Prix du pain / C’est la préoccupation majeure des boulangers : Recul de la marge bénéficiaire

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Situation - «Le recul notable» de la marge bénéficiaire est une préoccupation majeure en dépit du soutien de l'Etat au prix de la farine, en tant que matière principale pour la confection du pain (2000 DA/quintal).


C’est ce qu’on affirmé les représentants des boulangers de la wilaya d'Alger, hier mardi, lors d'une réunion de concertation avec les représentants de la direction du commerce de la wilaya d'Alger, au siège de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA).
Imputant cette situation à l'augmentation des prix des autres ingrédients entrant dans la confection du pain, Kamel Titouah, membre de la Fédération nationale des boulangers (FNB) et représentant des boulangers d'Alger, a indiqué que «pour réaliser une marge bénéficiaire qui leur permettraient de sauver leur commerce, certains boulangers ont été amenés, dans nombre de wilayas, à augmenter le prix de la baguette à 15 DA, (le prix codifié étant 10 DA), précisant que la FNB «n'a ni décidé ni approuvé cette augmentation».
Pour sa part, le représentant de la direction du commerce de la wilaya d'Alger, El Ayachi Dehar, a indiqué à l'APS que la rencontre entre responsables de la direction et les représentants des boulangers d'Alger a porté sur les différentes préoccupations de cette catégorie, qui demande l'amélioration de sa situation professionnelle. Il a ajouté que la direction s'est engagée à répondre, dans la limite de ce que prévoit la loi, aux revendications des boulangers, notamment en matière de contrôle des minoteries, assurant que les autres préoccupations seront soulevées au ministère de tutelle pour examen en vue de prendre les mesures adéquates. Le président de la FNB, Youcef Kalafat, avait indiqué à l'APS, que la wilaya d'Alger connaissait un «manque flagrant» de boulangeries en raison du «désintéressement» des jeunes pour ce métier et le «recul» de la marge bénéficiaire. Il a ajouté que la wilaya d'Alger comptait 1400 boulangeries contre 630 actuellement, situées principalement dans les communes de l'est et de l'ouest de la capitale, tandis qu'une absence totale de ces boutiques est constatée au «cœur de la capitale» notamment aux rues Larbi Ben M’hidi, Colonel Amirouche et Ali Boumendjel. Le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, avait affirmé plus tôt dans la semaine, «qu’un dossier relatif au prix du pain est actuellement à l’étude au niveau du gouvernement, afin de trouver une solution pour éviter de recourir à une augmentation du prix».

Augmentation unilatéral du prix : des sanctions prévues !

l Selon les dernières données, quatre boulangers ayant augmenté unilatéralement leur prix, au niveau de la wilaya d'Alger, ont reçu des mises en demeure. Leurs dossiers ont été adressés aux juridictions compétentes avec la proposition de fermeture. A Bouira, une quarantaine de boulangers sont poursuivis en justice pour avoir augmenté le prix de la baguette de pain à 15 da. «L’augmentation qu’a connue ces derniers jours la baguette de pain (à Bouira) est illégale et anarchique, et ses auteurs sont tous poursuivis en justice», a expliqué Mustapha Mihoubi, chef de service de contrôle des pratiques commerciales à la direction locale du commerce. Selon le ministère du Commerce, de «rares cas» d’augmentation «spontanée» ont été enregistrés au niveau de certaines wilayas, assurant que l'UGCAA «n’a pas initié cette hausse». Il a fait état de l’existence de «contacts permanents avec cette organisation pr,ofessionnelle pour trouver des solutions adéquates au problème relatif à la tarification du pain sans passer par une augmentation du prix».