l Taylor Lautner refait surface. L'acteur révélé par la sagaTwilight n'a pas la carrière de ses partenaires Robert Pattinson et Kristen Stewart mais ce n'est pas une raison pour l'oublier.

15Constat n La rencontre dirigée par Mme Amel Touil, architecte-enseignante à l’Epau, au cours de la journée d’études au niveau du Muée de l’enluminure, a revêtu un aspect technique et législatif destiné à un public spécifique.

Si son père n'avait pas refusé qu'elle épouse l'élu de son cœur, Tapiwa Chipfupa, jeune cinéaste du Zimbabwe, n'aurait pas été invitée au Festival de Cannes : son projet de porter à l'écran sa déconvenue a été sélectionné par la Fabrique des cinémas du monde.
A l'initiative de l'Institut français, qui aide la jeune création cinématographique mondiale, neuf autres réalisateurs venant de l'Angola, de l'Azerbaïdjan, du Costa Rica, d'Iran ou des Philippines font leurs premiers pas sur la Croisette, avec un accompagnement personnalisé pour boucler le financement de leur premier ou deuxième film ou documentaire. Le réalisateur chinois, Jia Zhang-Ke, Prix du meilleur scénario à Cannes en 2013 et membre du jury de la sélection officielle en 2014, parraine cette année la 8e édition de la Fabrique des cinémas du monde.
«Quand mon père m'a interdit, au nom de la coutume, de me marier avec l'homme que j'avais choisi, j'ai décidé de fuir. J'ai cherché aussi à comprendre ce qui m'arrivait en rencontrant d'autres femmes. L'idée d'en faire un film m'est apparue évidente, pour montrer les réalités et les contradictions auxquelles sont confrontées les femmes du Zimbabwe», a raconté à l'AFP Tapiwa Chipfupa, 39 ans, venue à Cannes avec son producteur, ce fiancé refusé justement par son père, et qui partage sa vie désormais. «Au Zimbabwe, beaucoup de femmes, riches ou pauvres, sont confrontées aux coutumes ancestrales. Si une femme construit une maison, le bâtiment sera la propriété de son mari», ajoute la cinéaste formée dans une école de cinéma sud-africaine et dont plusieurs courts métrages ont été sélectionnés, notamment à la Berlinale, l'an dernier.
«Des femmes artistes, reconnues au plan international, ne décrochent jamais la tête d'affiche d'un concert au Zimbabwe. Même si la loi reconnaît l'égalité entre les hommes et les femmes, les traditions prennent malheureusement souvent le pas», observe la jeune femme, qui interprétera son propre rôle.
«A Cannes, nous rencontrons de nombreux producteurs et des distributeurs. On apprend beaucoup de choses, comme un cours accéléré pour le financement d'un film. Plusieurs propositions concrètes nous ont déjà été faites. Il nous reste à choisir. Nous tournerons dans quelques mois», se réjouit Ben Mahaka, le producteur et compagnon de Tapiwa. «Cannes, c'est là où les rêves se réalisent !» s'exclame la cinéaste. «Mon film parlera à toutes les femmes du monde. Partout, il y a des combats à gagner, même chez vous en France. Le problème de l'égalité des hommes et des femmes est universel.»
AFP

l Dans le cadre de la Journée mondiale des musées et de la clôture du Mois du patrimoine (18 avril-18 mai) trois expositions artistiques ont été inaugurées mercredi à Alger.

l Heureuse nouvelle pour l'actrice Becca Tobin ! La jeune femme, découverte dans la série Glee, s'est fiancée avec Zach Martin.

15Rencontre n Abderrahmane Khelifa a présenté, hier, à la librairie Chaib Dzair, son livre «Béjaïa, capitale des lumières», paru aux éditions Gaia.

Intervenant sur le site antique de Lambaesis ou l’actuelle Tazoult dans la wilaya de Batna, Azzedine Bachi archéologue et enseignant a en première partie de la conférence qui a eu au musée du Bardo, résumé le passé historique du site antique de Lambèse.

 Une exposition d'objets archéologiques retrouvés sur le site de fouilles préventives de la Place des martyrs, témoins de deux millénaires d'histoire de la capitale, a été inaugurée, hier mardi au Centre des arts du Palais des raïs, Bastion 23.

Pour célébrer comme il se doit le premier anniversaire de sa fille Ryan, née de ses fiançailles avec son amoureux Matt Rosenberg, l'actrice Haylie Duff a réuni quelques-unes de ses plus proches et célèbres copines ainsi que leurs enfants.

15Performance n «Picturie générale» se tient dans un espace d’exposition atypique, un lieu repensé en fonction des œuvres exposées.

Un homme blanc et une femme noire condamnés pour s'être mariés dans les années 50 : avec «Loving», lundi à Cannes, l'Américain Jeff Nichols signe une ode sobre à la tolérance, dont il espère qu'elle fasse «réfléchir» sur toutes les discriminations.

l Un concert réunissant le timbre authentique du jazz de composition et la liberté d'improvisation et du free jazz, avec une touche orientale et des arrangements électroniques, a été animé lundi soir à Alger par la trompettiste britannique Yaz Ahmed et son Band.

l De la série Modern Family, certains tirent plus la couverture médiatique que d'autres, mais le jeune Nolan Gould, interprète du personnage de Luke Dunphy, vient de faire de croustillantes révélations qui donnent envie de s'intéresser un peu plus à lui.

15Rendez-vous n Le Festival international du film arabe d’Oran se tiendra, pour l’édition de cette année, du 22 au 27 juillet.

l Le groupe de musique du monde et de hip-hop «Gipsy.CZ», a animé, dimanche soir à Alger, un concert au contenu authentique et à la forme moderne, dans un brassage des styles, où les rythmes polka, dance, rap, et hip-hop, soumis à la technologie numérique, ont fait bon ménage avec les sonorités et mélodies tziganes données par l'accordéon et le violon.
Représentant la République tchèque dans le cadre du 17e Festival culturel européen en Algérie ouvert le 9 mai dernier, «Gipsy.CZ», qui signe son deuxième passage à Alger, s’est produit à la salle Ibn Zeïdoun de l'Office Riadh El Feth (Oref), devant un public enthousiasmé, relativement nombreux. Dans des atmosphères festives, renvoyant aux spectacles de rue empreints de l'esprit bohémien, une quinzaine de pièces, ont été rendues dans la langue tchèque par le chanteur, également aux commandes d'une boîte à rythmes programmables, Radek Banga, issu des «roms» (ensemble de populations établies dans divers pays du monde, se considérant de la même origine indienne).  S'adressant au public en anglais, l'interprète du groupe, également auteur et compositeur, en parfait animateur, présentait chaque pièce avant de la chanter, dans des explications courtes destinées à mettre le public au parfum, l'invitant ensuite à s'impliquer à travers des danses statiques  exécutées en posture assise avec les mains.  Jan Sochor à la guitare et à l'accordéon et Tomas Baros à la basse, donnant en partie vie à «Gipsy.CZ» ou «Le bohémien tchèque» ont fait montre de toute l'étendue de leur talent, soutenu également par l'époustouflant Viliam Didias au violon, qui a brillé de technique et de dextérité dans des solos pleins et rapides.  Durant près de 80 mn, des chansons, ponctuées de manière récurrente par des «ladies and gentlemen» (mesdames et messieurs), racontant la vie sociale, l’amour, les préoccupations quotidiennes, l'identité, l'acceptation de l'autre, la joie de vivre et à l'ouverture d'esprit, ont été interprétées dans des cadences rythmiques incitant au déhanchement.  Parmi les titres au programme de «Gipsy.CZ», dont l'ensemble reflète le tempérament tzigane qui se traduit par une joie d'être et une envie de partager, Halo, Desperado, Aha, Mafiozo, Banga Beating, Gipsy Tango, et Romano Hip-Hop, finissant tous dans des accélérations endiablées.
APS

l Une exposition sur le thème «Le patrimoine algérien à travers le timbre postal» s'est ouverte dimanche au Musée national d’art et d'histoire de Tlemcen, dans le cadre de la célébration du Mois du patrimoine.

l Le nombre de festivals culturels a été ramené à 77, après une «révision des budgets alloués à chaque manifestation et sa périodicité», a annoncé, dimanche, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi.

l C'est à quelques jours de la sortie en salles du très attendu X-Men : Apocalypse que James McAvoy et son épouse Anne-Marie Duff ont décidé conjointement d'annoncer leur séparation.

15Patrimoine n Rabéa Douibi, avec sa sérénité, caractéristique des hommes du Sud, a parlé non pas de la poésie de l’Ahaggar, mais raconté les aèdes pour une mémoire en partage.

L'avant-première du long métrage d'animation «Tales of Africa», une synergie créative de jeunes cinéastes africains conçue et produite en Algérie, a été présentée hier à la salle du cinéma l’Algeria.