Médecins-résidents : Le bras de fer avec la tutelle continue

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     



Protestation - Après les médecins résidents d’Alger, c’est au tour de ceux de Constantine de se mobiliser, en organisant une marche hier pour réclamer l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles.


Les protestataires se sont rassemblés au centre hospitalo-universitaire (CHU) Benbadis avant de marcher jusqu’au centre ville brandissant des banderoles réclamant l’amélioration de leur situation socio- professionnelle.
Selon le président du bureau local du Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA), Abdelmoumène Hadidi, les médecins résidents revendiquent "un statut juridique" complétant leur statut général aux côtés d’autres revendications en rapport avec les œuvres sociales, le service national, le service civil et la formation. Il a également affirmé que la marche organisée à Constantine hier vise à "soutenir" les démarches des médecins-résidents qui ont organisé mercredi dernier une marche dans la capitale. La manifestation a été quadrillée par un important dispositif sécuritaire et aucun incident n’est à déplorer. Pour rappel, les médecins-résidents ont entamé une grève depuis plusieurs semaines pour réclamer l'amélioration de leur situation socio-professionnelle.
Ils s'étaient rassemblés mercredi dans l'enceinte du Centre hospitalo-universitaire Mustapha Pacha à Alger, à l'appel du Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA) pour un sit-in national. Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a, pour sa part réitéré, hier son engagement à trouver des solutions aux revendications des médecins résidents dans le cadre d'un "dialogue responsable et constructif". Dans une déclaration en marge de la présentation du bilan des activités budgétaires de son secteur pour l'année 2015, le ministre a précisé que les "portes demeurent ouvertes aux médecins résidents", ajoutant que "ce dossier sera pris en charge" et que "tous les points concernant le secteur de la santé ont été pris en charge". "Nous tenterons de trouver les solutions idoines à tous les problèmes dans le cadre d'un dialogue objectif, constructif et responsable", a-t-il soutenu. Les revendications soulevées par les médecins résidents sont principalement liées aux œuvres sociales, au service militaire et au service civil. S'agissant de la revendication relative à la révision du service civil, Hasbellaoui a estimé que ce dernier était "plus qu'essentiel", mettant en exergue l'importance de son "adaptation et de son développement à travers l'amélioration des conditions de travail et de la qualité de l'aspect technique ainsi que la dotation en équipements médicaux pour une meilleure prise en charge des malades". Le ministre a rappelé que le la nouvelle loi sur la santé "contribuera à l'amélioration et au développement de ce service", réitérant son "engagement à l'amélioration et à la promotion de la gestion des établissements hospitaliers pour fournir aux malades une prestation sanitaire de qualité".
A.B.