«Mélomania» : Un premier opus de Meziane Amiche et Amine Chibane

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Production n Une ouverture sur le monde extérieur sur un fond harmonique bien servi, est proposée par Meziane Amiche et Amine Chibane dans «Mélomania», leur premier opus d'une douzaine de titres conçus dans différents genres musicaux et sur des cadences variées.


Produit par la maison «Ostowana», ce nouvel opus, à la créativité prolifique, dévoile le talent des deux artistes qui proposent des pièces aux rythmes variés, allant du alaoui, au jazz, transitant par le flamenco, le raï et le reggae. Près d'une heure de temps, douze pièces aux contenus variés invitent à s'ouvrir au monde à travers une immersion dans la World Music, un style de musique qui convient à l'inspiration des deux artistes pour exprimer librement leur passion.
Donnant le ton dans un brassage musical enrichissant, les pièces «Ya Ba», aux sonorités africaines, soutenues par les envolées phrastiques des cuivres, «Love life», un mélange d'R'n'B et de raï, ainsi que «Solitaire du jeu», une chanson raï, avec un clin d'œil subtil à la trompette de Messaoud Bellemou - pionnier du souffle dans l'univers du raï -, les deux artistes, chantent en alternant leurs voix mélodieuses, la solitude, les travers de la vie et le rapport aux autres. Dans «Ghram El-Guellil», Meziane Amiche et Amine Chibane invitent à un voyage initiatique sur la manière d'ouvrir davantage le champ de l'échange, à travers une fusion intelligente des genres, oriental et jazz-manouche, dans un rythme empreint de rapidité, écrit en deux temps et sur lequel des solos de guitare très techniques sont exécutés. Alors que «Prélude El-Mensi» et «El-Mensi», auréolés de quelques évasions du saxophone, plaident pour les sans voix, dans les rythmes ternaires des genres kabyle et chaoui, «Guellal vibration», évoque l'histoire d'une jeune fille aimant les artistes et la Fantazia. Le titre «Tafaddali ya Anissa», une reprise de la chanson de Mustapha Zmirli, grand artiste des années 1970 tombé dans l'oubli, est rappelé à la mémoire dans une version reggae taillée sur mesure. «Ezzine Wet'bata», un berouali marocain endiablé, avec des marquages et des montées de cuivres percutantes, précède «Gourbi kartone», une pièce de référence pour les amateurs de flamenco qui apprécieront les sonorités métalliques de la guitare et l'accompagnement raclé, au groove régulier rappelant l'Andalousie et exhalant les parfums de la Méditerranée. «Afus», dernier titre proposé au contenu textuel évoquant la terre et la récolte dans l'esprit festif du folklore kabyle, marque le retour aux sources, une belle manière pour les deux chanteurs aux voix étoffées de clore cette randonnée onirique. Soutenu par une vingtaine de musiciens professionnels dont Aminos à la guitare, Mehdi Djama au saxophone, Nadjib Guemmoura à la basse et Mokhtar Choumane au nay, le duo d'artistes, constitué en 2013, a réussi sa première sortie, à travers une vision conceptuelle exigeante et un travail de recherche appréciable tant sur les plans de l'harmonisation et l'arrangement que sur le registre de l'interprétation. A travers «Mélomania» et dans un bel élan créatif, Meziane Amiche et Amine Chibane donnent toute la mesure de leur talent et entendent s'installer durablement dans le monde de la musique.
R. C./APS