Musique : Nessma au carrefour des styles

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

15Portrait n D’une expérience à l’autre, donc d’une scène à l’autre, le groupe s’est créé une belle image musicale alliant plusieurs styles comme le flamenco, le châabi et l'andalou.

Nessma est une formation musicale qui, fondée en 2010, évolue à la croisée des styles, toujours à l’affût de nouvelles sonorités en mesure d’enrichir et diversifier son répertoire ; un groupe qui explore, ratisse de larges imaginaires musicaux avec un esprit élaboré et une touche créative, donnant libre court à l’instantané, donnant lieu à une expression musicale spontanée, démonstrative, personnelle, le tout portée par une sensibilité touchante, attachante.  
Nessma fait partie de ces groupes qui, depuis quelques années, tracent leur chemin sur la scène musicale algérienne, s’y imposant comme tel au grand public, notamment le jeune public friand d’une musique qui, vivante, riche en mélodies, éclectique, propice à l’évasion, lui parle. Une musique qui le porte émotionnellement. D’une expérience à l’autre, donc d’une scène  à l’autre, le groupe s’est créé une belle image musicale alliant plusieurs styles comme le      flamenco, le châabi et l'andalou.
A chaque fois, voire à chacun de ses spectacles, le groupe, dirigé par le soliste Mehdi Kacem, arrive à capturer l’attention de son public qu’il draine en grand nombre, puisque dès l’entame il installe dans un naturel qui lui est propre une ambiance festive et joyeuse. Cette ambiance est renforcée par une musique entrainante. Ainsi, à chaque fois, il gratifie l’assistance d’un récital – il puise dans divers répertoires musicaux – se voulant un voyage en sonorités dans un monde fait de sensibilité. Il se donne un plaisir fou, en exécutant une riche palette  musicale, colorée et truculente. En solo ou en chœur, le groupe revisite au bonheur des amateurs du flamenco des titres des Gipsy King, un célèbre groupe qui s'est fait connaître par son genre flamenco et gitan. «No volvere» et «Jobi joba» sont entre autres chansons de ce groupe parfaitement rejouées. Outre le flamenco, Nessma excelle dans l’andalou, voire dans cette capacité créatrice de mettre au diapason cette musique traditionnelle au gout du jour, donc de l’actualiser et de l’adapter aux besoins du jeune public. Le groupe revisite des titres comme «Koum tara», un chef-d'œuvre de la musique andalouse repris par de grands artistes algériens. Le groupe revisite aussi un autre grand titre de la musique châabi, à savoir «Ya rayeh», une des plus célèbres chansons sur l'exil de l'interprète du châabi Dahmane El Harrachi. Tout cela avec une touche flamenco. Avec Nessma, un groupe bourré de talents et d’inspirations diverses et variées, au sens de créativité prononcé, qui fait sensation sur la scène musicale, c’est la fiesta assurée. Et à chaque fois, une riche soirée en perspective qui attend le public.
Yacine Idjer