti-euro Front national, Marine Le Pen.
Handicapé par ces affaires qui ont pollué le débat électoral, François  Fillon veut encore y croire et comptait marquer les esprits hier après-midi lors d'une grande réunion publique à Paris, où étaient attendues 20.000 personnes.
"Tout ce qui ne tue pas rend plus fort", avait lancé vendredi en meeting l'ex-Premier ministre, porteur d'un programme d'austérité, qui se dit persuadé  de pouvoir faire mentir les sondages tout comme il l'avait fait en remportant la primaire de la droite, contre toute attente.