Syrie : Deir Ezzor : l’EI est passé par là

Espoir n Si la circulation reste largement à l'arrêt faute de carburant, la vie reprend sur les marchés des quartiers de Deir Ezzor loyaux au régime syrien et désormais libérés...


Lire la suite...

Habitat : A quand la propriété collective ?

Rencontre n Le respect de la propriété collective «témoigne du degré de civisme des citoyens», selon les participants à une journée d’étude organisée sous le thème «L’immobilier et la propriété...


Lire la suite...
012

Ainsi va la vie : A la croisée des chemins 4e partie

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

Résumé de la 3e partie n Tandis que Rahma mène une vie paisible et heureuse, Bahia commence à s’ennuyer dans la sienne avec Tahar et sa fille adoptive.

C’est alors que Bahia rencontre Rachida, une divorcée qui habite seule avec un fils de dix-sept ans. Très vite, les deux femmes se découvrent beaucoup d’affinités, comme celle de se donner du bon temps, d’être joyeuses car la vie est courte et qu’il faut en profiter le plus possible.
Assises l’une près de l’autre dans la petite salle d’attente du coiffeur Salah, un flatteur qui joue du compliment aussi bien que du peigne, les deux femmes, dès le début, en viennent aux confidences. Mais Bahia se garde bien de révéler à sa nouvelle amie son secret.
Rachida, d’emblée, annonce la couleur en exhibant de son portefeuille la photo de son ami, un homme marié, qui l’entretient malgré les réticences de son fils.
— C’est un bel homme, dit Bahia en examinant le moustachu souriant sur la photo.
L’autre, enchantée, se perd en compliments.
— Il est très généreux ! Il m’a acheté une cuisine complète, et puis il vient de meubler mon salon.
— Mais... il est marié ?
— Oui, mais cela m’est égal ! Quand il est avec moi, il oublie tout ! Et puis il occupe un poste important… Ce n’est pas l’argent qui manque.
Rêveuse, Bahia reste silencieuse un moment sans quitter des yeux la photo que sa nouvelle amie finit par lui retirer des mains, avant de la remettre à sa place, dans le portefeuille.
— Parle-moi de toi… Tu pourrais rencontrer un homme, toi aussi, riche comme le mien !
— Oh, plaisante Bahia, qui rougit à cette idée, mon mari n’est pas dans le besoin non plus… Que pourrait-il m’offrir que je n’aie déjà ?
Experte, Rachida, en écoutant Bahia, décèle l’ennui dans sa voix et décide, sur-le-champ, d’y remédier.
— Tu devrais venir me rendre visite un après-midi, j’habite tout près d’ici et nous pourrions bavarder autour d’une tasse de café.
Bahia hésite un moment puis accepte. Après tout, Tahar ne rentre que tard tous les soirs, et elle n’est pas obligée de lui en parler. Les deux femmes se donnent rendez-vous pour le surlendemain.
Avant d’aller chez Rachida, Bahia s’habille et se maquille avec soin. Puis, elle met son voile et, après avoir accompagné sa petite fille à l’école, elle se dirige vers l’appartement de son amie.
La première visite de la jeune femme chez Rachida lui laisse une extraordinaire impression de bien-être et de détente. Voilà ce qui lui manquait ! L’atmosphère calfeutrée et confortable de l’appartement lui plaît aussi, avec la jovialité et la gentillesse de sa nouvelle amie.
A suivre
Rami M.

Actualite

Habitat : A quand la propriété collective ?

Habitat : A quand la propriété collective ?

23 septembre 2017

Rencontre n Le respect de la propriété c...

Culture

Chanson rai : Hommage à Cheb Hasni

Chanson rai : Hommage à Cheb Hasni

23 septembre 2017

Evocation - Un hommage sera rendu, mardi prochain au palais des sports d’Oran, au...

La politique

Syrie : Deir Ezzor : l’EI est passé par là

Syrie : Deir Ezzor : l’EI est passé par là

23 septembre 2017

Espoir n Si la circulation reste largement à l'arrêt faute de carburant, la vie...

Sports

Demain réunion du BF : L’EN et la DTN, ces dossiers chauds

Demain réunion du BF : L’EN et la DTN, ces dossiers chauds

23 septembre 2017

Décisions n Le Bureau fédéral de la Fédération algérienne de football...