«Assia Djebar, une figure de l’aube» :  Un livre, un éclairage

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     

15Analyse n «Cette quête de l’identité féminine par le corps, la présence et la parole s’articule autour de ce que l’écrivaine portait profondément en elle.»

S’étant investie après sa retraite à promouvoir la littérature algérienne en une collection d’ouvrages dits d’accompagnement de la lecture afin de «débroussailler» certains textes pour le plus grand bien du lecteur, Djouher Amhis-Ouksel a travaillé sur nombre de grands noms du paysage littéraire algérien. En l’occurrence Feraoun, Dib, Mimouni, Mammeri, Kateb Yacine et Malek Ouary . Hier, il a été donné l’opportunité au public, au niveau de l’espace de la librairie Dzaier Chaib de rencontrer l’auteur et la pédagogue venue parler de son livre «Assia Djebar une figure de l’aube».
Portant ses 89 printemps comme un éternel renouveau, Djouher Amhis-Ouksel a mis en évidence la valeur universelle de l’écriture djebarienne.
La conférencière, avec une maitrise professionnelle, a éclairé certains aspects de l’œuvre de Assia Djebar dont elle dira qu’elle avait trouvé sa voix de femme de lettre grâce à son père et à ses racines. Rappelant que la thématique d’Assia Djebar est ancrée dans son parcours personnel «et dans la société dont elle est issue.» Des  femmes à l’aube de l’islam,  explique Djouher Amhis-Ouksel, en passant par celles  du mont Chenoua, jusqu’aux Algériennes des temps modernes, moudjahidate ou femmes au foyer, l’académicienne de renom s’est toujours identifiée à elles en «se reconnaissant en elles» pour les avoir mises en scène dans ses romans.Cette quête de l’identité féminine par le corps, la présence et la parole s’articule autour de ce que l’écrivaine portait profondément en elle, nous dit la conférencière. Par conséquent, explique Mme Amhis, Assia Djebar ne craint pas d’aborder le changement de la condition féminine dans le monde musulman en se référant à «la place de la femme dans cet islam humain» qui contredit le discours «mâle».
Abordant l’utilisation de la langue dans la création littéraire de Assia Djebar, Djouher Amhis- Ouksel  a mis en exergue la coexistence de la langue française et de la langue maternelle, l’arabe algérien,  comme outils de travail, de réflexion et d’espace intérieur.
Cependant , a-t-elle signalé, «la langue française a été pour Assia Djebar une langue neutre, hors religion et hors dogmatisme…  une  autre structure de la pensée» ce qui ne diminue en rien, signale  la pédagogue, son attachement à ses racines.
Le rapport d’Assia Djebar au cinéma ? Une autre manière de marquer «sa» place dans un champ créatif artistique principalement masculin. «En rupture avec la littérature, le cinéma l’a conciliée avec l’écriture… elle a voulu investir une autre écoute des femmes».
Leila N.