Tunisie : Guerre contre la corruption

Objectif -  Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, a souligné la détermination de son cabinet à poursuivre la lutte contre la corruption, ajoutant que la Justice demeure une composante...


Lire la suite...

Examens trimestriels 2017-2018 : Benghabrit annonce les dates

Programme -  Les examens trimestriels de l'année scolaire 2017-2018 se tiendront à compter du 3 décembre 2017 pour le premier trimestre, du 4 au 8 mars 2018 pour le deuxième...


Lire la suite...
012

Ainsi va la vie : La femme promise 8e partie

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

Résumé de la 7e partie n La perspective d’épouser la belle Dahbia se précisait pour Mustapha.

Mustapha se dit qu’il serait l’homme le plus heureux du monde s’il épousait la belle Dahbia mais  voilà qu’une immense tristesse l’avait étreint jusqu’à l’étouffement lorsqu’il eut appris que le vieux  Abdellah avait décidé de lui accorder sa main et de ne plus attendre l’homme à qui elle avait été promise.
L’épouse d’Abdellah n’était pas d’accord
— Je trouve que tu t’empresses, avait-elle reproché à son mari que pourtant elle craignait… J’ai vu Bélaid…il n’y a pas longtemps…
— Quoi ? Tu l’as vu ? Où ça ?
— Dans un rêve ? Sinon où veux-tu que je le voie ?
— Oh ! Femme, nous ne sommes pas en train de jouer… Laissons les rêves de côté, s’il te plaît…
— Tu ne veux pas savoir ce que m’a dit Bélaid dans le rêve ?
— Oh ! la !la ! Ce que tu es casse-pieds ! Bon, d’accord, dis-moi ce qu’il t’a dit ?
— Il m’a dit qu’il serait bientôt de retour… avec la fonte des neiges…Il n’a pas été plus précis mais je pense qu’il reviendra au printemps…
— Et tu veux peut-être que j’aille voir Cheikh Nafaâ pour lui dire que j’ai changé d’avis parce que mon fils va revenir au printemps…Allons soyons sérieux…Si Bélaid était vivant, il serait revenu…
 Au mois de février 1963, Dahbia et Mustapha se marièrent… Autrefois, entre la décision d’un mariage et sa concrétisation, il ne s’écoulait parfois que quelques jours. Il n’y avait pas tous les préparatifs et tout le gaspillage qui caractérisent les fêtes familiales de nos jours. De toutes les manières, les familles algériennes, aux premières années de l’Indépendance, n’avaient pas les moyens d’organiser des fêtes fastueuses ni ceux de prouver aux voisins qu’ils étaient riches parce qu’en ce temps là les riches il n’y en avait presque pas.
Le mariage fut consommé la première nuit du mariage… Dahbia ne voulait pas de cette union mais elle s’était laissé faire parce qu’elle avait en tête cette devise qu’elle avait souvent entendue autour d’elle : «Nul n’était maître de son destin». Bien qu’elle ne l’ait jamais dit à sa mère, par pudeur, elle avait toujours aimé Bélaid. D’abord parce qu’elle le trouvait très beau, ensuite parce qu’avec lui, elle ne s’ennuyait jamais. Ils se connaissaient depuis que leurs yeux s’étaient ouverts à la vie.                                                                                                
A suivre
Rami M.

Actualite

Examens trimestriels 2017-2018 : Benghabrit annonce les dates

Examens trimestriels 2017-2018 : Benghabrit annonce les dates

22 novembre 2017

Programme - Les examens trimestriels de...

Culture

Semaine gastronomique italienne : Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger

Semaine gastronomique italienne : Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger

22 novembre 2017

Concert - La chanteuse italienne Elena Ledda a animé, mardi soir à Alger, un...

La politique

Tunisie : Guerre contre la corruption

Tunisie : Guerre contre la corruption

22 novembre 2017

Objectif - Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, a souligné la détermination de...

Sports

UEFA Champions League : Hanni et Ghezzal éliminés : Brahimi en ballottage favorable, Ghoulam et Ounas en vie

UEFA Champions League : Hanni et Ghezzal éliminés : Brahimi en ballottage favorable, Ghoulam et Ounas en vie

22 novembre 2017

Fortunes - Trois des cinq internationaux algériens disputant la prestigieuse compétition...