Théâtre algérien : Histoire et traditions

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Le Théâtre algérien a été très lié le long de son histoire, à la société et aux événements vécus par cette dernière, a indiqué Samia Beroummana, enseignante au département des arts à l’université de Sidi Bel-Abbès.
S’exprimant lors d’une conférence intitulée «l’Histoire du théâtre en Algérie» dans le cadre du 14e Festival régional du théâtre pour enfants qui s’est déroulé à Khemisti, la spécialiste a fait savoir que les thèmes abordés par le Théâtre algérien en période d'occupation ont porté notamment sur la critique de certaines coutumes et traditions et phénomènes sociaux négatifs répandus dans la société, ce qui reflète son attachement à la société et aux événements vécus. Selon Mme Beroummana, l’Algérie a connu le théâtre la première fois au cours de l’occupation française, qui tentait inlassablement d’effacer l'identité algérienne, plus précisément en 1926 par Sellali Ali alias Allalou, à la fois auteur et acteur par une pièce titrée «Djeha» en dialecte algérien, qui a connu un franc succès, elle reflétait exactement la société algérienne de l’époque, a-t-elle ajouté.Depuis ses premiers pas, le Théâtre algérien avait fait face à d’énormes difficultés en raison de la censure imposée par les autorités françaises aux activités théâtrales présentées par des algériens, a mis en exergue la spécialiste. Pour elle, le théâtre a connu un tournent décisif avec le déclenchement de la guerre de Libération, les gens qui travaillaient au théâtre n’avaient que deux choix, travailler selon les conditions françaises ou prendre une position par rapport aux événements vécus durant cette période. D'autre part, a-t-elle précisé, le mouvement théâtral a connu à l’instar des mouvements théâtraux arabes, un développement dans le traitement des thèmes liés à l’histoire et au patrimoine, le traitement de ces sujets était devenu très libéral et sans restriction, les pièces reflétaient la réalité.Pour ce qui est du style et de la forme, le théâtre algérien était caractérisé par l’usage du dialecte comme moyen d’expression, l’instrumentalisation des traditions populaires, le caractère comique, ainsi que le mélange entre chants et musiques et autres éléments dramatiques, au point où la séparation entre ces éléments était quasiment impossible.
APS