Mexique / explosion d’un marché de feux d’artifice : «Il y avait des gens en flamme qui couraient»

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

02Drame n Une explosion sur le plus  grand marché de feux d'artifice du Mexique a fait au moins 31 morts et 72  blessés, hier à Tultepec, près de Mexico, ont déclaré les autorités mexicaines.

L'explosion s'est produite vers 14h50 (20h50 GMT) sur ce marché spécialisé en produits pyrotechniques qui accueille traditionnellement de nombreux visiteurs à l'approche des fêtes de Noël.  «Vingt-six personnes sont décédées sur place et cinq dans les hôpitaux»,  portant le bilan à 31 personnes tuées, a indiqué dans la soirée le procureur de  l'Etat de Mexico, Alejandro Gomez.  «Juste après l'explosion, tout a commencé à prendre feu. Il y avait des  gens brûlés qui couraient», a raconté à l'AFP Walter Garduno, témoin de la  tragédie. «Des gens couraient en flammes, des enfants» a-t-il poursuivi.
Les médecins légistes ont effectué des prélèvements ADN sur les victimes  car «la plupart» ne sont pas identifiables, a indiqué sur la chaîne Televisa le  gouverneur de l'Etat de Mexico. Au moins 32 personnes sont portées disparues et les autorités tentent de  déterminer si elles figurent parmi les victimes de l'explosion. Les images diffusées sur les réseaux sociaux montrent une impressionnante série d'explosions multicolores suivie par un important dégagement de fumée.  «Le marché a totalement disparu», a indiqué le responsable national de la  Protection civile, Luis Felipe Puente, sur la chaîne Televisa, en précisant que  plusieurs blessés se trouvaient «dans un état grave».  
Sur les 72 personnes blessées, une vingtaine a pu quitter l'hôpital dans la  soirée. Trois enfants devraient être transférés aux Etats-Unis pour être  soignés dans un hôpital spécialisé.  «Mes condoléances aux familles de ceux qui viennent de perdre la vie dans  cet accident et mes vœux  de rétablissement rapide pour les blessés», a écrit  le président mexicain Enrique Pena Nieto sur son compte Twitter. Des militaires et plus d'une centaine de policiers ont été déployés sur  place pour aider les secours à évacuer les victimes, dont beaucoup souffrent de brûlures, vers les hôpitaux à l'aide d'ambulances et d'hélicoptères.
Après trois heures d'efforts, les pompiers sont parvenus en fin d'après-midi à maîtriser l'incendie déclenché par l'explosion, qui a aussi endommagé des logements et des véhicules situés à proximité. Quelques heures après l'explosion, des militaires, masques sur le visage,  continuaient d'inspecter les décombres du marché totalement dévasté par la  déflagration, à la recherche de victimes. Des enquêteurs tentaient de leur côté de déterminer l'origine de  l'explosion.

Destruction totale en 2005

l  En septembre 2005, ce même marché avait été totalement détruit par un  incendie provoqué par l'explosion de feux d'artifice à l'occasion de la fête nationale d'indépendance. L'année suivante un autre incendie avait détruit plus  de 200 stands, sans faire de victime. En avril 2016, l'explosion en Inde d'un entrepôt de feux d'artifice avait déclenché un énorme incendie près d'un temple hindou à Paravur, faisant 111 morts et plusieurs centaines de blessés.

«Le sol tremblait»
l «On a commencé à entendre des détonations, on a pensé que ça provenait d'un  atelier voisin de fabrication de produits pyrotechniques», a raconté à l'AFP une habitante du quartier, Alejandra Pretel. Elle s'est ensuite rendu compte que l'explosion provenait du marché tout proche. «Mes voisins m'ont dit que le sol tremblait, mais je n'ai pas réalisé car je suis partie en courant», a-t-elle dit. «Je promenais mon chien quand nous avons entendu de très fortes explosions  (...). Nous avons d'abord pensé que ça provenait de la station-service» mais  ensuite «nous avons vu que ça provenait des feux d'artifice», a raconté Sofia  Bedoya, une autre habitante du quartier.

31 morts et 72 blessés, un bilan provisoire

Constat n L'intervention des secours, parfois improvisés, a été rendue difficile par les explosions qui continuaient de se succéder sur ce vaste marché de quatre hectares.

Sur le marché de feux d'artifice de Tultepec, le plus grand du Mexique, un après-midi tranquille et ensoleillé s'est instantanément transformé en une scène infernale. De nombreux visiteurs arpentaient les allées en quête de feux d'artifice pour célébrer les fêtes de fin d'année lorsque une immense explosion a retenti. Puis un énorme nuage s'est élevé, obscurcissant le ciel, tandis que des explosions en chaîne se succédaient. Des feux d'artifice colorés scintillaient dans l'épaisse fumée noire. «Juste après l'explosion, tout a commencé à prendre feu. Il y avait des gens brûlés qui couraient», raconte à l'AFP Walter Garduno, témoin de la tragédie qui a fait au moins 29 morts et 70 blessés. Avec environ 300 stands, le marché de San Pablito à Tultepec, dans la banlieue de Mexico, contenait des tonnes de poudre destinées à la fabrication de feux d'artifice, avec l'autorisation du ministère mexicain de la Défense. Après de précédentes explosions en 2005 et 2006, qui avaient dévasté ce marché et fait des dizaines de blessés, les mesures de sécurité avaient été  renforcées, et les vendeurs assuraient que le site était dans sa catégorie le plus sûr de toute l'Amérique latine. Mais hier après-midi, une explosion a fait trembler le sol sur plusieurs  kilomètres à la ronde. «Des gens couraient en flammes, des enfants», se souvient Walter Garduno, qui se trouvait par hasard dans le secteur et a accouru sur le site pour apporter de l'aide. L'intervention des secours, parfois improvisés, a été rendue difficile par les explosions qui continuaient de se succéder sur ce vaste marché de quatre hectares, situé près d'un carrefour routier. Angelica Coss, 25 ans, qui vit dans une zone résidentielle à quelques rues du lieu de la catastrophe, vaquait à ses occupations lorsque l'explosion initiale a retenti.   Après les innombrables détonations, il ne restait du site qu'un amas de ferraille et de béton noirci d'où les sauveteurs improvisés, les vêtements salis par la fumée ou déchirés, tentaient de secourir des blessés souvent atteints de brûlures.   

«J’ai cru que des bombes tombaient»
«La terre a bougé, j'ai eu l'impression qu'un avion s'était écrasé, que des bombes tombaient. Je suis montée sur le toit de ma maison, d'autres personnes étaient là, et nous avons vu que le marché explosait. Et toute cette fumée a commencé à nous recouvrir», raconte-t-elle à l'AFP. Après Víctor Hugo Samantes, dont des membres de la famille tenaient des étals au marché, a été l'un des premiers à s'approcher du site pour tenter de retrouver ses proches miraculeusement sortis indemnes de la tragédie. «C'est incroyable, on est habitués à voir le marché en mouvement et tous les gens qui y travaillent, chacun à son poste. Et maintenant, le voir dans cet  état !» soupire-t-il, la bouche protégée par un masque, en observant le marché réduit en cendres où s'activent des centaines de policiers et de sauveteurs.