L’amour de ma vie

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Image -  Les filles, qui ne rient plus, écoutent leur mère avec attention. Le garçon, lui, garde le silence.


Omar, je crois que je t’ai trouvé une femme !
Le jeune homme lève le nez de son assiette et lance en souriant :
— Encore une…
Ses deux sœurs, Amina et Farida, éclatent de rire. Celle qui vient de parler, Zahia, la mère, n’a pas envie de rire, elle. Elle est même très sérieuse.
— C’est une fille de bonne famille !
— Elle fait la chorba comme toi ? demande Omar.
— Arrête de te moquer de moi et écoute-moi.
Le jeune homme pose sa cuillère, arrête de sourire et, affectant un air très sérieux, fait mine d’écouter sa mère.
— Je t’écoute !
— C’est sérieux, je te dis… Je reconnais que les filles que je t’ai montrées jusqu’ici ne te convenaient pas, mais celle-ci, j’en suis sûre, te plaira…
Elle fustige du regard ses filles qui rient sous cape.
— Vous deux arrêtez, sinon, je vous fais sortir d’ici !
Elle se retourne vers Omar.
— C’est une fille que ma cousine Malika m’a montrée… Elle est jolie et, surtout, c’est une fille instruite ! Elle enseigne dans un lycée…
— Une enseignante ? dit Omar.
— Tu veux une fille qui travaille, non ?
— Oui, dit Omar…
— Bien sûr, il faudrait qu’elle te plaise, mais je te dis qu’elle est jolie… Je voudrais au moins que tu la voies !
Les filles, qui ne rient plus, écoutent leur mère avec attention. Zahia s’adresse à elles.
— Je voudrais que vous la voyiez, cette fille est jolie, intelligente, bien élevée, il ne lui manque vraiment rien !
— C’est à Omar de la voir, dit Amina.
— Je sais que c’est à Omar, dit Zahia, prête à s’emporter, mais il doit d’abord savoir qu’elle existe !
— Ne te fâche pas, dit Omar.
— Je voudrais que vous vous montriez un peu plus sérieux… A commencer, par toi, Omar ! Tu vas bientôt avoir trente-cinq ans et tu es toujours célibataire ! Tu attends peut-être que je disparaisse, comme ton pauvre père, pour que tu te décides à te marier.
— B’îd char ! dit Omar, que Dieu nous préserve de ce que tu dis !
— Alors mon fils, il faut que tu te décides ! Commence déjà par voir cette fille dont je te parle…
Omar garde un moment le silence puis dit :
— Tu veux vraiment voir une fille pour moi ?
Zahia le regarde, stupéfaite.
— Bien sûr… Tu sais bien que je ne pense qu’à cela…Tu as quelqu’un en vue ? Tu connais une fille ?
Omar hésite un moment, puis lâche :
— Oui, la cousine Hayet… La fille de ton oncle Tahar !
A suivre
Rami M.