Zimbabwe …Et la rue demande le départ de Mugabe

Des milliers de Zimbabwéens sont descendus ce samedi dans les rues d'Harare pour demander le départ du président Robert Mugabe.


Lire la suite...

Nombre de morts dans des actes terroristes : «L'Algérie a connu une baisse constante»

Rapport -  L'Indice du terrorisme mondial (GTI) 2016, élaboré par Institute for Economics and Peace (Institut pour l'économie et la paix, IEP) a classé l’Algérie à la 49e place sur...


Lire la suite...

Le ministre qatari des AE accuse : «Ryad fait au Liban la même chose qu'au Qatar»

Déclarations -  L'Arabie saoudite veut «soumettre» le Liban exactement comme elle tente de le faire avec le Qatar, a déclaré vendredi le ministre qatari des Affaires étrangères, cheikh Mohamed Abderrahmane...


Lire la suite...
012

Histoires étranges : La Maison qui saigne d’Atlanta

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Intrigue - Le 8 septembre, aux alentours de minuit, Minnie sortait de sa douche quand elle remarqua que le plancher et les murs de la salle de bain étaient recouverts d’éclaboussures rougeâtres.


En 1987, Minnie et William Winston étaient respectivement âgés de soixante-dix-sept et soixante-dix-neuf ans, ils étaient mariés depuis quarante-quatre ans et ils louaient la même petite maison de briques rouges à Atlanta, en Géorgie, depuis vingt-deux ans. Le 8 septembre, aux alentours de minuit, Minnie sortait de sa douche quand elle remarqua que le plancher et les murs de la salle de bain étaient recouverts d’éclaboussures rougeâtres. Les tâches ne ressemblaient pas à du sang, elles n’en avaient pas l’odeur, et la vieille dame n’en fut pas effrayée mais intriguée. Elle enfila tranquillement son peignoir puis elle s’avança dans le couloir, et découvrant les même traces écarlates un peu partout sur le carrelage, elle appela son mari, qui était déjà allongé dans son lit : «Will ! Viens voir tous ces trucs rouges qui sortent du plancher.» Minnie attendit quelques secondes, immobile dans le couloir, mais personne ne lui répondit et ce silence lui parut inquiétant. La pensée qu’il était arrivé quelque chose à William, dont la santé était fragile et qui devait être dialysé tous les jours, la traversa fugacement, puis elle entendit le bruit de ses pas trainants dans la chambre et il apparut dans l’encadrement de la porte. Pendant un moment ils examinèrent l’étrange substance qui semblait suinter des carreaux, et comme ils n’arrivaient pas à en déterminer la nature ou l’origine, ils finirent par aller se coucher. Le lendemain matin, ils découvrirent avec stupéfaction que le bas des murs et le sol de toutes les pièces étaient maintenant recouverts de tâches identiques à celles du couloir et ne sachant qu’en penser, ils jugèrent plus prudent d’appeler la police.
A suivre
L. S.

Actualite

Culture

Concert de musique andalouse : A la mémoire de Cheikh Abdelkrim Dali

18 novembre 2017

Mélodies - Les associations culturelles de musique andalouse, El Djenadia de Boufarik et Les...

La politique

Le ministre qatari des AE accuse : «Ryad fait au Liban la même chose qu'au Qatar»

Le ministre qatari des AE accuse : «Ryad fait au Liban la même chose qu'au Qatar»

18 novembre 2017

Déclarations - L'Arabie saoudite veut «soumettre» le Liban exactement comme elle tente de le...

Sports

Après l’incident de la conférence de presse : Madjer-Djebbour, vers une réconciliation ?

Après l’incident de la conférence de presse : Madjer-Djebbour, vers une réconciliation ?

18 novembre 2017

Hypothèse - L’incident de la conférence de presse d’après-match Algérie-République centrafricaine...