L'humoriste et comédien algérien Mohamed Fellag sera à l'affiche du 13e Festival des arts burlesques (FAB), prévu du 21 au 27 février à Saint-Etienne (Sud de la France).

Un monologue intitulé «Hafila Tassir 2», en référence à la célèbre pièce du regretté Azzedine Medjoubi, monté par l'Association des artistes libres de Azzaba (Skikda), a ouvert samedi, dans cette ville située à l'est de Skikda, les 1res journées nationales de théâtre Azzedine-Medjoubi.

Jusqu'où compte aller le chanteur anglais Sam Smith pour son physique ? Après s'être félicité de sa perte de poids obtenue grâce à de beaux efforts alimentaires et sportifs, l'interprète de Stay With Me commence à sérieusement inquiéter ses fans.

15Evocation n On parle souvent de ceux – et celles – qui ont marqué le théâtre algérien, à l’exemple d’Abdelkader Alloula, M’hamed Benguetaf, Mahiedine Bachtarzi, Ould Abderrahman Kaki, Sonia, Keltoum, Nadia Talbi... mais souvent on oublie d’en évoquer d’autres.

L’humoriste Hakim Dekkar a déridé, jeudi soir, le public du Théâtre régional de Constantine (TRC) avec son célèbre monologue «Khabat Kraâou» (celui qui tape du pied), légèrement revisité, mais toujours corrosif.

L'écrivain ivoirien Bernard Dadié a reçu jeudi à Abidjan le premier prix Jaime Torres Bodet, attribué par l'Unesco, qui récompense l'ensemble de l'œuvre de ce «pionnier et géant de la littérature africaine», selon Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco.

12Actuellement en promotion du film «Amis publics», Kev Adams, qui a une cote de popularité auprès du public, s'est confié sur ses débuts pas toujours évidents, notamment lorsqu'il passait des castings.

Expressions. Quatre plasticiens et plasticienne, des styles distincts rapportant la touche et l’esprit de chacun et une même réflexion créatrice pour regard intérieur personnel.

La compagnie de danse contemporaine  dénommée «Profil» aborde le calvaire des réfugiés à travers un spectacle chorégraphique intitulé «El-Hijra» présenté, mercredi, à Alger.  D’une durée de 25 minutes, ce spectacle décrit à travers un langage du corps approprié, le parcours du combattant, du départ à l’arrivée, des réfugiés à la recherche d’un monde meilleur.  Sur scène, le langage corporel soigneusement arrimé aux images animées et défilées en arrière-plan donne une fusion audiovisuelle impressionnante.  Décliné en quatre tableaux parfaitement enchaînés, le scénario, conçu par la chorégraphe Faïza Maameri, repose sur un couple et leur enfant servant comme fil conducteur de ce spectacle. Au premier tableau, le couple qui a pris la décision de partir se joint à un groupe au destin commun pour effectuer la traversée supposée les amener à bon port, étape illustrée dans le deuxième tableau. Le troisième tableau montre l’arrivée comme première réussite symbolisée par un éclat de lumière. Mais, cette euphorie s’estompe vite et laisse place au désarroi dans le dernier tableau qui prolonge la détresse matérialisée par une lumière «effet nuit». Servi par neuf danseurs et danseuses, les membres de la troupe ont fait montre d’une parfaite maîtrise du langage du corps, rehaussée par une gestuelle synchrone et subtile.  Sur un fond musical conçu par Djalil Maameri, l’habillage sonore est en totale harmonie avec le thème des réfugiés assigné à ce spectacle.   Optant pour une musique évocatrice de tristesse, du désarroi et de nostalgie, la représentation est déroulée sur des morceaux, entre autres, du musicien tunisien Dhafer Youssef et du compositeur allemand Nil Frahm.
APS

Le festival littéraire «Lire à Limoges» a choisi pour son édition de 2016 qui se tiendra du 1er au 3 avril prochain à Limoges (sud-ouest de la France), de mettre à l'honneur le romancier algérien Yasmina Khadra, a indiqué le site web du festival.

La romancière algérienne, l’immortelle Assia Djebar, est revenue hier à Paris le temps d’un vibrant hommage qu’a bien voulu lui rendre la mairie de Paris au Petit Palais-Musée des Beaux-Arts.

15Palettes n Chaque plasticien a puisé dans ses différentes sensibilités pour délivrer la pensée de son art et du monde qu’il porte en lui et auquel il se réfère.

Initiative n Cent vingt-neuf CD gravés de centaines d’œuvres musicales du patrimoine classique constantinois ont été édités dans le cadre de la manifestation Constantine, capitale de la culture arabe 2015.  

12Johnny Depp est revenu, lors d’une interview, sur sa relation avec l’un des acteurs les plus  connus de la planète, Leonardo DiCaprio.

15Cérémonie n La 6e édition a pris fin, hier, à la Cinémathèque d’Alger avec la remise des prix aux lauréats.

Histoire n L'ouvrage est une fiction de 160 pages qui a pour héros Saber, un homme devenu poète après la perte de sa bien-aimée Kamar.

12Lambert Wilson, acteur français, aurait très bien pu faire carrière à Hollywood. Pourtant, à l'instar de Catherine Deneuve, cette perspective ne l'a jamais véritablement enchanté.

15Sensibilité n Plusieurs artistes et artisans d’art rendent hommage au maître et doyen, Mostefa Ben Debbagh, enlumineur de renom et décorateur sur bois.

Récompense. Le roman «L'âne mort» de l'écrivain et chroniqueur de presse algérienne Chawki Amari est lauréat du prix de l'Association des écrivains de langue française (Adelf) de l'Afrique méditerranéenne-Maghreb pour l'année 2015, a annoncé son éditeur sur sa page Facebook.

Le documentaire «Fi Rassi rond-point» (Dans ma tête un rond-point), du réalisateur algérien Hassan Ferhani, a reçu le Grand Prix du 7e Festival Filmer le travail, qui a pris fin dimanche à Poitiers (sud-ouest de la France), rapportent des médias français.