02Le centriste pro-européen Emmanuel Macron et la candidate de l'extrême droite anti-Europe Marine Le Pen, arrivés en tête hier soir du premier tour de la présidentielle française, s'affronteront lors du second tour, marquant le rejet des partis traditionnels.

Résultats n Au terme d'une campagne à rebondissements qui a tenu les Français en haleine jusqu'au bout, le premier tour de dimanche a désigné deux candidats aux arguments "anti-système", mais avec deux visions radicalement différentes sur l'avenir de la France en Europe.

La qualification pour le second tour de la  présidentielle française d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen est comparée  dans la presse nationale à un "big bang" laissant "la droite K.-O." et la  gauche à terre.  "Big bang" ou "grand saut dans le vide", écrit le quotidien économique Les Echos, qui retient de ce scrutin l'expression d'un "ras-le-bol du +système+,  table rase du passé".

Réactions n L'attaque qui a coûté la vie à un policier et fait trois blessés jeudi soir sur les Champs-Elysées à Paris a fait monter la tension .

Près de 47 millions d'électeurs sont appelés à voter au premier tour demain 23 avril, puis au second tour le 7 mai, pour élire le nouveau président de la République française appelé à succéder au socialiste François Hollande.

Violences n L'opposition vénézuélienne appelle à de  nouvelles manifestations contre le président Nicolas Maduro ce jeudi, au lendemain  de vastes rassemblements au cours desquels trois personnes ont été tuées et une  trentaine arrêtées.

Colère n Dans le quartier populaire de Petare,  ancien bastion chaviste de l'est de Caracas, Paula Navas s'apprête à défiler  contre le président socialiste Nicolas Maduro au nom de sa fille Anhely, morte  la semaine dernière à l'hôpital, faute de médicaments pour la soigner.

Débat n S’il y a un sujet qui demeure encore aujourd’hui difficile à aborder en société, en famille surtout, c’est bien celui de la mixité à l’école, tant ce concept suscite des passions et chez ses supporters et chez ses détracteurs.

Peur n L’un des arguments les plus opposés à la mixité, est celui de la sécurité des filles à l’école qui ne peut être garantie que si elles ne sont pas confrontées aux garçons.

02Information n De Gaulle pour la petite histoire n'a reçu, à la veille de son départ secret pour Londres, que 800 000 francs pour organiser la résistance à l'extérieur.

Trafic n Il est de notoriété publique, et les enquêteurs français sont catégoriques, que le Pen a planqué à l'étranger plusieurs lingots d'or. Chose qu'il a toujours rejetée et balayée d'un revers de la main.

02Sensibilisation n Le candidat de droite François Fillon et le héraut  de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, tous deux en embuscade derrière les deux favoris, sonnaient hier la mobilisation générale pour faire mentir les sondages.

Appréhension n  Et si elle était élue, que faire ? A deux semaines de la présidentielle française, la question trotte dans la tête des électeurs viscéralement opposés à l'extrême droite, dont la candidate Marine Le Pen est donnée qualifiée pour le second tour par les sondages.

L’Egypte est de nouveau frappée par le terrorisme. C’est durant la messe de ce matin qu’un attentat a frappé des fidèles coptes, dans une église de Tanta.

Violences n Un attentat à la bombe a fait au moins 22 morts  ce dimanche dans une église de la ville de Tanta, à 120 km au nord du Caire,  trois semaines avant la visite du pape en Egypte, selon l'Eglise copte d'Egypte.

Constat n La montée d'un islam rigoriste aggrave le sentiment de marginalisation des  Coptes, surtout depuis la chute du président Hosni Moubarak le 11 février 2011.

02Avertissement n Les Etats-Unis ont averti qu'ils sont prêts à lancer de nouvelles frappes contre le régime syrien au lendemain du bombardement d'une base de l'armée syrienne qui a déclenché la   colère de Damas et de ses alliés russe et iranien.

Soutien n Les frappes américaines en Syrie "illustrent une détermination nécessaire contre les attaques chimiques barbares", a affirmé le président du Conseil européen, Donald Tusk.  

02Bilan n Le nombre de victimes n'a cessé de s'aggraver au fil des heures : il  s'établissait ce mercredi à 72 morts, dont 20 enfants, selon l'Observatoire syrien  des droits de l'homme (OSDH).  L'OSDH a également fait état de plus de 160 blessés et de "personnes  disparues".

Revirement n La Maison Blanche a dénoncé hier avec fermeté l'attaque chimique meurtrière menée dans le nord-ouest de la Syrie, durcissant soudainement le ton à l'encontre du président Bachar al-Assad qu'elle tient pour responsable de cet "acte odieux".