Roman / «Zabor ou les psaumes» : Célébration de la vie et de l'écriture

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Ecriture -  L'univers de Zabor représente, à lui seul, tous les marginaux de la société.


«Zabor ou les psaumes», dernier roman de l'écrivain et journaliste Kamel Daoud, célèbre l'écriture comme un acte vital, la mémoire comme essence de la vie et la langue tout en explorant plusieurs phénomènes sociaux, le rapport à la vie, à la mort et à la lecture ou encore les croyances populaires.
Troisième ouvrage de l'auteur, «Zabor ou les psaumes» qui vient de paraître aux éditions Barzakh, est sorti la semaine dernière en France ainsi qu'en Tunisie.
Le roman de 329 pages est une fiction qui s'articule autour de Zabor, personnage principal, un jeune homme très doué pour l'écriture et qui s'est découvert un don surnaturel par lequel il parvient à «tenir la mort à distance» et qui a prolongé la vie de dizaines d'habitants de son village d'Aboukir, en s'appliquant à écrire des histoires et à répertorier tout son environnement et donnant ainsi une suite au cheminement de la vie et de l'histoire de chacun.
L'univers de Zabor représente, à lui seul, tous les marginaux de la société, fils abandonné d'un boucher fortuné et respecté, né d'un premier mariage il est élevé par sa tante Hadjer, «vieille fille» en quête d'alibi masculin pour vivre pleinement, et son grand-père malade et muet, qui n'est plus qu'un fantôme errant n'ayant plus d'histoire à raconter.
Ecrite à la première personne, cette fiction qui se déroule dans l'Algérie de la fin des années 1970, retrace l'enfance de Zabor, son passage sur les bancs de l'école et les nattes de l'école coranique, sa découverte de l'univers des marabouts et de l'écriture, son exploration des langues et surtout son rapport à la vie et à la mort, jusqu'à la révélation de son don. Son don de maintenir en vie plusieurs personnes centenaires du village est mis à rude épreuve, pour la première fois, quand Zabor est appelé, comme ultime tentative après «celles échouées des médecins et des récitateurs du livre sacré», pour «conjurer» la mort qui rode autour de son propre père.
Cette épreuve concrétise également la mort du patriarche qui se veut souvent «libératrice» pour sa descendance.
«Zabor ou les psaumes» est également un alibi pour traiter de la place de la femme dans la société (algérienne) à travers la vie de sa tante Hadjer, et celui de sa voisine Djamila, jeune mère répudiée qui «s'immole lentement et devient le centre de vigilances qui la dépècent».En même temps, le récit célèbre l'écriture, la calligraphie et les symboles, décortique les mécanismes de l'écriture et ses rituels, et repousse avec beaucoup de finesse les limites des langues qui «parfois ne suffisent pas à tout exprimer».
Pour la couverture du livre, le choix de l'auteur et de l'éditeur s'est porté sur une œuvre du photographe tunisien Jallel Gasteli issue de sa collection intitulée «Série blanche», évoquant tant les ornements de l'architecture traditionnelle et la calligraphie arabe que les pierres tombales musulmanes.
Né en 1970 à Mostaganem, Kamel Daoud a été journaliste et chroniqueur de presse. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont le recueil de nouvelles «La préface du nègre» (2008) pour lequel il a reçu le prix Mohamed-Dib ainsi que le roman «Meursault, contre-enquête» paru en 2013 qui lui a valu de nombreux prix internationaux dont le Goncourt du premier roman.
R. C.