Statut de Jérusalem : La mobilisation toujours aussi forte

Contestations -  Le Moyen-Orient a connu une cinquième journée de manifestations contre la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël, un sujet qui continuait à dominer l'agenda diplomatique.


Lire la suite...

Atteintes aux droits des enfants : Bientôt un numéro vert pour les signaler

Protection - A été annoncée hier la mise en service, avant fin 2017, d'un numéro vert pour le signalement de toute atteinte aux droits de l'enfant.


Lire la suite...
012

HistoireS étranges : Le loup garou du Gévaudan 3e partie

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

Résumé  de la 2e partie n De nombreuses tentatives ont été menées par des hommes pour tuer la bête mais sans aucun résultat, ce qui a semé une grande panique au sein de cette ville.

Le pays est en deuil ; une atmosphère sinistre règne. Les gens vaquent furtivement à leurs occupations, aiguillonnés par la peur. Pendant ce temps, dans le seul mois de Mars, la bête tue huit autres personnes. Le 7 avril, après des mois de recherches infructueuses, les dragons quittent Langogne. Comme pour célébrer l’évènement, la bête égorge une jeune bergère de 17 ans. Le 30 avril, après avoir fait trois autres victimes, elle est touchée à deux reprises par un chasseur à proximité de Saint-Alban. Elle s’échappe, laissant une mare de sang derrière elle, mais, quelques heures plus tard, une femme de 40 ans est tuée. La bête s’enhardit chaque jour davantage, rôdant dans les rues des villages à la tombée de la nuit, grondant devant les portes barricadées. Les gens murmurent qu’elle se déplace sur les pattes de derrière, comme un homme et un nom terrible commence à circuler de bouche à oreille, un nom que personne n’osait prononcer : loup-garou ! Puis, en mai, l’espoir revient. Pendant presque trois semaines, aucune nouvelle victime n’est signalée. Après tout, la bête est peut-être mortelle. Peut-être que le plomb des mousquets l’avait mortellement touchée. Mais cet espoir fut bientôt anéanti. Le soir du 19 mai, dans les bois de Servilange, la bête attaque une vieille femme et lui dévore le cœur. Et le 24 mai, elle compense sa période d’inactivité en tuant pas moins de quatre personnes en une seule journée. En juin, la terreur est à son comble, car la bête frappe plusieurs fois à proximité des habitations. Pendant ce temps, le roi Louis craint chaque jour davantage que la terreur des paysans ne se change en révolte. En juillet, il nomme le Maître de la Chasse royale – Monsieur Antoine – à la tête de 20 gardes et lui donne l’ordre d’en finir avec cette bête du Gévaudan, dut-il y laisser sa vie. Si les paysans furent impressionnés par les uniformes des gardes, il n’en alla pas de même pour la bête qui, le 9 août au soir, tua une laitière sous les fenêtre du Château de Besset où séjournait justement Monsieur Antoine. Une nouvelle et sensationnelle rumeur enflamma les campagnes.
A suivre
S. B.

Actualite

Atteintes aux droits des enfants : Bientôt un numéro vert pour les signaler

Atteintes aux droits des enfants : Bientôt un numéro vert pour les signaler

12 décembre 2017

Protection - A été annoncée hier la mise...

Culture

Musique : Amadou & Mariam, les esthètes du son

Musique : Amadou & Mariam, les esthètes du son

12 décembre 2017

Sonorités - Mélodistes hors pairs, Amadou & Mariam, le célèbre couple de chanteurs aveugles...

La politique

Statut de Jérusalem : La mobilisation toujours aussi forte

Statut de Jérusalem : La mobilisation toujours aussi forte

12 décembre 2017

Contestations - Le Moyen-Orient a connu une cinquième journée de manifestations contre la reconnaissance...

Sports

ESS–USMA, ce soir à 17h : Les Rouge et Noir à l’assaut de l’Aigle noir

ESS–USMA, ce soir à 17h : Les Rouge et Noir à l’assaut de l’Aigle noir

12 décembre 2017

Affiche - Le stade 8-Mai-1945 à Sétif abritera ce soir de...