Festival national du théâtre comique : L’humour dans tous ses états

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     


Le Festival national du théâtre comique de Médéa revient avec un nouveau look, après une éclipse d’une année due à la réorganisation de la nomenclature de ces manifestations nationales, initié par la tutelle en optant pour une approche plus ouverte sur le monde extérieur et une diversification du programme d’animation.
La 11e édition du festival national de théâtre comique, prévue du 3 au 7 décembre prochain, mettra en compétition pour sept troupes théâtrales, au lieu de huit comme lors des précédentes éditions, qui vont tenter de faire bonne impression auprès du juré du festival et séduire le public, dans l’optique de décrocher l’ultime récompense de cet évènement culturel, en l’occurrence la Grappe d’Or.
Dans le but de donner plus d’impact à ce rendez-vous culturel, le commissariat du festival, présidé par l’écrivain, Said Benzerga, l’édition 2017 consacre une bonne place à l’aspect formation et pédagogie, à travers la programmation d’une série de rencontres débats et d’ateliers axés sur l’humour et son apport à l’éducation, l’enseignement, l’art et la littérature, ainsi que son influence sur le contenu des nouvelles technologies de la communication, a indiqué mardi le commissaire du festival. Le festival du théâtre comique est une occasion inespérée pour démonter que l’humour est une arme redoutable contre la violence et l’extrémisme, mais également une forme d’expression en mesure de contribuer à l’équilibre de la société et à son émancipation culturelle, a affirmé Said Benzerga, lors d’un point de presse organisé à la maison de la culture Hassan-El-Hassani de Médéa.
Malgré la cure d’austérité qui a privé ce festival des deux tiers des fonds qui lui étaient alloués, au cours des précédentes éditions, la 11e édition aura, selon le commissaire du festival, plus d’impact et d’écho vu le riche programme mis sur pied et la qualité des invités qui vont animer les activités annexes, citant, à titre illustratif, le passage attendu de l’écrivaine Maissa Bey, Said Boutadjine, les comédiens tunisiens Khaled Bouzid et Ferhat Hennana, célèbres pour leur rôles respectifs de El-Fahem et El-Moundji, de la série télévisée "Nsibti laziza".
Il est prévu, en outre, l’organisation de spectacle, en hors compétition, à travers plusieurs communes de la wilaya et au sein des résidences universitaires, de façon à faire partager cette fête avec le plus grand nombre possible d’amateurs de théâtre et du comique, a-t-il signalé.
APS