Hospitalisation à domicile : Appel à la création d'une Fédération nationale

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Démarche - La création d'une Fédération nationale d'hospitalisation à domicile, pour prendre en charge les personnes âgées et les malades chroniques, est un impératif...


C’est ce qu’a indiqué le président du Plan national de lutte contre les facteurs de risque des maladies chroniques, le professeur Mansour Brouri, hier mardi, en marge de la première édition du Salon international des équipements médicaux organisée à Alger du 4 au 7 décembre en cours.
Les mutations démographiques, à savoir l'augmentation du nombre des personnes âgées de 65 ans et plus qui est de 3 millions et l'augmentation du nombre des malades chroniques, «astreignent l'Etat à augmenter le nombre des unités d'hospitalisation à domicile à travers le pays pour répondre aux demandes croissantes des citoyens», explique-il. L'absence d'établissements hospitaliers pour la prise en charge des personnes âgées souffrant de plusieurs maladies chroniques particulièrement celles ayant eu des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ainsi que le manque de services d'urgences destinés à cette catégorie vulnérable «imposent de recourir à l'hospitalisation à domicile pour alléger la pression sur les grands établissements hospitaliers du pays», a déclaré le Pr Brouri, qui a créé la première unité d'hospitalisation à domicile relevant de hôpital de Birtraria en 1999. Ce genre de traitement permet de «réduire la durée des soins dans les grands établissements hospitaliers, de baisser les coûts d'assurance maladie et d'assurer un bien-être social et psychologique au malade en lui permettant de rester chez lui», explique le Pr Brouri. Le spécialiste appelle à impliquer la Caisse nationale d'assurance sociale (CNAS) dans cette opération en rassemblant les unités activant dans ce domaine dans un cadre «unifié et indépendant». Il estime nécessaire de développer une politique d'assistance sociale et psychologique pour assurer des prestations aux personnes âgées et personnes aux besoins spécifiques avec la participation de tous les secteurs, soulignant la nécessité d'accompagner ces nouvelles prestations de supports juridiques. Pour réduire les facteurs d'atteinte par les maladies chroniques en croissance dans la société algérienne, le Pr Brouri a insisté sur la relance des commissions nationales chargées de ces maladies à l'effet d'accompagner le plan national de lutte contre ces facteurs lancé en 2015. Les maladies chroniques qualifiées de «dangereuses, silencieuses et à forte propagation» représentent 80 % des constats médicaux en Algérie et 70 % des coûts sanitaires». Un décret promulgué en 2015 a ouvert l’investissement au secteur privé dans le domaine de l’hospitalisation à domicile. Une formule qui a vocation d’alléger la pression sur les hôpitaux pris d’assaut par les patients, et qui sont souvent caractérisés par une anarchie administrative et de piètres prestations soulevant, à chaque fois, l’indignation des Algériens.
R. N.