Algérie – Sénégal, ce soir à 20h : Faites, au moins, honneur à ce pays !

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

02Pente n La sélection nationale, qui possède une chance minime de passer cette phase de poules de la CAN-2017, abordera son troisième match pour, au moins, sortir avec les honneurs en cas d’élimination.

En effet, les Verts n’auront pas leur destin entre les mains puisque même une victoire face au Sénégal ce soir à 20h au stade de Franceville ne qualifierait pas systématiquement les camarades de Meftah. Les Algériens seront accrochés au résultat de l’autre match du Groupe B, qui se jouera à Libreville entre la Tunisie et le Zimbabwe. Ce dernier qui est en course également sera obligé de gagner et espérer une contre-performance de l’Algérie face au Sénégal.
Mais l’équipe la mieux lotie pour arracher le deuxième billet qualificatif en quart de finale est bien entendu la Tunisie. Avec trois points, les Aigles de Carthage auront besoin d’un point pour se qualifier et ce même si l’Algérie gagne face au Sénégal. En effet, les deux équipes termineraient la première phase du tournoi avec 4 points chacune, mais la confrontation directe qui les départageraitest en faveur des voisin de l’Est après leur victoire de jeudi dernier (2-1). Selon les échos qui nous parviennent du quartier général de l’équipe nationale, à Moanda, une ville distante de 40 kilomètres de Franceville, les joueurs ont pris conscience qu’ils avaient réellement déçu tout un peuple après leurs sorties ratées face à la Tunisie et au Zimbabwe. Une envie de prendre une revanche sur le sort se dégage chez les joueurs, affirmant qu’ils feront le maximum pour gagner face au Sénégal et rendre le sourire au peuple algérien. Le sélectionneur national aura une chance de prouver que son groupe est loin d’être une équipe quelconque.
Il pourrait profiter d’une certaine démobilisation de l’équipe sénégalaise, qui va aborder cette rencontre sans enjeu en étant qualifiée et assurée de terminer première de son groupe. Leekens se voit contraint de changer son onze de départ puisque qhaque jour apporte son lot de blessés. En plus de M’bolhi et Soudani, forfaits pour le reste de la compétition, le coach national devrait se passer des services de son défenseur axial, RamyBensebaïni, l’une des grandes satisfactions des Verts dans cette CAN. Blessé au genou lors du précédent match, l’ancien académicien du Paradou AC n’a pas pu récupérer à temps pour pouvoir tenir sa place.
Il sera remplacé par Cadamuro, qui composera la charnière centrale avec Mandi. Sur les côtés, Meftah sera reconduit sur le flanc droit, alors que le côté gauche pourrait être confié à Mesbah, appelé à remplacer Ghoulam, qui a été très affecté par les critiques suite à son rendement lors du précédent match où il avait commis une grossière erreur qui avait ramené le deuxième but des Tunisiens. Dans les buts, il y aura Asselah, qui remplace M’bolhi toujours souffrant de son genou, alors que pour le reste de l’équipe, deux à trois changements pourraient intervenir dans le onze de départ. Ainsi, Abeïd devrait débuter le match avec Bentaleb dans la récupération, alors que l’animation sera confiée à Sofiane Hanni, appelé à remplacer Ghezzal, qui n’était que l’ombre de lui-même face à la Tunisie. Mahrez et Brahimi animeront les côtés, alors qu’en pointe de l’attaque, Leekens hésite toujours entre Slimani et Bounedjah.Après un mauvais départ à la CAN, le peuple algérienattend un sursaut d’orgueil de la part de sa sélection. Ils souhaitent voir les Verts gagner, ce qui leur permettrait de quitter la compétition avec les honneurs. D’autres, en revanche, croient dur comme fer que e miracle aura lieu entre Franceville et Libreville.
Djamel O.

L’infirmerie
Bensebaïni, encore un blessé !
Il faut dire que la chance a quelque peu tourné le dos à la sélection nationale dans cette CAN-2017. Le groupe n’a pas été épargné par les blessures, à commencer par Saphir Taïder, qui avait dû renoncer à la compétition suite à une blessure au genou. Ensuite, il y a eu les défections de M’bolhi et Soudani, qui avaient disputé le premier match avant de déclarer forfaits pour le reste du premier tour. Leur retour à la compétition pourrait intervenir dans le cas ou les Verts passeront en quart de finale pas avant.A ces deux joueurs, un nouveau patient vient de renforcer l’infirmerie des Verts. Il s’agit de Ramy Bensebaïni, l’une des grandes satisfactions de cette CAN. Le joueur qui s’est blessé lors du match face à la Tunisie, n’a pas pu récupérer pour espérer jouer le match face au Sénégal. Une très mauvaise nouvelle pour les Verts, qui ont trouvé un défenseur axial de qualité. Par ailleurs, d’autres éléments souffrent de petits bobos, ce qui les empêche d’être au meilleur de leur forme.Meftah, Slimani et Brahimi, qui ont passé plus de temps à l’infirmerie que sur un terrain, devraient, néanmoins, prendre leur place dans le onze de départ.Le staff médical a réalisé un travail titanesque pour pourvoir bénéficier des services de ces joueurs.
Dj. O.

Les Napolitains
Ghoulam-Koulibaly : adversaires d'un soir
Ils ne restent jamais très loin l'un de l'autre. De Naples où ils sont partenaires en club à Franceville au Gabon, où ils vont s'affronter lundi pour la CAN-2017, le Sénégalais Kalidou Koulibaly et l'Algérien Faouzi Ghoulam ne se quittent plus. "Le tirage au sort? Oh, on a l'habitude, on tombe tout le temps ensemble ! Donc on n'en parle même plus, de toutes les façons on sera dans le même hôtel. La seule chose différente c'est qu'on ne sera pas dans la même chambre", plaisantait Ghoulam avant la compétition, interrogé par l'AFP à Naples en compagnie de son compère. «Depuis qu'il a choisi de jouer pour le Sénégal, on se croise tout le temps. On a joué en Afrique du Sud contre le Lesotho et eux jouaient contre l'Afrique du Sud, donc on a fait le voyage ensemble. Ensuite ils ont fait un amical en Algérie etc.», racontait encore l'ancien Stéphanois. Lundi à Franceville, les deux défenseurs vont donc être obligés de revoir leurs habitudes et leurs automatismes, nés de deux ans et demi de complicité à Naples, sur la gauche du terrain et en dehors, comme le montrent régulièrement les photos postées par l'un ou l'autre sur les réseaux sociaux. Surtout, l'affaire sera sérieuse. Car si le Sénégal est déjà qualifié pour les quarts, l'Algérie est elle au bord de l'élimination et a absolument besoin d'une victoire, qui ne sera d'ailleurs pas forcément suffisante. "Ca nous ferait plaisir de sortir tous les deux du groupe. Mais au club sûrement un peu moins", avait pourtant plaisanté Ghoulam avant le tournoi.
R. S.

Les confrontations
Le Sénégal n’a jamais battu l’Algérie dans une CAN
L’histoire des confrontations entre l’Algérie et le Sénégal a souvent tourné en faveur des Algériens d’une manière générale. En effet, les deux nations se sont rencontrées 20 fois toutes compétitions confondues. L’Algérie mène largement au niveau des victoires puisqu’elle s’est imposée à 11 reprises contre quatre défaites seulement et 5 matches nuls. Dans les rencontres officielles, l’Algérie et le Sénégal se sont croisées 10 fois, toujours avec un avantage pour les Verts, qui ont remporté 6 matches contre deux pour les Lions de la Terranga et deux rencontres soldées par des nuls. Ce soir, ce sera donc la 21e opposition entre les deux équipes et la 3e en phase finale d’une Coupe d’Afrique des nations. La première rencontre dans ce genre de compétition a eu lieu à Alger lors de l’édition de 1990 organisée par l’Algérie. C’était en demi-finale où l’Algérie l’avait emporté grâce à deux buts signés Menad et Amani, alors que le but sénégalais était inscrit par Serrar contre son camp. La dernière confrontation dans une phase finale d’une CAN a eu lieu lors de la précédente édition en Guinée Equatoriale. L’on se rappelle que Mahrez et Bentaleb avaient offert aux Algériens une victoire décisive (2-0) qui leur a permis de se qualifier en quart de finale, éliminant au passage le Sénégal.
Dj. O.

L’adversaire
Idrissa Gana Gueye : «Il ne faut pas s’attendre à un match facile»
Le milieu de terrain d’Everton, Idrissa Gana Gueye, a assuré que le Sénégal va aborder le match face à l’Algérie avec le même état d’esprit, à savoir la victoire. «Il ne faut s’attendre à un match facileface à l’Algérie. Ce sera une rencontre toute aussi importante que les deux premières. Nous sommes concentrés, sérieux et nous n’allons pas nous relâcher. Une autre victoire va nous donner davantage de confiance pour la suite de la compétition. L’équipe peut faire beaucoup mieux et pour le moment, ça marche bien.Onespère que cela se poursuivra. Pour le match face aux Algériens, c’est très important de le gagner. Ce sera bon pour la confiance et cela prouvera que toute l’équipe est concentrée. Personnellement, je connais très bien cette équipe algérienne pour l’avoir affrontée deux fois lors des deux dernières années. Il est clair de rester vigilants et faire attention à cette équipe qui a raté le début de la compétition, mais qui risque de se ressaisir à n’importe quel moment. Notre source de motivation est toujours de gagner les matches. Nous abordons la compétition avec l’ambition d’aller jusqu’au bout et nous ferons tout pour y parvenir», -t-il souligné.
Dj. O.

Le discours remobilisant du coach

Moral n Une énorme pression pèse sur les épaules du sélectionneur, GeorgesLeekens,
avant le match face au Sénégal.

Le Belge sait qu’une inespérée qualification en quart de finale de la CAN pourrait le sauver. Il faut dire que le discours du technicien belge est plutôt optimiste. Leekens croit en la capacité de ses joueurs de réaliser l’exploit. Le coach est revenu sur la défaite face aux Tunisiens et affirme que tout le groupe était déçu. «Maintenant, il faut tourner la page car ce match rentre dans la case du passé. Nous nous sommes sérieusement préparés pour aborder un match capital.
Nous allons affronter une bonne équipe du Sénégal, qui a assuré déjà sa qualification», a-t-il indiqué. Leekens a affirmé que son équipe ne va rien lâcher même si ses chances de qualification sont minimes. «Nous ne sommes pas maîtres de notre destin, mais nous n’allons rien lâcher. Nous devons, d’abord, gagner face au Sénégal et espérer une victoire du Zimbabwe contre la Tunisie. Puisqu’il y a cette probabilité, nous allons saisir cette chance. Nous devons faire honneur à notre pays», a-t-il expliqué, avant d’insister sur le travail. «Je ne crois pas au miracle. Seul le travail est payant. Nous devons éviter les erreurs commises lors des deux premiers matches.
Je crois fermement que nous allons devenir une grande équipe. Je n’ai jamais dit que nous n’avons pas les moyens de battre le Sénégal. Le Sénégal a trouvé le bon équilibre et une régularité pour battre tout le monde. Nous devons gagner pour retrouver une certaine confiance», a-t-il martelé. Leekens a expliqué à ses joueurs qu’ils doivent faire leur possible pour réussir un bon résultat et d’oublier les deux premiers matches. «Je sais que c’est difficile de perdre un match.
Personnellement, je n’aime pas perdre, mais en même temps, je ne suis pas un magicien pour changer tout alors que je suis là depuis quelques mois. Il ne faut pas baisser les bras. Je dois voir l’état mental des joueurs pour composer avec une équipe la plus prête possible», a-t-il indiqué. Sur les chances des Verts pour passer en quart de finale, l’ancien sélectionneur de la Belgique assure que tant que vous n’êtes pas éliminés, il faut y croire.
«Nous avons une chance. Je sais que notre destin n’est plus entre nos mains puisque nous devons attendre l’autre match et surtout une victoire du Zimbabwe. Nous avons une seule chance, certes, mais il faut savoir la prendre. Il faut saisir cette chance et c’est ça le professionnalisme». Concernant le Sénégal, Leekens n’a pas tari d’éloges sur cette équipe qui avait dominé la phase de poules. «Cela fait longtemps que j’ai dit que le Sénégal possède une très bonne équipe. C’est une très bonne génération de joueurs qui a montré de belles choses lors des deux premiers matchs. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils sont assurés de disputer le quart de finale. C’est une équipe qui a eu le temps pour bien travailler», a-t-il déclaré entre autres.
Dj. O.

L’attitude
Leekens refuse de lâcher son poste
Malgré toutes les attaques qu’il a subies depuis le début de la CAN, le sélectionneur national, Georges Leekens, reste imperturbable. A toutes les questions relatives à son avenir, il n’a répondu à aucune. Mieux encore, toutes ses réponses se conjuguent au futur et envoie un message à tous ceux qui veulent le voir partir, qu’il est là et pour bien longtemps. La première question à laquelle il a répondu était celle concernant l’information de la prise en main par Bougherra de la barre technique. «Si je savais que je ne suis plus maître à bord, je ne serai pas là à la conférence de presse. J’ai du boulot et ce n’est pas en deux mois que cela va s’arranger. Ce n’est pas un défi facile et dans ma vie je n’ai jamais eu de défis faciles. Je crois au travail, aux joueurs, aux gens qui sont autour de moi», a-t-il souligné d’emblée. Le patron de la barre technique, que tous les indices désignent partant, n’y prête aucune attention. «J’ai vécu cette même situation avec la Belgique et la Tunisie. Au moment où vous ne croyez plus au travail que vous faites, vous devez arrêter. Moi je crois à 200%. Ce n’est pas parce que vous gagnez vous êtes bons et que si vous perdez vous êtes mauvais», a-t-il expliqué. Le technicien belge ne s’est pas privé d’affirmer que tout le monde est responsable de cette débâcle. «Nous formons un groupe, nous représentons un pays, cela vous dire que nous sommes responsables tous ensemble. L’avenir est beaucoup plus beau que vous ne le croyez», a-t-il assuré. Le limogeage après la CAN, cette hypothèse ne semble jamais avoir effleuré l’esprit de Leekens, qui a indiqué qu’il n’était pas «quelqu’un d’euphorique quand je gagne et je ne suis pas en dépression quand je perds. Je regarde l’avenir lointain. Actuellement, il y a des jaloux de l’Algérie et je peux vous assurer qu’il y en aura beaucoup à l’avenir. Je vous garantis que nous allons avoir une bonne équipe, qui peut devenir une grande équipe», a-t-il conclu. Avec ces déclarations, Leekens est loin d’être parti.
Dj. O.

L’éventualité
Le Burkina-Faso en 1/4 au cas où…
On connaît déjà la première affiche des quarts de finale de la CAN-2016. Le Sénégal, première équipe qualifiée, a hérité d’un gros morceau pour le prochain tour. Il s’agit du Cameroun, qui a éliminé le pays organisateur, le Gabon. La rencontre aura lieu samedi 28 janvierà Franceville, alors que ce soir, on connaîtra l’adversaire du Burkina-Faso, qui a terminé premier de son Groupe A après sa victoire hier soir devant la Guinée Bissau. L’Algérie connait son éventuel adversaire, mais avant cela, il faudrait battre le Sénégal et espérer une défaite de la Tunisie dans l’autre match, qui se déroulera en même temps à Libreville.
Dj. O.

L’aveu
Aliou Cissé : «Les Algériens ont de la fierté, de l’orgueil»
Le coach du Sénégal était serein à la veille de son match face à l’Algérie,même s’il n’a aucun enjeu pour son équipe. «J’ai eu la chance d’avoir battu l’Algérie en 2002, mais je ne me rappelle pas l’avoir gagné depuis. Le Sénégal a toujours eu des difficultés devant cette équipe algérienne et il faut savoir que depuis toujours Algérie - Sénégal a constitué un clasico. Il s’agit d’un grand rendez-vous du football africain. Je suis sûr que tout le continent va regarder le match demain (Ndrl : aujourd’hui). Nous voulons gagner cette rencontre pour maintenir la dynamique des bons résultats, mais il ne faut pas s’attendre à une mission facile face à une équipe d’Algérie blessée. Je connais l’Algérie et j’ai beaucoup d’amis Algériens, je sais qu’ils ont une fierté et un orgueil», a fait savoir le sélectionneur du Sénégal. AliouCissé n’a pas tari d’éloges sur la sélection nationale. «Nous savons que le match sera difficile, mais je pense que les garçons sont prêts faire un très bon match. Nous l’avions rencontrée en match amical à Alger il y a un peu plus d’un an où nous avions perdu le match. Il y avait un bon rendement de la part des deux équipes, mais depuis beaucoup de choses ont changé. Je reste persuadé que l’Algérie reste une grande équipe même si elle a raté son début de CAN. Cela ne veut pas dire qu’elle est éliminée, nous devons la respecter et se méfier d’elle», a-t-il dit.
Dj. O.

Zimbabwe - Tunisie
L’autre important match pour l’Algérie !
Le match Tunisie - Zimbabwe est important pour ces deux formations, mais il l’est autant plus pour l’Algérie qui ne peut se qualifier qu’en cas de défaite de la Tunisie. Il suffit d’un nul pour les voisins de l’Est pour composter leur billet au prochain tour et ce, quel que soit le résultat du match de Franceville entre le Sénégal et l’Algérie. Pour cette rencontre, le sélectionneur, Henry Kasperczak, devrait effectuer quelques changements dans son onze de départ. Il devra se passer des services de son gardien de but, AymenMathlouthi, auteur d’une énorme prestation face à l’Algérie, notamment en première période. En plus de Mathlouthi, Kasperczak pourrait être contraint de composer son onze de départ sans les services de son meneur de jeu et buteur lors du dernier match, Naïm Slilti. Ce dernier qui réalise une très belle CAN pour sa première participation, a ressenti des douleurs au niveau de la cuisse. Même si aucune décision n’est prise, il reste incertain pour la rencontre de ce soir. Les Tunisiens savent ce qu’ils doivent faire pour se qualifier. Ils ne doivent surtout pas perdre car dans ce cas, ce sera soit le Zimbabwe soit l’Algérie qui passerait au prochain tour.
Dj. O.