Festival de Cannes : C'est parti !

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

Les premiers films en compétition officielle vont être présentés jeudi à Cannes, où l'actrice Lily-Rose Depp et le réalisateur Asghar Farhadi ont donné le coup d'envoi de la 70e édition du plus grand festival de cinéma au monde.

"Wonderstruck" de l'Américain Todd Haynes et "Faute d'amour" du Russe Andreï Zviaguintsev sont en lice, avec 17 autres films, pour la Palme d'or qui sera décernée le 28 mai. "L'identité du cinéma n'a ni sexe, ni drapeau, ni frontière", a déclaré la maîtresse de cérémonie, Monica Bellucci. La soirée a débuté avec la projection des "Fantômes d'Ismaël" du Français Arnaud Desplechin, un habitué de la Croisette. Son film aborde les tourments amoureux d'un réalisateur confronté au retour d'une femme aimée et disparue vingt ans plus tôt. Aux côtés de son acteur fétiche Mathieu Amalric, Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg apparaissent pour la première fois ensemble à l'écran. La première journée du grand rendez-vous mondial du cinéma a vu la polémique sur Netflix rebondir. Pedro Almodovar, 67 ans, a estimé que la Palme d'or devrait sortir en salles, mettant la pression sur Netflix. "Ce serait un énorme paradoxe que la Palme d'or ou un autre prix décerné à un film ne puisse pas être vu en salles", a-t-il affirmé. La plateforme américaine aux 100 millions d'abonnés ne prévoit pas de sortir dans les salles françaises "Okja" du Sud-Coréen Bong-Joon-ho et "The Meyerowitz Stories" de l'Américain Noah Baumbach. L'annonce de la présence de Netflix dans la compétition cannoise avait bousculé le milieu du septième art, surtout en France, ce nouvel arrivant étant en concurrence avec les salles de cinéma.  Sous la pression, les organisateurs du festival ont modifié leur règlement, imposant à partir de 2018 que tout film en compétition s'engage à sortir en salles. Représentant des Etats-Unis, l'un des jurés, Will Smith, a exprimé une position plus nuancée. "Chez moi, Netflix est utile car (les gens) peuvent voir des films qu'ils n'auraient pas pu voir autrement", a-t-il plaidé, sans préciser que son prochain film "Bright" est produit par le géant américain.
AFP