Les soupçons pèsent sur le ministre de la Justice

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

Réaction n Donald Trump a défendu  jeudi son ministre de la Justice, cible de nouvelles accusations dans l'affaire  des contacts supposés entre son entourage et des responsables russes, pendant  la campagne électorale de l'an dernier.

Jeff Sessions, fidèle du président américain dont il a inspiré la politique  anti-immigration, a reconnu avoir rencontré l'ambassadeur russe aux Etats-Unis  à deux reprises l'année dernière, en contradiction apparente avec des  déclarations récentes. L'opposition démocrate a demandé la démission du ministre et la nomination  d'un procureur indépendant pour enquêter sur les tentatives d'ingérence de la  Russie dans le processus électoral américain. Mais Donald Trump a déclaré avoir une confiance "totale" en son Attorney  General, lors d'un déplacement sur le porte-avions Gerald Ford en Virginie.
Tout en ajoutant qu'il "n'était pas au courant" de ces contacts avec le  diplomate russe, Sergueï Kisliak.  Jeff Sessions, alors sénateur, est le deuxième proche du milliardaire à  être accusé de n'avoir pas dit toute la vérité sur ses contacts avec des  responsables russes, après Michael Flynn, qui a démissionné le 13 février de  son poste de conseiller à la sécurité nationale.  Cette affaire à tiroirs empoisonne le début de mandat du successeur de  Barack Obama et alimente les soupçons sur le rapprochement envisagé avec Moscou. Au sein de la majorité, le malaise enfle. Plusieurs élus républicains ont défendu Jeff Sessions, mais des voix  s'élèvent pour réclamer la nomination d'un procureur indépendant. Sous l'administration Obama, Washington a accusé Moscou d'avoir mené en  2016 une campagne de piratage et de désinformation pour tenter de discréditer  Hillary Clinton. Donald Trump a nié à plusieurs reprises toute collusion avec la Russie,  bien que l'enquête menée par le FBI ait mis en évidence des contacts entre des  membres de son équipe et des proches du Kremlin, selon plusieurs médias.  "Nous n'avons vu aucune preuve impliquant aucun membre de l'équipe Trump",  a rappelé le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan. Jeff Sessions a confirmé avoir rencontré l'ambassadeur Sergueï Kisliak en  marge d'un discours en juillet puis dans son bureau de sénateur en septembre,  comme l'a révélé mercredi soir le Washington Post.   Il a affirmé que les rendez-vous étaient légitimes, dans le cadre de ses  fonctions de parlementaire. Or M. Sessions avait déclaré devant le Sénat, lors de son audition de  confirmation en janvier, qu'il n'avait "pas eu de contacts avec les Russes", ce  qui constitue pour les démocrates un mensonge, voire un parjure.   "Je n'ai jamais rencontré de Russes pour discuter d'une campagne  politique", a précisé le ministre jeudi à la chaîne NBC.  "Le département de la Justice doit être au-dessus de tout reproche. Pour le  bien du pays, le ministre Sessions doit démissionner", a déclaré le chef de  file des démocrates du Sénat, Chuck Schumer.  
Les responsabilités actuelles de Jeff Sessions sont au cœur  du problème.  L'Attorney General supervise le FBI et donc l'enquête menée par les  autorités américaines sur les ingérences russes.

Un procureur indépendant ?
n En tant que ministre de la Justice, Jeff Sessions supervise le FBI et donc  les diverses enquêtes sur ces affaires russes. Dans l'hypothèse où M. Sessions ferait lui-même l'objet d'une enquête, des  élus des deux camps l'ont appelé à se déclarer incompétent sur ce dossier. Ce qu'il a fait jeudi, en annonçant qu'il se récusait de toute enquête  portant sur la campagne.
Il a démenti avoir commis un quelconque acte illicite lors de ces  rencontres ou d'avoir menti pendant ses auditions de confirmation. Les démocrates craignent que les républicains, qui contrôlent le Congrès,  n'étouffent ces enquêtes pour protéger le président américain.  Plusieurs d'entre eux ont appelé à lancer une enquête bipartite  indépendante qui nécessiterait la nomination d'un procureur indépendant, la  création d'une commission d'experts sans liens avec le gouvernement ni avec une  commission au Congrès.
Les enquêteurs pourraient aussi chercher à déterminer les liens financiers  présumés de Donald Trump avec la Russie ou à confirmer d'autres allégations non  vérifiées contenues dans un dossier rédigé par un ancien espion britannique.  Mais les républicains ont jusqu'à présent refusé d'aller au-delà des  enquêtes en cours au sein des commissions parlementaires.

Quelles conséquences ?
n Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale du président républicain,  a été forcé à la démission le 13 février pour avoir eu plusieurs discussions  avec l'ambassadeur russe aux Etats-Unis, Sergueï Kisliak, y compris le jour où  le président sortant Barack Obama a annoncé l'expulsion de 35 diplomates russes  en représailles à l'interférence.  Les enquêteurs cherchent à savoir si M. Flynn a évoqué les sanctions contre  Moscou dans ces conversations.   Michael Flynn, qui a conseillé M. Trump pendant la campagne sur les  questions de sécurité nationale, a été payé par la Russie pour assister à un  gala en 2015 à Moscou, où il était assis à côté de Vladimir Poutine.
Jeudi, les chefs démocrates ont réclamé que le ministre de la Justice  démissionne lui aussi pour avoir caché ses contacts avec le même ambassadeur  lors de son audition de confirmation au Sénat.  Dans son communiqué, M. Trump a estimé que M. Sessions "n'a rien dit de  faux" devant les sénateurs, reconnaissant qu'il aurait pu répondre "plus  précisément" aux questions des parlementaires. "Mais ce n'était clairement pas  intentionnel", a-t-il ajouté, après l'avoir assuré plus tôt de sa "totale"  confiance.