Exposition : Akacha Talbi, 50 ans de carrière artistique

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Parcours -  Une exposition réunissant la quasi-intégralité des œuvres du peintre Akacha Talbi, des œuvres célébrant en aquarelle la femme et la culture algériennes, a été inaugurée hier samedi à Alger.


Organisée à la galerie d’art Mohamed-Racim par l’établissement Arts et Culture de la wilayas d’Alger, cette exposition propose aux visiteurs une rétrospective sur une carrière artistique de près de 50 ans. Plusieurs œuvres des plus récentes de l’artiste portent un intérêt particulier à la femme algérienne avec une série de portraits empreints d’impressionnisme et d’une utilisation très fréquente des symboles.
«Les porteuses de couscous», «Femmes», «Entourée» ou encore «Un matin en famille» sont autant d’œuvres qui renvoient parfois à l’univers de Mhamed Issiakhem qui avait beaucoup influencé l’artiste. Dans une autre série de tableaux, Akacha Talbi expose quelques paysages de la côte ainsi que des reproductions de paysages urbains et de l’intérieur de mosquées dans un style rappelant aussi l’orientalisme, autre halte importante dans la carrière du peintre, sans pour autant y adhérer complètement. Le plasticien propose également des œuvres proches de la calligraphies usant des symboles comme matière première ainsi que quelques portraits dédiés à la femme targuie, à l’imzad ainsi qu’au costume traditionnel targui. Si cette exposition renseigne sur une carrière prolifique et évolutive, les œuvres de l'artiste-peintre n'ont cependant pas bénéficié de la mise en valeur nécessaire à une exposition, le travail d’Akacha Talbi a été dans sa majorité exposé de manière brute en collant directement le papier sur des panneaux en verre. Né en 1947 à Alger, Akacha Talbi a d'abord suivi une formation de tourneur-ajusteur avant de rencontrer l'artiste-peintre Ali Kortebi qui va l'initier à la peinture. Il réalise alors plusieurs paysages de Biskra et Bousaâda qu'il propose pour adhérer à l'Union nationale des arts plastiques où il a rencontré Mohamed Issiakhem. En 1969, Akacha Talbi expose à l'occasion du premier Festival panafricain et entame une formation de peinture pour, plus tard, enseigner le dessin. L'exposition se poursuit à la galerie Racim jusqu'au 25 août.
R. C