Les mystères de l'Egypte antique

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Du haut des pyramides de Guizeh, les mystères de l'Egypte antique narguent encore l'humanité mais des cohortes de scientifiques armés d'instruments de plus en plus sophistiqués font tout pour décrypter cette fabuleuse civilisation. Le 1er juillet 1798, le général Bonaparte débarquait à Alexandrie avec 40 000 hommes pour bloquer la route des Indes aux Anglais. Il était accompagné de dizaines de savants et artistes qui ont jeté les bases de l'égyptologie moderne. Depuis plus de 200 ans maintenant, les égyptologues utilisent la science pour percer les secrets enfouis dans le sable du désert égyptien depuis des millénaires. Aujourd'hui, pour accomplir leur tâche pharaonique, les scientifiques installent des dispositifs bardés d'électronique ou font appel aux dernières techniques chimiques pour la datation. Si la chimie a encore besoin d'échantillons même infimes, les techniques employées aujourd'hui se veulent non-invasives pour ne pas endommager les vestiges archéologiques. Thermographie infrarouge, muographie ou imagerie basée sur la détection de particules muons et simulation 3 D : ScanPyramids est l'un des plus ambitieux projets visant à percer les mystères de la pyramide de Khéops, sur le plateau de Guizeh près du Caire, l'une des sept merveilles de l'Antiquité construite il y a 4 500 ans. ScanPyramids a déjà annoncé en octobre que la grande pyramide pourrait receler des cavités inconnues. «Tous les dispositifs qu'on a mis en place (...) sont destinés à savoir où se situe exactement la cavité. On sait qu'il y en a une mais nous cherchons à savoir où elle se situe exactement», explique Mehdi Tayoubi, président et cofondateur de Hip-Institute qui pilote le projet ScanPyramids.