Arts plastiques/Exposition de Chica Sales : La magie de la terre-mère africaine

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

15Sensibilité n Pour chacune de ses toiles Chica Sales opte pour une teinte unique qu’elle enrichit par une gamme, de même élaboration, plus intense ou plus légère. 

La femme africaine plus spécialement celle pétrie par la terre mozambicaine est magnifiée à l’Institut Cervantès par l’artiste Chica Sales.
Toiles, crayons, aquarelles, les créations restituent l’âme africaine dans sa quintessence à travers la femme. Chica Sales nous plonge dans un univers féminin ondoyant, aérien, romanesque et de contemplation. Qu’elle soit sur la route du fleuve pour aller chercher de l’eau, revenant des champs avec sa charge de bois, portant son enfant dans le dos, en communion avec son bébé, l’image de la femme au teint d’ambre est récitée par l’artiste comme un long poème retraçant le vécu de son peuple.
Nimbées de délicatesse, reproduites de profil dans des positions élégantes, quasi irréelles, les créatures nous entrainent dans leur sillage pour découvrir la magie de la terre-mère africaine. «Ce que le vent n’a pas emporté», «Chanson de Sura», «Le brouillard», des œuvres où apparaissent des arbres aux contours transparents, des lunes nacrées et soleils flammés, des ramiers opalins et cet œil qui revient souvent. Comme un protecteur. Chica Sales a puisé dans sa palette, selon le thème de l’œuvre, les tons sable avec leurs dérivés de teintes chaudes. Pareillement, elle a utilisé des gris comme l’on choisit des chuchotements.  «Mon fils, mon trésor», fusion maternelle avec le fruit des entrailles. Les bleus-nuit déclinant par degrés en «marine». Une sérénité absolue émane de la toile. «Le drame de l’eau », ce sont des grenats profonds parcourus par des touches «flammes».
Pour chacune de ses toiles Chica Sales opte pour une teinte unique qu’elle enrichit par une gamme, de même élaboration, plus intense ou plus légère.  Selon l’effet qu’elle veut introduire dans son œuvre. La collection de cette dernière ne s’est pas seulement inspirée du monde féminin, quelques créations reproduisent des tranches de vie version masculine avec le retour des pêcheurs ou la présence de musiciens. Les techniques adoptées alternent entre l’acrylique, le dessin, l’aquarelle et la peinture sur toile.
Chica Sales épouse de l’ambassadeur du Mozambique en Algérie a, très jeune, été attirée par l’art de la peinture. Sa première exposition s’est déroulée dans son pays natal en 1996 au cours d’une manifestation consacrée au design. Elle fera partie d’expositions collectives accueillies en Allemagne, Brésil, Afrique du Sud, Espagne et dans notre pays.
Leila N.